Selon la pédagogie Steiner-Waldorf, la gymnastique fait grossir et rend paresseux

L’ouvrage de Stockmeyer est la bible secrète de référence des soit-disant pédagogues Steiner-Waldorf. On y trouve tout le plan scolaire de leurs « écoles », ainsi qu’une foule de recommandations, conseils et directives pédagogiques de Rudolf Steiner, le gourou fondateur. Cet ouvrage n’est pas facile d’accès, même pour un professeur de ces écoles : bien souvent, ce sont les « gardiens du temple » (les membres de la Section Pédagogique de l’École de Science de l’Esprit de la Société Anthroposophique) qui le possèdent et se chargent de le faire respecter dans leurs institutions scolaires. Il vaut mieux en effet qu’un tel ouvrage ne tombe pas entre les mains du public : le lien étroit entre la doctrine ésotérique nommée anthroposophie et les objectifs du plan scolaire Steiner-Waldorf y sont trop clairement lisibles.

Cependant, la lecture de cet ouvrage contient des passages truculents, qui montrent à quel degré d’incongruité avait pu parvenir Rudolf Steiner lorsqu’il dictait à ses disciples-pédagogues certains « principes » de la pédagogie Steiner-Waldorf. Parmi ceux-ci, on trouvera notamment :

« Plus nous faisons exécuter à l’enfant une gymnastique purement corporelle, et plus nous l’entraînons à une activité qui lui causera un besoin toujours plus impérieux de dormir, et où il marquera une propension toujours plus grande à engraisser. » E. A. Karl Stockmeyer, Éléments fondamentaux de la pédagogie Steiner, page 293

Oui, vous avez bien lu : pour Rudolf Steiner, le sport fait grossir et rend paresseux ! Seul l’Eurythmie rendrait actif et éveillé.

Bien sûr, ce genre de considérations fumeuses de Rudolf Steiner ne sont jamais amenées directement : elles s’insèrent dans un ensemble explicatif et argumentatif complexe qui paraît toujours intéressant et même d’une certaine façon convaincant. Ici, Steiner développe tout un argumentaire sur l’effet selon lui néfaste de gestes répétitifs dépourvus de sens, tandis que les gestes corporels chargés de sens auraient des aspects hautement bénéfiques, voire thérapeutiques. Pourquoi pas. Mais au bout du compte, on arrive bel et bien à cette inversion typique des dérives sectaires : le faux devient le vrai, en dépit de l’évidence, à laquelle on ne parvient plus à croire. Ainsi : le sport fait grossir.

Il y a des fois où les énormités qui sous-tendent cette « pédagogie » sont telles que l’on se ne se sent même plus le besoin de les commenter. Tout au plus peut-on écarquiller les yeux de stupeur et d’effroi en sachant que des écoles basées sur de telles directives aient l’autorisation d’exister de nos jours. Car ne nous y trompons pas : cet ouvrage de Stockmeyer continue d’être LA référence des pédagogues Steiner-Waldorf ! Il est régulièrement cité et donné à consulter dans les « formations pédagogiques », notamment celles dispensées à Didascali, dans le Sud de la France, ou à l’Institut Rudolf Steiner de Chatou, dans les Yvelines.

Ne faudra-t-il pas cependant un jour que soit mis un terme à cette « folie » ?!

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Des spécificités "pédagogiques" ?, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Selon la pédagogie Steiner-Waldorf, la gymnastique fait grossir et rend paresseux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s