Jack Lang et Jacques Dallé : l’improbable échange épistolaire !

Au cours de l’année 2001, la Fédération des écoles Steiner-Waldorf avait entrepris un important travail de lobbying auprès de l’opinion public et des instances de la République Française, afin de contrecarrer (notamment) les affirmations du rapport d’enquête parlementaire sur les sectes et l’argent qui venait d’être publié quelques temps auparavant. Une grande campagne de pétition en faveur de ces écoles avait été lancée. Et la récolte fut abondante ! De nombreuses signatures, dont parfois certaines des plus improbables, comme celle du chanteur Renaud, furent recueillies. C’est dire à quel point la Fédération avait (et a sans doute encore) le bras long, à la fois dans l’opinion, la presse et même chez certains hommes politiques. Pour avoir suivi tout ceci de l’intérieur à l’époque des faits, je me souviens comment certains professeurs très au courant me racontaient comment la Fédération était même parvenu à toucher l’entourage proche de Ségolène Royal, qui était pourtant considérée comme la principale instigatrice de ces « attaques » (pour employer le vocabulaire des anthroposophes, qui était le mien alors).

Au cours de cette période, on vit se produire un spectaculaire retournement en faveur des Écoles Steiner-Waldorf, notamment à l’issue de la condamnation du Député Jacques Guyard, lors du premier procès que lui intenta la Fédération. (Jacques Guyard fut cependant relaxé en deuxième instance). Il se produisit également un étonnant échange épistolaire entre le Ministre de l’Éducation Nationale de l’époque, Jack Lang, et Jacques Dallé, le Président de la Fédération. (Nous publions au bas de cet article les deux lettres en question).

Jack L

Étonnant, voire même surprenant, car le ton adopté par Jack Lang et les décisions que celui-ci a prises en faveur de ces écoles, en dépit des rapports qui lui avaient été transmis, ne peuvent que susciter a posteriori des interrogations. Mais celles-ci commencent à se dissiper lorsque l’on sait que ce Ministre aurait eu lui-même une nièce très proche des écoles Steiner-Waldorf. Ce sont du moins les rumeurs qui circulaient en interne à cette époque, au sein des écoles Steiner-Waldorf elles-mêmes, telles que j’ai pu les entendre.

Toujours est-il que les actes de Jack Lang, quelles que furent ses motivations personnelles, ont eu des conséquences importantes et ont laissé des traces que l’on peut encore percevoir aujourd’hui. L’une d’elle prend la forme d’une « citation » de Jack Lang, mise en exergue depuis quelques temps sur le site de la Fédération. On peut y lire en effet la phrase suivante :

« Le mouvement Steiner est un mouvement très inventif qui a beaucoup contribué à faire bouger l’école… » Retrouver la citation complète de Jack Lang, ancien Ministre de l’Éducation.

Quand on a affaire à des anthroposophes, ou aux écoles Steiner-Wadorf, il est extrêmement important d’être d’une vigilance sans faille au sujet des mots employés, même si ceux-ci peuvent paraître insignifiants en apparence. La moindre modification peut en effet être lourde de sens et de conséquences ! Nous en avons ici un exemple. Car apparaît aussitôt un premier travestissement de la vérité, tel que savent en produire les anthroposophes en jouant sur les mots. Celui-ci pourrait passer inaperçu. En effet, le texte nous invite à retrouver la « citation compète » de Jack Lang. Or, si l’on y réfléchit, une citation ne saurait être complète, puisqu’une citation est par définition extraite d’un ensemble à laquelle elle appartient. Lorsqu’on clique sur le lien indiqué par le site, on trouve en effet une phrase un peu plus longue, faisant l’apologie de ces écoles. Mais cette phrase est elle-même extraite d’un contexte plus large dont il n’est pas fait mention.

Quel est ce contexte ? Les archives de la Fédération mettent à disposition une autre lettre de Jack Lang demandant assez clairement, quoique de manière polie, que la Fédération cesse de dissimuler aux parents le fait que l’Anthroposophie de Rudolf Steiner est en réalité à la base de cette « pédagogie » :

« Il me semble souhaitable que les écoles membres de votre Fédération ne limitent pas l’information des parents de leurs élèves aux pratiques pédagogiques spécifiques qui sont les vôtres, mais qu’elles l’ouvrent également à la connaissance de la pensée de votre fondateur, Rudolf Steiner. »

En langage clair, cela voulait dire : vous devez cesser de tricher en dissimulant aux parents que l’Anthroposophie est derrière tout ça ! Vous ne pouvez plus continuer à faire comme si vous étiez simplement une pédagogie innovante ayant des pratiques alternatives, mais vous devez informer clairement les parents d’élèves qui inscrivent leurs enfants dans vos écoles que votre pédagogie s’appuie sur une doctrine ésotérique et mystique ! Les avis des conseillers de son Cabinet, qui avaient probablement étudiée la question assez sérieusement, ne permettaient sans doute pas à Jack Lang de taire cette injonction officielle, malgré son probable désir de le faire. Tout au plus a-t-il pu y mettre des formes qui ne risquaient pas d’apparaître comme une critique ouverte.

La réponse que Jacques Dallé renvoya alors à Jack Lang sur ce point fut un chef-d’œuvre de sophistique, tel qu’il est rare d’en trouver sur cette Terre ! Il s’agit probablement, à mon sens, du plus élaboré et du plus habile passage de littérature diplomatique que Jacques Dallé ait jamais produit de sa vie, lui qui en a pourtant tant écrit ! Examinons en effet le paragraphe de cette lettre du 11 septembre 2001 :

« Je tiens à vous rappeler que les écoles Steiner-Waldorf sont des établissements scolaires qui proposent à leurs élèves un enseignement fondé sur une pédagogie spécifique, inspirée des travaux de Rudolf Steiner, mais qu’elles n’ont pas vocation à initier les élèves ou leurs parents à la connaissance ou à la pratique d’un mouvement de pensée particulier, quel qu’il soit. Les enseignants des écoles Steiner-Waldorf élaborent leur pratique professionnelle à partir des travaux pédagogiques de Steiner : ces sources documentaires, qu’ils diffusent par exemple dans des conférences, sont accessibles dans nos établissements aux parents d’élèves qui le souhaitent. En ce qui concerne les ouvrages relatifs à l’anthroposophie, ils sont dans le domaine public et n’importe qui peut se les procurer aisément. Les écoles Steiner-Waldorf exercent leur activité d’établissements d’enseignement en toute transparence, mais sans aucune volonté de prosélytisme. »

De nombreux mensonges, ou vérités partielles, émaillent ce paragraphe et lui donne son caractère convaincant. Tentons de les repérer :

1) Jacques Dallé répond à Jack Lang que les écoles Steiner-Waldorf n’ont pas vocation à « initier les élèves ou leurs parents à la connaissance ou à la pratique d’un mouvement de pensée particulier, quel qu’il soit ». Jacques Dallé met ici sur le même plan l’information des parents et celle des enfants. Or ces deux démarches ne peuvent être confondues ! Informer les enfants est effectivement impossible sans faire de prosélytisme, comme je l’ai montré dans un autre article. Mais ce n’est pas le cas des parents, lorsque ceux-ci demandent des renseignements sur ces écoles. Car des adultes ont la possibilité de choisir en leur âme et conscience quel type de pédagogie ils veulent pour leurs enfants, quand on leur dit clairement les choses. Si on leur dit clairement qu’il s’agit d’une pédagogie s’appuyant sur une doctrine ésotérique et un mouvement religieux, et que tout deux sont présents dans ce qui est proposé aux élèves, les parents peuvent décider d’aller voir ailleurs. Mais si on ne les en informe pas, ils auront inscrits leurs enfant sur un malentendu, pour ne pas dire une escroquerie. Jack Lang ne demandait donc pas à la Fédération de parler aux élèves de ces écoles de l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, mais de le faire auprès de leurs parents ! Ce sont les parents que le Ministre de l’Éducation souhaitait voir mieux informés en matière d’Anthroposophie, et non leurs enfants scolarisés dans ces écoles ! Mais on voit comment, par une habile substitution sémantique, Jacques Dallé récuse la demande de Jack Lang, allant même jusqu’à dire que c’est par respect de la liberté de conscience des enfants qu’on ne parle pas ouvertement d’Anthroposophie aux élèves dans ces écoles. Ceci est une déformation effroyable de la vérité ! Car c’est bien par respect de la conscience des enfants qu’il faudrait parler ouvertement de l’Anthroposophie aux parents qui se renseignent sur ces écoles ! En effet, un enfant dont les parents ne sont pas informés que leur progéniture intègre un système scolaire construit sur une nouvelle religion est un enfant qui va subir une influence à laquelle ses parents n’auront pas les moyens de le soustraire, s’ils le souhaitent, tout simplement parce qu’ils n’auront pas eu les moyens de l’identifier suffisamment clairement auparavant. Ils ne pourront pas non plus verbaliser auprès de leur enfant les raisons du choix pédagogique et religieux très particulier qu’ils ont fait, comme peuvent par exemple le faire les parents de confession chrétienne inscrivant leurs enfants dans une école catholique, ou autre. Or la non-verbalisation de ce genre de choix de vie a de lourdes conséquences psychologiques sur les enfants ! Ils vivent en effet dans un monde à part dont ils perçoivent confusément l’étrangeté, mais qu’on leur présente comme étant la normalité, ce qui crée de la confusion dans leurs esprits. Imaginez une école catholique qui ferait tout pour cacher son appartenance au Catholicisme ! Et qui ferait participer les enfants à des messes ou leur ferait dire des prières sans que personne ne s’en aperçoive ! Ou qui enseignerait son Catéchisme en le saupoudrant dans toutes les matières ! Or telles sont les « paroles » ou les « fêtes » qui ont lieu dans les écoles Steiner-Waldorf : ce sont des prières et des messes anthroposophiques dissimulées ! On le verra notamment à travers l’étude de la cérémonie de la Spirale de l’Avent. Et tel est l’enseignement de la doctrine anthroposophique aux élèves des écoles Steiner-Waldorf : un saupoudrage permanent d’anthroposophie dans toutes les matières enseignées, ainsi que le révèle notamment l’étude des cahiers de ces élèves.

Ou imaginez encore une école se présentant seulement comme une pédagogie alternative innovante, alors que les bases de sa pédagogie reposerait sur la religion vaudou. Celle-ci affirmerait haut et fort : certes, toutes notre pédagogie est intimement associée au vaudou, mais nous n’enseignons nullement le vaudou aux enfants ! Cette école et cette pédagogie seraient-elles crédibles ? Bien sûr que non ! Or c’est bien ce qu’a dit Henri Dahan, délégué général de la Fédération, le 5 avril 2013, en prétendant que « l’Anthroposophie est la base de toute notre pédagogie », mais en ajoutant que « nous n’enseignons pas l’Anthroposophie aux élèves ». Cette affirmation est nécessairement fausse et mensongère : les pédagogues des écoles Steiner-Waldorf font bel et bien vivre les enfants qui sont scolarisés au sein de leurs établissements dans une ambiance religieuse et au sein de rituels anthroposophiques ! Mais ils le font sans en avertir les parents, sans donner à ces derniers les moyens d’identifier ces éléments religieux anthroposophiques. Et ils réussissent même à ce que les enfants eux-mêmes ne s’en aperçoivent pas ! Ils les formatent, voire les convertissent, à leur insu.

2) Jacques Dallé répond à Jack Lang que les « sources documentaires, que (les écoles Steiner-Waldorf) diffusent (…) sont accessibles dans nos établissements aux parents d’élèves qui le souhaitent. En ce qui concerne les ouvrages relatifs à l’anthroposophie, ils sont dans le domaine public et n’importe qui peut se les procurer aisément ». Mais là encore, il s’agit d’une demi-vérité servant à masquer un énorme mensonge ! En effet, une fois que les parents ont inscrits leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf, ceux-ci trouveront certainement de la documentation sur l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, s’ils font la démarche de se renseigner, de poser des questions et d’insister pour qu’on ne leur fournisse pas de réponses trop évasives. Mais ce que reprochait Jack Lang à la Fédération des écoles Steiner-Waldorf n’était pas tant de ne pas informer les parents sur l’Anthroposophie après qu’ils aient inscrits leurs enfants dans ce type de scolarité, mais surtout de ne pas le faire avant ! Car c’est avant de faire un choix que l’on doit disposer des éléments nécessaires pour choisir en son âme et conscience, et non après ! Imaginez un candidat à une élection se présentant sur la base de propositions, puis mettant en œuvre après son élection des mesures toutes autres, voire diamétralement opposées. Ce serait un véritable scandale, car le choix des électeurs aurait été préalablement faussé ! En n’informant les parents de la présence de l’Antroposophie qu’après leur décision de placer leurs enfants dans ces institutions scolaires (et encore pas suffisamment clairement ni suffisamment directement à mon sens, mais par petites touches progressives, dans une optique de séduction), les écoles Steiner-Waldorf ont donc faussé le processus de prise de décision. Elles ont violé des libertés ! Elles ont mis en avant des arguments (pédagogie innovante, méthode d’apprentissage spécifique, créativité des élèves, pratiques artistiques, contact avec la nature, nourriture bio, etc) pour que les parents prennent leur décision en fonction de ces critères, mais ont dissimulés des éléments qu’il aurait été essentiel de faire connaître en amont. Or, en amont, les écoles Steiner-Waldorf font tout pour cacher au public leur appartenance à l’Anthroposophie de Rudolf Steiner. Car maquiller cette dernière en la présentant comme une « pensée » ou un « nouvel humanisme » est une mascarade. L’anthroposophie est une doctrine ésotérique ! Et une nouvelle religion new-age ! Voilà ce qu’il faudrait dire ouvertement aux parents avant qu’ils n’y inscrivent leurs enfants, et non après (quand cela est fait aussi clairement que je viens de le faire, ce qui est plutôt rarissime).

En outre, l’argument selon lequel les ouvrages de Steiner sont dans le domaine public est hautement fallacieux ! En effet, qui va dans le rayon « Ésotérisme » d’une librairie pour chercher des renseignement sur une pédagogie dite alternative ?! C’est à la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf de renseigner clairement les parents et le public sur la doctrine mystique et ésotérique de Rudolf Steiner, et non à ces derniers d’aller se renseigner par eux-mêmes s’ils le souhaitent et comme ils le peuvent ! Car quand on fait la promotion d’un produit, ou d’une école, on doit dire toute la vérité sur ce produit, ou cette école ! Il s’agit d’un devoir moral élémentaire auquel une conscience saine ne devrait pas pouvoir se soustraire, plutôt que d’utiliser les prodigieuses ressources d’une intelligence hors-norme pour produire un argumentaire comme celui que Jacques Dallé présente ici. En définitive, l’existence de mon article intitulé L’endoctrinement des élèves à l’Anthroposophie dans les écoles Steiner-Waldorf, publié sur le site de l’UNADFI, ne fait que rendre accessible une information que la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf aurait du elle-même fournir…

Pourquoi revenir aujourd’hui sur cet échange épistolaire, vieux de plus d’une dizaine d’années maintenant, me direz-vous ? Parce que rien n’a fondamentalement changé ! Parce ce que cet habile mensonge est toujours en place et qu’on ne le trouve nulle part plus clairement formulé que dans cette fameuse réponse de Jacques Dallé à Jack Lang. Or, s’il advenait que la question des écoles Steiner-Waldorf revienne un jour sur la place publique, comme elle le fit au début des années 2000, il faut cette fois souhaiter qu’il se trouve des esprits suffisamment vigilants pour que soient déjouées les demi-vérités que véhiculent les institutions représentatives de l’Anthroposophie, et leurs rusés dirigeants.

Grégoire Perra

Document n°1 :

Capture du 2014-01-01 22:46:25

Capture du 2014-01-01 22:47:14

Document n° 2 :

Paris, le 11 septembre 2001

Monsieur le Ministre,

Je vous remercie de la lettre que vous m’avez adressée le 24 juillet dernier. Comme vous j’apprécie qu’un dialogue ait pu s’instaurer entre les responsables du ministère de l’Éducation nationale à Paris et notre Fédération. Je serais heureux si, dans toutes les académies dont dépendent les écoles Steiner-Waldorf, la même qualité d’écoute était observée. Nous constatons en effet, dans les écoles sous contrat comme dans celles qui sont hors contrat, qu’un régime d’exception et des attitudes discriminatoires continuent souvent d’être appliqués. Monsieur Groscolas s’est engagé à rappeler plus clairement l’esprit de la loi de 1998 sur le renforcement du contrôle de l’obligation scolaire, qui garantit le respect du projet pédagogique et qui doit vérifier la progression de l’élève dans la réalisation de ce projet et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Je me permets de vous rappeler que nous sommes à la disposition des inspecteurs de votre ministère pour les informer précisément sur les spécificités de la pédagogie Steiner-Waldorf.

Au cours des derniers mois, pour satisfaire à la réglementation en vigueur en matière de vaccinations, nos écoles ont consacré un effort important pour rappeler aux parents d’élèves les obligations légales. Des effets significatifs s’en sont suivis. Je vous confirme que nous avons engagé nos chefs d’établissement à exercer un contrôle rigoureux au moment de l’inscription des nouveaux élèves lors de cette rentrée scolaire.

Je prends acte avec beaucoup de satisfaction que vous confirmez que les écoles Steiner-Waldorf sont innocentes des accusations sectaires dont elles ont fait l’objet. Ces accusations ignobles nous ont causé des préjudices considérables. Je vous remercie de les avoir ainsi officiellement contredites, comme vient de le faire la Cour d’appel du Tribunal correctionnel de Paris qui a confirmé que les propos tenus à notre sujet il y a deux ans par M. Jacques Guyard étaient bien diffamatoires.

Dans votre lettre, vous exprimez le souhait « que les écoles […] ouvrent également [les parents d’élèves] à la connaissance de la pensée de […] Rudolf Steiner. » Je tiens à vous rappeler que les écoles Steiner-Waldorf sont des établissements scolaires qui proposent à leurs élèves un enseignement fondé sur une pédagogie spécifique, inspirée des travaux de Rudolf Steiner, mais qu’elles n’ont pas vocation à initier les élèves ou leurs parents à la connaissance ou à la pratique d’un mouvement de pensée particulier, quel qu’il soit. Les enseignants des écoles Steiner-Waldorf élaborent leur pratique professionnelle à partir des travaux pédagogiques de Steiner : ces sources documentaires, qu’ils diffusent par exemple dans des conférences, sont accessibles dans nos établissements aux parents d’élèves qui le souhaitent. En ce qui concerne les ouvrages relatifs à l’anthroposophie, ils sont dans le domaine public et n’importe qui peut se les procurer aisément. Les écoles Steiner-Waldorf exercent leur activité d’établissements d’enseignement en toute transparence, mais sans aucune volonté de prosélytisme.

Pour conclure, je sollicite auprès de vous un rendez-vous pour évoquer ces différents sujets et réitérer la proposition que je vous ai faite dans mes lettres du 25 avril et du 30 juin 2000. L’intérêt que représente l’existence dans notre pays d’écoles différentes, offrant une véritable alternative pédagogique aux élèves et à leurs parents, doit être reconnu. Je souhaite que le ministère de l’Éducation nationale appuie la Fédération des Écoles Steiner en France dans cet objectif et qu’il étudie avec elle les termes d’une « convention » lui permettant de disposer de la garantie du respect de son identité et lui offrant les moyens financiers nécessaires à son développement.

En vous remerciant de l’écoute attentive que vous avez bien voulu nous témoigner et de l’intérêt que vous manifestez à l’égard de nos écoles, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.
Jacques Dallé

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Des spécificités "pédagogiques" ?, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jack Lang et Jacques Dallé : l’improbable échange épistolaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s