Merci pour vos témoignages !

Depuis plusieurs mois, par l’intermédiaire de mon blog, je suis amené à recevoir de nombreux témoignages bouleversants concernant les écoles Steiner-Waldorf et l’Anthroposophie : ceux de parents ayant pris conscience de la vraie nature de ces écoles et qui ont du lutter pied à pied, chaque jour, des mois durant parfois, pour en arracher leurs enfants, en déjouant des pièges vicieux qui leur étaient tendus ; ceux de familles ou de femmes tombées sous la coupe d’un gourou anthroposophe local, qui sont parvenues à sortir de son emprise et de la forme d’esclavage à laquelle elles avaient été réduites, cependant brisées et meurtries au plus profond d’elles-mêmes, dans leur chair ou dans la chair de leur chair ; ceux de salariés ou d’anciens salariés d’institutions anthroposophiques qui tiennent à me raconter ce qu’ils ont enduré et ce qu’on leur a fait subir ; ceux de couples dont l’un des conjoints est tombé dans la mouvance anthroposophique et dont le compagnon ou la compagne, resté lucide, a vu, sans pouvoir rien y faire, celui ou celle qu’ils aimaient changer et les quitter ; ceux de personnes qui ont entamés des démarches judiciaires pour recouvrer leur dignité, alors même qu’ils sont fragilisés et qu’ils savent avoir affaire à un adversaire très puissant, tant sur le plan social que politique et économique ; ceux aussi qui ont échoués à faire valoir leurs droits et qui ont le courage de vivre encore après cela, en portant le poids de leurs dignités bafouées ; ceux d’anciens élèves Steiner-Waldorf qui endurent les conséquences de l’endoctrinement qu’ils ont subis, après en avoir pris conscience, et qui luttent au quotidien pour s’ancrer dans une vie plus normale et se défaire des modes de pensée pernicieux qui ont été imprimés dans leurs esprits ; ceux qui, après avoir perdues plusieurs années de leurs vies en travaillant dans une institution anthroposophique, s’étant donnés corps et âme au mépris de leur santé et de leur vie familiale, ont décidé de faire un autre choix de vie et s’efforcent actuellement de rejoindre un milieu professionnel plus sain, peinant cependant à s’insérer, cherchant du travail ou préparant des concours, faisant face à d’importantes difficultés financières ; celles ou ceux qui ont eu le malheur d’entamer une relation amoureuse avec un ou une anthroposophe, et qui ont peu à peu senties des pressions de plus en plus insistantes pour le devenir eux-mêmes, qui ont résisté ou n’ont plié que partiellement au formatage et au « lavage de cerveau » qu’on voulait leur imposer, et qui de ce fait ont fini par être considérées comme des choses sans importance de la part de leur conjoint ou leur conjointe, pour qui l’adhésion à l’Anthroposophie passait bien avant le lien de personne à personne ; ceux qui ont été séduits par les belles et trop parfaites apparences que savent donner d’eux-mêmes les anthroposophes, et qui ont vu avec effroi ce qui se cachait derrière ces façades trompeuses ; ceux qui ont pris conscience que la doctrine anthroposophique à laquelle ils ont cru durant des années avait fini par atteindre et déformer l’intimité de leur pensée, et qui œuvrent pour lui restituer sa droiture perdue ; ceux qui ont compris que quelque chose n’allait pas au sein du milieu anthroposophique, mais qui souffrent de ne pouvoir encore prendre conscience que la racine du mal se trouve dans l’œuvre et la personnalité de Rudolf Steiner lui-même ; ceux qui ont dépensé des sommes importantes dans des « formations » liées à l’Anthroposophie, ou à la pédagogie Steiner-Waldorf, et qui se sont rendu de compte de la valeur réelle de ce qui leur était dispensé ; ceux qui s’étaient progressivement coupés socialement de leurs familles et de leurs proches en se laissant happer par la mouvance anthroposophique, et qui doivent désormais reconstituer leurs réseaux sociaux, voire leur sens même du lien à autrui ; etc.

A toutes ces personnes qui, spontanément, ont tenu à me faire connaître leurs blessures et leurs luttes, je tiens en ce jour de Noël à leur exprimer ma reconnaissance. Car j’ai beaucoup appris de vos souffrances et de vos combats ! Et j’ai ressenti une joie profonde à chacune de vos victoires, grandes ou petites, pour rejoindre le courant de la vraie vie, dont l’Anthroposophie et ses institutions vous avaient détourné. Votre courage contrebalance toutes les lâchetés et les incapacités à la liberté dont j’ai également été le témoin. Vos petits mots de reconnaissance effacent largement les messages d’insultes ou les calomnies sans intelligence que l’on m’adresse régulièrement. Être le témoin, même lointain, d’individus qui se libèrent d’une emprise sectaire et qui veulent redevenir des sujets à part entière est un bonheur sans prix, lorsque l’on sait qu’on a contribué pour une part à cette libération.

Certes, je ne peux que regretter que la société soit encore si faible à vous épauler comme elle le devrait. Mais je sais que chacune de vos épreuves a du sens, quand bien même elles restent pour l’heure parfaitement inconnues, négligées des journalistes qui continuent à se faire les apologues des institutions issues de ce mouvement. Pour ma part, je suis persuadé que contribuez, par votre courage et votre volonté de revenir à la vie, à ce qu’un jour éclate l’entière vérité, face à laquelle plus personne ne pourra se défausser de ses responsabilités, ni continuer à mentir impunément. Vos témoignages apaisent également le souvenir de l’épreuve que j’ai du endurer pour avoir eu moi-même le courage de publier ce que je savais sur les écoles Steiner-Waldorf et sur l’Anthroposophie. Oui, les souffrances subies par certains sont parfois écrasantes. Ce sont des vies qu’il faut tenter de reconstruire ! Et ceux qui veulent se remettre debout chancellent parfois avant d’y parvenir. Mais il ne s’agit plus désormais de souffrances isolées. Ces souffrances sont celles de tout ceux qui, à travers leurs destins individuels, luttent pour recouvrer leur liberté, leur autonomie et leur intégrité, ou celles de leurs proches, que l’Anthroposophie a voulu leur voler. Et ces luttes ont de la valeur, quelle que soit la puissance de ceux qui veulent les étouffer.

Advertisements

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans L'aliénation mentale de l'Anthroposophie, L'aliénation sociale de l'Anthroposophie, Une pédagogie dangereuse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Merci pour vos témoignages !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s