Témoignage de H., ancien élève Steiner-Waldorf

Je soussignée H. (…), étant au fait de la procédure en diffamation intentée par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf contre Catherine Picard, directrice de publication du site « www.unadfi.org », ainsi que contre Marie Drilhon et Grégoire Perra pour complicité de diffamation, souhaite être entendu par la personne chargée d’instruire et de juger cette affaire, afin d’accomplir mon devoir de témoin et porter à la connaissance des autorités compétentes les faits suivants, dont j’ai eu personnellement connaissance et dont j’atteste sur l’honneur la véracité :

Au sujet du premier passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendu afin d’évoquer les faits suivants :

  • Je peux témoigner qu’on évoquait des notions anthroposophiques dans l’école Steiner-Waldorf où j’ai fait une partie de ma scolarité, de manière très subtile, et que j’ai mis beaucoup de temps à me rendre compte de ces idées, puis à m’en défaire. Elles avaient constitué chez moi un véritable système de croyances. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à déterminer précisément comment j’ai pu recevoir ces idées, mais je sais qu’elles n’ont pu m’être données que par l’intermédiaire de l’école, puisqu’elles ne pouvaient venir de ma famille. .

Au sujet du troisième passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendu afin d’évoquer les faits suivants :

  • Je peux attester de la pagaille administrative qui régnait dans cette école, que les enseignants avaient pour mission de gérer.
  • Je peux également attester que dans l’école où j’ai suivi ma scolarité, l’ambiance générale était plutôt au rêve qu’à la pensée rationnelle. C’était la première qualité qui était implicitement valorisée par nos enseignants. Les élèves « terre-à-terre », « normaux » pouvaient être quant à eux déconsidérés ou exclus.
  • Au sujet du fait que les élèves seront orientés plus tard vers l’anthroposophie par l’atmosphère « artistico-mythico-religieuse » qui règne dans ces écoles, je souhaite apporter la réflexion suivante : à mon sens, on trouve dans ces écoles environ 30% d’élèves dont les parents sont anthroposophes. La plupart le deviendront également, sans que l’école ne joue là-dedans un grand rôle. En revanche, sur les 70% d’élèves dont les parents ne sont pas anthroposophes et qui en principe ne devraient pas le devenir, je pense que l’école et son mode d’enseignement parviendra à en atteindre une petite partie pour les diriger vers l’anthroposophie. J’estime cette partie à environ 10%. Je base cette estimation approximative sur ce que j’ai pu observer dans ma classe. Ces 10% justifient à mon sens l’existence de l’article de M. Perra, car il est nécessaire que leurs parents puissent être informés préalablement des influences possiblement néfastes de ces écoles sur leurs enfants.

Au sujet du cinquième passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendue afin d’évoquer les faits suivants :

  • Je peux témoigner du fait qu’en tant ancien élève d’une école Waldorf, j’ai fini par croire une bonne partie de ce que j’avais entendu de la doctrine de Steiner dans cette école (existence des êtres élémentaires, de la réincarnation, Lucifer et Ahriman, la tripartition de l’âme humaine, la tripartition du Mal, etc.), en dehors des cours mais bel et bien lors des intercours ou d’apartés avec mes professeurs, ce qui a eu pour conséquence de rendre difficile plus tard la rencontre avec les élèves extérieurs qui ne partageaient pas ces croyances. Ce décalage douloureux a même eu pour conséquence de me faire envisager sérieusement de travailler dans une école Waldorf, pour retrouver un univers en adéquation avec mes croyances.

Au sujet du sixième passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendue afin d’évoquer les faits suivants :

  • Concernant « l’enrôlement des élèves dans des pratiques de mensonges et de dissimulations à l’égard des autorités officielles », je peux témoigner comment un enseignant nous a raconté qu’il avait réussi à tromper un inspecteur de l’Éducation Nationale, lors d’une inspection, en jetant in-extremis par la fenêtre des éléments interdits, à savoir la couronne de l’Avent et l’épée de la Saint-Michel.

Au sujet du septième passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendue afin d’évoquer les faits suivants :

  • Au sujet de la proximité douteuse entre les élèves et les enseignants évoquée par M. Perra dans son article, je peux évoquer qu’effectivement les professeurs sortaient de leurs rôles de professeurs et les élèves de leurs rôles d’élèves. Par exemple : un enseignant me demandait de l’informer régulièrement de tout ce qui concernait la vie privée des élèves de ma classe. Ou encore que les enseignants demandaient souvent qu’on leur raconte des aspects psychologiques de notre vie intime, se prenant pour des psychologues. Je peux aussi raconter que les professeurs se mêlent souvent des histoires amoureuses des élèves, prenant partie, intervenant, etc.
  • Je peux aussi témoigner que dans cette école, tout le monde connaissait la relation du professeur de Physique-Chimie avec une de ses élèves. Une rumeur circulait selon laquelle l’élève en question allait le rejoindre à la pause de midi en salle des sciences pour avoir avec lui des relations sexuelles.
  • Je peux aussi témoigner d’une autre relation entre un professeur et plusieurs élèves, qui était connues de tous le monde, à savoir le professeur de Philosophie et une élève de la classe deux ans au-dessus de la mienne, puis avec une élève de ma classe.
  • Je peux aussi témoigner d’une histoire sentimentale entre la professeur d’Économie et d’un élève de ma classe. La professeur en question lui avait fait des avances
  • Je peux relater le cas d’une enseignante qui draguait ouvertement certains élèves, et les invitait chez elle pour « profiter de sa piscine ».
  • Je peux témoigner de l’attitude du professeur de Sport qui draguait ouvertement certaines de ses élèves et leur envoyait même des sms.
  • Je peux aussi raconter que certains professeurs (de Français, d’Eurythmie et d’Histoire-Géographie) prenaient systématiquement pour baby-sitters des élèves de ma classe.

Au sujet du dixième passage du document PDF de M. Grégoire Perra, jugé diffamatoire par la Fédération des Écoles Steiner-Wadorf, je souhaite être entendue afin d’évoquer les faits suivants :

  • Je peux témoigner que quatre professeurs sont partis de l’école dans un état de grave dépression : A. N. (ma professeur d’Anglais), N. K. et Q. L. (ma professeur d’Arts-Plastiques), I. K. (professeur de Mathématiques).

Pour faire valoir à qui de droit dans le cadre de la procédure en diffamation mentionnée,

Fait à Paris, le 12 mai 2012,

H.

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Tout sur le procès et le verdict du 24 mai 2013, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Témoignage de H., ancien élève Steiner-Waldorf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s