Les mantras sacrés de l’Ecole de Science de l’Esprit

Méditation des Leçons de Classe

Leçon 1

Là où sur cette terre, couleur après couleur

Se révèle la vie à l’agir créateur

là où le non-vivant, ainsi, forme après forme

Se modèle à partir des substances terrestres,

Où les êtres sentant, doués de volonté

Ont joie d’exister, y trouvent leur chaleur,

Là où toi-même, ô homme, l’existence du corps

Acquiers par la lumière, par l’air et par la terre.

Là tu pénètres en les ténèbres de ton être,

Profondes et froides et couvertes de nuit ;

En ces étendues sombres tu ne sauras jamais

Qui tu es, qui tu fus, qui tu deviendra.

Le jour devient ténèbres en ta propre existence

Se faisant nuit de l’âme, obscurité d’esprit

Et tu te donnes alors en ton âme soucieuse

Vers la lumière qui prend forme aux ténèbres.

Et sortant des ténèbres s’éclaire

Te révélant ton image

Pourtant se transformant aussi en ton symbole

Grave verbe d’esprit dedans l’ether des mondes

Que ton coeur peut entendre, agissant avec force

Pour toi le messager d’esprit qui seul

Peut t’illuminer le chemin.

Devant lui, l’étendue des champs du sensible

Béantes après lui, profondeurs de l’abîmes.

Devant l’obscurité de ces champs de l’esprit

Tout près de cet abîme béant de l’existence

Sonne en sa prime force son verbe créateur :

Vois la connaissance, j’en suis l’unique porte.

Depuis les étendues des êtres de l’espace

Dans la lumière éprouvant l’existence,

Depuis le pas de la marche du temps

En l’agir créateur trouvant force opérante

Depuis les profondeurs du ressentir du coeur,

Ou dans le soi s’approfondit le monde :

Là retentit en le parler de l’âme,

Là, s’illumine des pensées de l’esprit,

Née des forces divines qui donnent guérison

En les puissances façonnant les mondes

Paroles d’existences agissantes et mouvantes

O toi, homme, connais-toi toi même.

Mais tiens bien compte de l’abîme

Où de dévorerons ces bêtes

Si devant moi tu passais trop vite.

Ta période cosmique en toi les a placées

Ces ennemies de la connaissance.

Regarde la première bête, l’échine torse

La tête torse et le corps décharné

Toute est sa peau d’un bleu terne

Ta peur de l’être créateur de l’esprit

A créer ce monstre en ton vouloir

Le courage de connaître sel le surmontera.

Regarde la deuxième bête, elle montre les dents

En sa face tordue, elle ment en raillant

Jaune est son corps mêlé de gris ;

Ta haine de la manifestation de l’esprit

T’a créé cet avorton dans ton ressentir

Ton feu de la connaissance va devoir la dompter.

Regarde la troisième bête avec sa gueule ouverte

Son oeil est vitreux, molle son attitude ;

D’un rouge sale t’apparaît sa forme ;

Ton doute de l’esprit au pouvoir de lumière

T’a créé ce spectre en ton penser

À ton connaître créateur il doit céder.

Quand toutes les trois, par toi auront été vaincue

Alors des ailes pousseront à ton âme,

Ainsi pourra franchir l’abîme

Qui te sépare du champs du connaître

Auquel ton coeur aspire et cherchant guérison

Voudrait se consacrer.

Leçon 2

L’œil vitreux du troisième animal

C’est la contre-image mauvaise

Du penser qui en toi

Se renie lui même et choisit la mort

En niant les puissance de l’esprit

Qui avant sa vie sur terre, en esprit

Au régions de l’esprit le maintenait vivant.

Le visage moqueur du deuxième animal

C’est la contre force mauvaise

Du ressentir qui en ton âme

Creuse, et qui en elle le vide de la vie

Crée en place du contenu de l’esprit

Don lumineux, avant la vie sur terre

De l’esprit, puissance solaire.

L’esprit osseux du premier animal

C’est la force créatrice mauvaise

De la volonté qui à la force de ton âme

Rend étranger ton propre corps

Et le voue aux puissances adverses

Qui veulent dans les temps futurs

À la vie des Dieux, ravir la vie des hommes.

Leçon 3

— – Trochée

Vois en toi tissée la trame des pensées :

tu y vis l’aspect des mondes,

l’être-soi te reste caché ;

plonge au coeur de l’apparence :

vie d’éther souffle en toi ;

l’être soi doit vénérer

ceux qui ton esprit conduisent.

– — Jambe

Perçois en toi le flux des sentiments :

paraître et être s’entre-mêlent en toi,

le soi incline vers le paraître :

immerge-toi en l’être apparent :

des forces d’âme cosmiques sont en toi ;

le soi qu’il porte dans sa pensée

la vie puissante de ton âme.

— — Spondée

Accueille en toi l’élan de volonté

qui monte de toute apparence,

force créatrice en ton être propre;

vers elle tourne toute ta vie :

la puissance d’esprit cosmique l’emplit ;

que l’être propre en toi saisisse

la puissance créatrice dans le moi-esprit.

Sens les profondeurs terrestres

elles imposent en toi leurs forces

qui agissent dans les membres.

Tu pourras te perdre en elles,

si, impuissant, tu abandonnes

ton vouloir à leurs desseins ;

elles t’obscurcissent le moi.

Sens, des étendues des mondes

S’éclairer ta propre âme de l’éclat d’esprit

qui vient rayonner des puissances divines.

Trouves-toi, aimant, en elles

et en tissant la sagesse,

elles t’accueillent dans leurs sphères

moi fortifié parmi les esprits œuvrant pour le bien.

Sans, dans les hauteurs célestes

le moi peut vivre dans l’oubli de soi,

si, empli d’esprit, il suit les puissances de pensée

aspirant vers les hauteurs,

et recueille, avec courage, le Verbe

qui retentit d’en haut, en déversant sa grâçe

dans la nature véritable de l’homme.

Leçon 4

La lumière combat les puissances des ténèbres

En ce domaine où ton penser

Se cherche un chemin vers la vie de l’esprit.

Tu trouves, en aspirant à la lumière,

Que ton moi t’est ravi par l’esprit ;

Tu peux, si les ténèbres te séduisent,

Perdre le moi dans la matière.

Le chaud combat le froid

En ce domaine où ton sentir

Veut vivre dans le mouvement de l’esprit.

Tu trouves, en aimant la chaleur,

Ton moi évanoui en volupté d’esprit ;

Tu peux, si le froid t’endurcit,

Éparpiller le moi dans la souffrance.

La vie combat la mort

En ce domaine où ton vouloir

Veut s’unir à l’action créatrice de l’esprit.

Tu trouves en saisissant la vie,

Ton moi annihilé dans la puissance de l’esprit ;

Tu peux, si les puissances de mort te subjuguent,

Tétaniser le moi dans le néant.

*

Vie :

Ô homme, éprouve par la nature tactile de ton corps,

Comment les forces terrestres te soutiennent dans l’existence.

Terre

Ô homme, vis dans la sphère de ton toucher,

Comment les êtres d’eau te forment dans l’existence.

Eau

Ô homme, ressens dans la pulsation de ta vie,

Comment les puissances de l’air prennent soin de toi dans l’existence.

Air

Ô homme, conçois dans tout le ressentir qui te parcours,

Comment les puissances de feu te viennent en aide dans l’existence.

Feu

Ô homme, reconnais-toi dans le règne des éléments.

Amour :

Ô homme, laisse agir au tréfonds de ton âme

Les forces des astres mobiles qui orientent la vie des mondes.

Ô homme, deviens toi-même par l’action des sphères cosmiques.

Dévotion :

Ô homme, maintiens dans l’activité créatrice de ton esprit,

Le message céleste des constellations.

Ô homme, crée-toi toi-même par la sagesse cosmique.

Leçon 5

Le gardien parle, empreint de gravité :

Tu entres en la nature de la terre

E déployant tes forces de volonté ;

Pénètre en penseur dans la vie de la terre,

Et la puissance de la pensée

Te révélera ta propre animalité.

La peur face à ton propre être

Doit se muer en courage de ton âme.

Tu vis dans la nature de l’eau

Seulement en suivant les onde rêveuses du sentiment ;

Perçois en t’éveillant l’être de l’eau,

Et tu verras ton âme en toi

Prise dans la léthargie du végétal.

L’inertie de ton moi

Doit te conduire à l’éveil.

Tu songes dans le souffle de l’air

Livré seulement aux images souvenirs.

Saisis par ton vouloir ce qui vit dans les airs

Et ta propre âme te menacera

Telle une pierre froide, acérée.

La mort par le froid qui menace ton moi

Doit reculer face au feu de l’esprit.

Le gardien parle, la résonance de ses paroles est celle du Verbe cosmique :

De la puissance rayonnante de la lumière

Tu ne retiens que des pensées en toi ;

Si l’éclat lumineux se pense lui-même en toi,

Une illusion spirituelles

Naîtra en toi pour exalter ton moi.

Le souvenir des détresses de la terre

Te maintiendra dans ton humanité.

Des forces formatrices cosmiques

Tu ne retiens que des sentiments en toi ;

Si le cosmos éprouve des formes en toi

La vie en esprit te fera défaillir

Elle étouffera la vie de ton moi ;

L’amour porté aux valeurs de la terre

Préservera ton âme humaine.

De la Vie des mondes

Tu ne retiens que le vouloir en toi ;

Si la vie des mondes te saisit tout entier,

La volupté d’esprit t’anéantit

Annihilant ton expérience du moi.

La volonté terrestre adonnée à l’esprit

Permet au divin d’agir en l’homme.

Leçon 6

Le gardien nous avertit :

Contemple les trois,

Les trois sont Un,

Quand dans la vie terrestre

Tu portes l’empreinte humaine.

Vis la forme cosmique de la tête

Ressens la pulsation cosmique du coeur

Penses la puissance cosmique des membres.

Ce sont les trois,

Les trois ne font qu’un

Dans l’existence terrestre.

Le gardien nous donne un dernier avertissement :

L’esprit de la tête,

tu peux le vouloir

et le sensible multiforme où tisse la vie des sphères célestes

devient vouloir en toi ;

tu tisses la sagesse.

L’âme du coeur

tu peux la ressentir ;

et la vie cosmique du penser/vouloir

qui fait éclore les germes

devient ressentir en toi ;

tu vis dans l’apparence rayonnante.

La puissance des membres,

tu peux la penser ;

et le vouloir humain qui se saisit d’un but,

devient penser en toi ;

tu suis ton but dans la vertu.

Signe de Michaël

J’admire le Père

Ex Deo Nascimur

J’aime le Fils

In Christo Morimur

Je m’unis à l’Esprit

Per Spiritum Sanctum Reviviscimus

Franchis le seuil

La porte est ouverte

Tu deviendras

Un homme véritable.

Leçon 7

I. Vois derrière la lumière sensible du penser,

Comment dans la sombre cellule de l’esprit

Le vouloir monte des profondeurs du corps ;

Que par la force de ton âme

La pensée morte se perde dans le néant du monde ;

Et le vouloir, qu’il ressuscite

En force créatrice de pensées cosmiques.

II. Vois, dans le ressentir fluctuant de ton âme,

Comment, en rêve diffus

La vie afflue des lointains des mondes ;

Que par le calme de ton coeur

Le ressentir humain s’exhale dans le sommeil ;

Et la vie cosmique se transformera

En force intérieure de l’homme.

III. Vois, au-dessus de l’action du vouloir dans le corps,

Comment, dans le champs inconscient de l’action

Le penser descend des forces de la tête ;

Que par le regard de ton âme

Le vouloir humain se change en lumière ;

Et le penser apparaîtra

En sa nature magique de volonté.

Leçon 9

Vie :

Ô homme, éprouve par la nature tactile de ton corps,

Comment les forces terrestres te soutiennent dans l’existence.

Terre

Ô homme, vis dans la sphère de ton toucher,

Comment les êtres d’eau te forment dans l’existence.

Eau

Ô homme, ressens dans la pulsation de ta vie,

Comment les puissances de l’air prennent soin de toi dans l’existence.

Air

Ô homme, conçois dans tout le ressentir qui te parcours,

Comment les puissances de feu te viennent en aide dans l’existence.

Feu

Ô homme, reconnais-toi dans le règne des éléments.

Amour :

Ô homme, laisse agir au tréfonds de ton âme

Les forces des astres mobiles qui orientent la vie des mondes.

Ô homme, deviens toi-même par l’action des sphères cosmiques.

Dévotion :

Ô homme, maintiens dans l’activité créatrice de ton esprit,

Le message céleste des constellations.

Ô homme, crée-toi toi-même par la sagesse cosmique.

Porte dans l’expérience du penser

Qui brille dans l’âme

De l’éclat de l’idée absolue

Le ressentir et le vouloir

Et tu seras esprit

Parmi les purs esprits.

Porte dans les forces du ressentir

Qui rechauffent ton âme D’un amour ennebli

Le penser et le vouloir

Et tu seras âmes

Au royaume des esprits.

Porte dans les puissances du vouloir

Qui expriment les impulsions de l’esprit

Dans l’activité de ton âme,

Le penser et le ressentir

Et tu te percevras dans ta réalité corporelle

Vue des hauteurs de l’esprit.

Leçon 10

1. Je vis dans le sombre champ de la terre

2. Je tisse dans l’éclat lumineux des étoiles

3. Je lis dans les actees des esprits

4. J’entends dans le langage des dieux

L’obscurité de la terre m’éteint

La lumière stellaire m’éveille

Les actes des esprits m’appellent

Le langage des dieux m’engendre

5. L’obscurité de la terre me rend nostalgique,

6. La lumière stellaire m’est consolatrice,

7. Les actes des esprits me sont enseignement,

8. Le langage des dieux est pour moi créateur.

9. L’obscurité de la terre m’éteint

10. La lumière stellaire m’éveille

11. Les actes des esprits m’appellent

12. Le langage des dieux m’engendre

Leçon 11

Séjours stellaires cosmiques

Lieux d’origine des dieux !

Quand en haut dans la tête,

Le rayonnement d’esprit en l’homme

Prononce le «Je suis» :

Vous vivez dans le corps terrestre

Comme entités de l’homme.

Orbes solaires cosmiques,

Voies d’action des esprits !

Quand dans la région médianr du coeur,

La vie mouvante de l’âme de l’homme

Fais résonner le «Je vis» :

Vous accompagnez le parcours terrestre

Comme forces créatrices en l’homme.

Puissances fondatrices du cosmos,

Éclat d’amour créateur !

Quand dans les membres du corps

L’élan actif de de l’homme

Suscite le «Je veux» :

Vous agissez dans le travail terrestre

Comme actions sensibles de l’homme.

Leçon 12

I) Perçois la sphère du penser :

1) Celui qui parle veut te guider

de vie terrestre en vie terrestre

dans la lumière de l’esprit :

Regarde la vie lumineuse de tes sens.

Angeloï

2) Celui qui parle veut t’amener

vers les âmes libérées de matière

en déployant les ailes de l’âme :

Regarde agir les forces de ton penser.

Archangeloï

3) Celui qui parle veut te donner

dans le monde créateur au-delà de la terre

parmi les esprits, le fondement de ton être :

Regarde le souvenir composer des images.

Archaï

II)

1) Celui qui parle t’appelle,

pensée issue des rayons du soleil de l’esprit

à prendre vie dans l’univers sensible :

Ressens par ton souffle où vibre la vie.

Exusiaï

2) Celui qui parle te donne l’existence,

tissée par les forces de vie des étoiles,

dans les sphères de l’esprit :

Ressens par l’onde mouvante de ton sang.

Dynamis

3) Celui qui parle veut te forger,

dans les hauteurs lumineuses du royaume des Dieux,

le sens de l’esprit fondé sur le vouloir terrestre :

Ressens la puissanrte résistance de la terre.

Kyriotétès

Leçon 13

III) Perçois la sphère du vouloir :

1) Celui qui parle dirige les forces cosmiques,

si sourdes

qui montent des fondements terrestres,

si sombres

dans l’agilité de tes membres :

Regarde le feu qui vit dans tes pulsions.

Trônes

2) Celui qui parle fait circuler les rayons de l’esprit,

si clairs

issus des champs d’action divins

en ton sang, te comblant de grâçe :

Regarde la conscience qui guide ton âme.

Chérubins

3) Celui qui parle fait respirer ton existence humaine

passée par morts et par naissances

au temps présent, selon son juste sens :

Regarde ton destin comme épreuve de l’esprit.

Séraphins

Leçon 14

I) Gardien : Où est la fermeté de la terre qui te soutenait ?

Christ : Je quitte le sol terrestre tant que l’esprit me porte.

Lucifer : Jesens la volupté d’être affranchi de tout appui.

Ahrimane : Je veux, par la force de l’esprit, le marteler plus encore.

II) Gardien : Où est l’action plastique de l’eau qui t’imprégnait ?

Christ : ma vie l’éteind tant que l’esprit me forme.

Lucifer : ma vie la dissous pour que j’en sois délivré.

Ahrimane : ma vie la consolide pour que je la transfère dans le monde de l’esprit.

III) Gardien : Où est la force stimulante des airs qui t’éveillais ?

Christ : mon âme respire l’air céleste tant que l’esprit m’entoure.

Lucifer : mon âme n’en a cure dans la félicité de l’esprit.

Ahrimane : mon âme l’aspire en elle pour que j’acquière le pouvoir créateur divin.

IV) Gardien : Où est l’action purifiante du feu qui embrasait ton moi ?

Christ : mon moi brûle dans l’esprit divin tant que l’esprit m’enflamme.

Lucifer : mon moi tient sa puissance de flammede la force solaire de vl’esprit.

Ahrimane : mon moi possède son propre feu qui par lui-même s’embrase.

Leçon 15

I)Le Gardien :

Qu’advient-il de la fermeté de la terre qui te soutenait ?

Angeloï :

Ressens, comment en ton penser nous ressentons.

Archangeloï :

Éprouve, comment en ton sentir nous éprouvons.

Archaï :

Perçois, comment en ton vouloir nous perçevons.

Le Gardien :

Qu’advient-il de la force plastique de l’eau qui t’imprégnait ?

Exousiaï :

Connais l’agir cosmique de l’esprit dans l’agir corporel de l’homme.

Dynamis :

Ressens la vie cosmique de l’esprit dans l’agir corporel de l’homme.

Kyriotetès :

Veuille l’activité cosmique de l’esprit en l’être corporel de l’homme.
Le Gardien :

Qu’advient-il de la force stimulante des airs qui t’éveillais ?

Trônes :

Saisis consciemment l’être intérieur en ton être cosmique divin.

Chérubins :

Prends en toi la chaleur de la vie intérieure en ta vie cosmique divine.

Séraphins :

Éveille en toi la lumière intérieure en ta lumière cosmique divine.

Leçon 16

Leçon 17

Le Gardien :

Vois de l’éther l’arc de couleurs

À l’anneau puissant de lumière,

Fais que ton moi traverse le cercle

Par la force de tes yeux

Qu’a créé la lumière,

Puis de l’autre côté en ton observatoire,

Vois la coupe cosmique en son flot de couleurs.

Angeloï, Archangeloï, Archaï :

Ressens de nos pensées

La vie respirant les couleurs

Dans la coupe et ses flots de lumière ;

Nous portons la lumineuse apparence sensible

Aux royaumes d’Esprit où vivent les essences

Et pénétrés du monde, nous nous tournons

En serviteurs vers de plus hauts Esprits.

Exusiaï, Dynamis, Kyriotétès :

Ce que vous accueillez

De la morte apparence élevez à la vie :

Nous l’éveillons en l’être ;

Nous l’offrons aux rayons

Qui , tissant l’amour,

Manifestent le néant de la matière

En réalité de l’esprit.

Trônes, Chérubins, Séraphins :

En l’univers de ton vouloir

Ressens notre univers qui oeuvre ;

En la matière vient luire l’esprit,

Lorsque nous pensons nous créons ;

En la matière vient créer l’esprit

Lorsqu’en voulant nous vivons ;

L’univers est le verbe d’esprit qui veut le Moi.

Leçon 19

Le Gardien parle depuis le lointain :

(Le Moi de l’être humain se sait dans le domaine du verbe d’esprit, porté par les Séraphins, Chérubins et Trônes).

Qui parle en le verbe d’esprit,

Et dont la voix

Dans le feu des mondes flamboie ?

Depuis le règne de la première Hiérarchie :

Voici que parlent flammes d’étoiles

Voici que flambent Séraphiques puissances de feu ;

Et aussi flambent dans mon coeur –

En la source d’amour de l’être originel

Le coeur de l’homme trouve

Parler créateur de flamme d’esprit :

C’est Je suis –

Le Gardien parle depuis le lointain :

(Le Moi de l’être humain se sait dans le domaine du verbe d’esprit, porté par les Séraphins, Chérubins et Trônes).

Qu’est-ce qui pense en le verbe d’esprit,

Et dont les pensées

Issues des âmes des mondes, créent des formes ?

Depuis le règne de la première Hiérarchie :

Voici que pensent luminaires d’étoiles

Voici que luisent des Chérubines forces formatrices.

Et aussi luisent dans ma tête –

En la source de lumière de l’être originel,

La tête de l’homme trouve

L’agir pensant des âmes qui forment :

C’est Je suis –

Le Gardien parle depuis le lointain :

(Le Moi de l’être humain se sait dans le domaine du verbe d’esprit, porté par les Séraphins, Chérubins et Trônes).

Qu’est-ce qui est force en agir dans le verbe d’esprit

Et dont les forces

Dans les corps des mondes vivent ?

Depuis le règne de la première Hiérarchie

Voici qu’est force en agir le corps cosmique des étoiles,

Voici que corporent des Trônes puissances portantes ;

Et aussi corporent en mes membres –

En la source de vie de l’être originel,

Les membres de l’homme trouvent

Pouvoir porteur des mondes où est force en agir :

C’est Je suis –

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Le vrai visage de l'Anthroposophie, Les textes de la religion anthroposophique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s