La Présidente de la Fédération des Ecoles Steiner-Waldorf dans le RER B !

Bien que mon rapport a l’idée de « Karma » ou de « destin » ait nécessairement bien changé depuis ma sortie de l’Anthroposophie et du monde des anthroposophes, je dois admettre que la vie manifeste parfois des surprises pleines de sens, à travers le mystérieux jeu des coïncidences dont elle est capable. Samedi dernier, je dînais en effet chez une ancienne amie de mes années d’études, une de celles avec qui il m’est possible de discuter des heures durant sans lassitude aucune, parce qu’il existe entre nous une compréhension et une confiance qui permettent la vraie relation entre les esprits. N’ayant suivi que de très loin l’affaire de mon procès, elle me demanda de lui raconter dans le détail l’audience du 5 avril 2013 et ma victoire finale sur la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf, ce que je fis volontiers.
*
Mon récit fut ponctué de sa part de formidables éclats de rire, tandis qu’elle entendait ce qu’avaient été les prestations des témoins qu’avait fait venir à la barre la Fédération pour tenter de decrédibiliser mon témoignage (Lire le compte-rendu sur mon blog : Éléments d’anthologie d’un procès). Mon amie ne cessait d’écarquiller tout grands les yeux en me disant :
*
– « C’est à peine croyable ! Mais comment peut-on être aussi bête ?! Ils se sont vraiment tiré une balle dans le pied ! »
*
– « Tu n’imagines pas jusqu’à quel point, lui répondis-je. C’est l’Anthroposophie qui fait cela ! Cette doctrine détruit les connexions logiques de la pensée et segmente la réalité en compartiments totalement étanches les uns des autres. C’est la raison pour laquelle ils sont allé aussi aveuglément confiants droit dans le mur. »
*
Elle acquiesça, puis me regarda fixement d’un air à la fois grave et amusé :
*
– « Et si tu revoyais maintenant ton ancienne professeur, la Présidente de la Fédération, celle qui dit que tu as raison en interne et qui t’a fait néanmoins un procès public, que lui dirais-tu ? »
*
– « Que veux-tu dire à des gens aussi faux ? lui demandais-je alors. »
*
– « Je ne sais pas, me répondit-elle. Tu pourrais juste te poser devant elle et lui dire : « Alors, ce procès ? Alors ?! »
*
Puis notre conversation quitta ce thème pour en aborder de nombreux autres, concernant nos vies, ou la vie en général, dans cette complicité joyeuse et profonde qui fait de nous de vrais amis depuis toujours.
*
Le surlendemain, un lundi soir, vers 17h, je me trouvais dans le RER B, à proximité de Port-Royal, assis au milieu du wagon, quand mon regard fut attiré par la typographie d’une revue que lisait une femme assise plus loin. Cette typographie  était celle des « Nouvelles », la revue interne anthroposophique, que seuls les membres de la Société Anthroposophique en France peuvent se procurer. Comme tout ce qui appartient au milieu anthroposophique, cette typographie spécifique n’avait pas évoluée d’un pouce, ce qui me permis ce jour-là de la reconnaître facilement, après des années.
*
Étant assise de dos par rapport à moi, il me fut dans un premier temps impossible d’identifier cette lectrice. J’observais alors son accoutrement. Elle était vêtue d’un ensemble vert, terne et usé, tandis que sa coupe de cheveux, artificiellement frisés et colorés,  la faisait ressembler au membre d’un cheptel pour une publicité de la marque Benetton.
*
– « Quel manque de goût ! pensais-je intérieurement. Comment peut-on s’habiller comme ça ! Voilà bien une anthroposophe ! Au moins n’est-elle pas en violet ni en mauve, mais ce n’est guère plus séduisant. »
*
Puis, arrivée à la station Luxembourg, la lectrice rangea sa revue dans son sac  à main et se leva. C’est alors seulement que je reconnu Marie-Céline Gaillard, la Présidente de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf ! Son visage tendu avait cette même expression de fouine angoissée et triste que je lui avait toujours connue. Pressée par ses impératifs du moment, elle ne remarqua pas ma présence et descendit du wagon. En la voyant s’éloigner sur le quai, je pensais :
*
– « Sait-elle, ou  pressent-elle seulement, que le destin, à cet instant précis, vient de la frôler ?! Et  qu’il finira sans doute bientôt par la rattraper… »
Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Tout sur le procès et le verdict du 24 mai 2013. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La Présidente de la Fédération des Ecoles Steiner-Waldorf dans le RER B !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s