La fête de la « Spirale de l’Avent » dans les écoles Steiner-Waldorf

135592142633

Le premier lundi après la « Kermesse », ou le « Marché de Noël » des écoles Steiner-Waldorf, a lieu ce qu’on appelle la « fête » de la « Spirale de l’Avent ». En réalité, il ne s’agit nullement d’une fête, mais d’une sorte de cérémonie initiatique pour les enfants, dont le contenu symbolique rejoint les dogmes de la religion anthroposophique. Cette cérémonie collective a  généralement lieu le lundi matin, de 9h à 10h, et est organisée sur le temps scolaire.

Quels sont les présupposés ésotériques d’une telle cérémonie cultuelle à laquelle les pédagogues Steiner-Waldorf font participer des enfants non prévenus, sans avoir non plus demandé l’adhésion formelle de leurs parents à ce que leur progéniture participe à ce rituel religieux anthroposophique ?

Pour l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, les signes du Zodiaque exercent une influence directe sur le cycle naturel d’une part et sur la psychée humaine de l’autre. Ce sont des « influences astrales ». Ces dernières produisent dans la nature, en automne et en hiver, un processus d’intériorisation, qui est par exemple sensible au niveau du retrait de l’entité éthérique et astrale de la plante au sein de la graine, tandis qu’elle se déployait au contraire dans la tiges, les feuilles et les fleurs au cours de l’été.  « L’entité éthérique et astrale de la plante » désigne des espèces de corps subtils et immatériels. Repliée sur sa graine, la « plante éthérique et astrale » se met en relation avec des plans spirituels et divins supérieurs qui vont lui permettre de redéployer son activité au printemps. De même, selon les anthroposophes, à l’approche de Noël, l’âme humaine doit se retourner dans l’intériorité de son « noyau », c’est-à-dire dans son « moi profond », afin de trouver en elle-même une force cosmique supérieure qui lui permettra de se renouveler. Cette force est celle du « Verbe de l’Univers ». Ou le « Christ » des anthroposophes. Le texte mantrique des anthroposophes dont nous reproduisons ici un extrait caractérise bien cette pensée magico-religieuse où la nature et la psychée humaine sont sensées vivre une vie parallèle faite de correspondances étroites :

« La nature s’enfonce dans l’hiver et la terre dans la nuit. Le soleil de décembre est au plus bas du ciel et l’élan créateur à son point mort. Cristaux de neige, squelettes d’arbres, structures pétrifiées devenues visibles, rappellent seuls encore le monde des formes et des étoiles sur le sol. Mais en ces formes la vie ne circule ni ne chante. Elle n’est plus que volonté tenace de durer dans les profondeurs où elle s’est réfugiée. Là se conservent les formes-mères, celle dont s’inspirera l’été prochain. Là est le type, la vérité, l’origine que rien n’efface ni n’altère. Tout ce qu’il y avait d’imparfait dans la tendance s’achève en se réalisant de forme en forme. » (Rudolf steiner, Douze Harmonies Zodiacales, Ed. Triades)

Je n’ai personnellement rien contre ce genre de conceptions ésotériques. En revanche, je suis scandalisé que l’on puisse faire participer des enfants à des cérémonies symboliques mettant en jeu de telles conceptions, sans leur en expliquer la teneur, ni avoir informé les parents du caractère initiatique de ce dans quoi sont engagés leurs enfants scolarisés dans ces écoles dites de pédagogie parallèle ! Imaginez que l’on vous fasse participer à un rite vaudou sans que vous en soyez averti. Ou que vos enfants soient baptisés à votre insu alors que vous êtes persuadé qu’ils ne font que suivre des cours. Or c’est bien ce qui se passe dans les écoles Steiner-Wadorf :  on fait participer les enfants à des rituels anthroposophiques sans en informer les parents. La « Spirale de l’Avent » en est l’exemple parfait. En effet, regardons de près cette cérémonie et remarquons en quoi elle met en jeu les conceptions anthroposophiques :

A cette cérémonie cultuelle  participe la « Première classe » et la « 12ème classe », tandis que « toute l’école » y assiste (professeurs et élèves). Il s’agit-là d’une manière de symboliser le fait que le « début » et la « fin » communiquent, que le « Premier » rejoint le « Dernier », que le « Principe » touche à la « Fin », et l’Alpha à l’Omega, etc. Nous sommes ici dans une sorte de conception biblique et cyclique du monde, où la référence aux textes apocalyptiques n’est pas très éloignée. Il s’agit aussi d’une manière de signifier que l’école est une sorte de communauté, voire de famille élargie, où les élèves des « Petites Classes » ont pour « grands frères » ceux des « Grandes Classes ». Cette cérémonie a lieu dans une grande salle où les fenêtres ont été recouvertes de tissus noir, afin de la plonger dans l’obscurité la plus complète possible, en dépit des normes de sécurité en vigueur dans tout établissement scolaire. Sur le sol est disposé, avec des branches de pin, la forme d’une grande spirale, au centre de laquelle se trouve une bougie. On se croirait dans une sorte de crypte. Chaque élève de la « Première classe » reçoit d’une élève de la « 12ème classe » une bougie, qu’il va devoir allumer en suivant le parcours de la spirale. Une fois allumée sa propre bougie à l’aide de la bougie située au centre de la spirale, l’enfant la rapporte en suivant le tracé de la spirale, en sens inverse. Pendant ce temps, toute l’école entonne des chants religieux.

spirale-de-l-avant

L’enfant Steiner-Waldorf est donc engagé dans un mouvement concentrique où il évolue vers un centre éclairé. Dans ce centre, il trouve une source de lumière. Puis il repart, avec sa propre lumière, dans un mouvement d’extension vers la périphérie. Cet acte cultuel symbolise le mouvement d’intériorisation de l’âme humaine lors de l’entrée dans la saison d’hiver, puis le nécessaire redéploiement de cette âme vers l’extériorité du monde, qui doit lui succéder. Trouver sa « lumière intérieure » en allant au « centre de soi-même », ce sera trouver le Christ qui va naître à Noël. Car le Christ est, pour les anthroposophes, à la fois une force psychique qui se manifeste dans le « moi » profond de l’être humain, et une puissance cosmique de la Nature capable d’agir sur les plantes.

3564231Il faut imaginer l’effet psychique produit sur l’enfant. Il est considérable ! Car cette cérémonie reprends le dispositif qui était celui des « Mystères » de la Grèce antique, où, pour comprendre certaines idées mystiques, le néophyte était engagé corporellement dans une sorte de parcours symbolique. Certaines sociétés secrètes reprennent aujourd’hui encore de tels procédés. Mais ici, cela se passe dans une école, qui plus est « sous-contrat » avec l’Éducation Nationale, ou du moins ayant reçu un agrément de l’État en vue d’une mission d’éducation et d’instruction. Mais sommes-nous encore dans un tel cadre ? Ces cérémonies ne devraient-t-elle pas avoir lieu en dehors de toute structure scolaire ? N’est-ce-pas l’affaire d’un ordre religieux, d’une confrérie ou d’une officine cultuelle que de les organiser, avec l’accord éclairé des parents, qui adhéreraient à ces croyances et voudraient que leurs enfants en bénéficient ?

Ces considérations ésotériques étant mises à jour, songeons un instant à certains aspects pratiques de la chose : un plancher en bois ; des aiguilles de pins au sol ; des bougies allumées posées au beau milieu de tout cela ; des ouvertures et des aérations obturées ; une obscurité quasi-totale ; un nombre considérables d’élèves  et de professeurs réunis dans un même espace… Certaines boites de nuit qui ont pris feu en occasionnant un nombre de victimes conséquent n’avaient-elles pas des paramètres sensiblement identiques ?

Lire la suite…

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Les cérémonies cultuelles Steiner-Waldorf, Une pédagogie dangereuse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La fête de la « Spirale de l’Avent » dans les écoles Steiner-Waldorf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s