L’Anthroposophie et le New-Age

Présenter l’Anthroposophie dans son contexte historique est très difficile pour un ancien anthroposophe ! Car je ne sais de ce contexte que ce que Steiner a bien voulu en dire. Or celui-ci a largement réécrit l’histoire de l’Anthroposophie à sa manière et selon ses intérêts. De plus, l’Anthroposophie est une doctrine enfermante : quand on s’intéresse à elle, on finit vite par ne s’intéresser à rien d’autre qu’elle. Même ce qui lui a donné naissance ne suscite aucune curiosité pour l’anthroposophe ! Durant mes nombreuses années passées au sein de cette mouvance, je n’ai rencontré aucun anthroposophe qui avait lu, par exemple, un seul ouvrage de H.P. Blavatsky, sans laquelle pourtant l’Anthroposophhie n’existerait pas et à laquelle Steiner a énormément emprunté. Mais je peux néanmoins essayer de tracer quelques lignes de compréhension, puisque cela fait plusieurs années maintenant que j’ai pris mes distances.*

*

Les origines

*

La doctrine anthroposophique s’est constituée avec le personnage de Rudolf Steiner, de 1900 à 1925. Avant cette période, il était un personnage se présentant comme un lettré et un philosophe, ayant travaillé principalement sur les œuvres de Nietzsche et sur celles de Goethe. Cependant, bien qu’il commente des philosophes, Steiner n’en était pas un lui-même : ses écrits soit-disant philosophiques portent tous la marque d’un dogmatisme, parfaitement repérable.

*

Puis il s’est mis à fréquenter la Société Théosophique et y a donné des conférences. En même temps, il est entré dans d’autres cercles dispensant un savoir occulte, comme la loge Memphis-Misraïm de la Franc-Maçonnerie (et, si j’ai bien lu la conclusion de l’ouvrage de Paul Ariès, Anthroposophie, enquête sur un pouvoir occulte, le Cercle de Magie Sexuelle de Vienne). Une énorme partie de la doctrine anthroposophique s’est constituée d’emprunts à la doctrine théosophique, dont elle ne s’est séparée officiellement qu’en 1913, modifiant alors son vocabulaire pour couper définitivement les ponts idéologiques. Cet ésotérisme s’est mélangé avec des considérations pseudo-philosophiques de Steiner.

*

*

Une essence anthroposophique compatible avec le New-Age

*

L’Anthroposophie peut être définie comme un composante du New-Age, même si elle s’en défendrait probablement si on lui posait la question. Elle s’en défendrait en arguant qu’elle n’est pas un mysticisme, mais une « Science de l’Esprit », s’appuyant sur les travaux épistémologique de Steiner. En réalité, l’Anthroposophie n’est scientifique ni dans ses fondements, ni dans sa démarche, ni dans ses résultats. Car la science aiguise la pensée, alors que l’Anthroposophie la ramolli, la disloque, la broie. En effet, pour apprendre à bien penser, vous devez pouvoir saisir et manipuler des « objets » pensables, aux contours bien définis. Mais tout est au contraire mou et fumeux dans la doctrine anthroposophique. Vous pouvez l’étudier pendant des années et ne saisir que des choses qui glissent entre les doigts de votre esprit.

*

La seule distinction avec les autres mouvances du New-Age est une temporalité légèrement différente. Tandis que ces derniers se placent généralement dans une sorte d’imminence de l’arrivée du nouvel âge, l’Anthroposophie se place dans une perspective plus détendue : la future époque de civilisation où la spiritualité et la fraternité domineront n’arrivera qu’en 3573 ! Les anthroposophes ont donc le temps. C’est pourquoi ils savent se faire plus discrets et plus patients. Leur heure viendra mais, en attendant, ils vont continuer à se développer souterrainement.

*

*

Porosité entre mouvances du New-Age et Anthroposophie

*

L’Anthroposophie est une doctrine très spécifique, un système de croyances constitutif d’une nouvelle religion. Comme toute les religions, elle affirme une cohérence interne exclusive, qui vise à la démarquer des autres. De même, par rapport aux autres courant du New-Age, l’Anthroposophie s’affirme comme un mouvement distinct, avec des spécificités irréductibles. Cependant, dans les faits, les membres de l’Anthroposophie n’ont pas de problème à rencontrer et à épouser des croyances issues d’autres courants du New-Age, ou orientalistes. La plupart des anthroposophes que j’ai fréquenté n’avaient aucun problème, par exemple, à avoir recours aux services d’un magnétiseur, d’un médium, d’un exorciste, d’un astrologue, d’un chaman, d’une chiromancienne, etc., alors même que la doctrine anthroposophique récuserait plutôt ce genre de pratiques. Comment comprendre ce phénomène ? Tout d’abord, cela tient à la grande élasticité du milieu anthroposophique : il s’agit d’un mouvement dont on peut s’approcher ou s’éloigner facilement, tout en restant dans sa sphère d’attraction. Ensuite, l’Anthroposophie en tant que doctrine a la capacité de rendre la pensée « molle », confuse, ouverte à toutes les croyances, superstitieuse par essence. Ainsi, l’Anthroposophie est une doctrine qui a la capacité de se mélanger aux croyances d’autres courants et à les englober. Enfin, l’Anthroposophie a l’étrange capacité de morceler la pensée en des compartiments étanches les uns aux autres, ce qui permets la coexistence de ce qui pourrait apparaître à un esprit sain comme des incohérences fondamentales. C’est pourquoi la doctrine anthroposophique peut très bien coexister, dans les esprits des adeptes, avec d’autres systèmes de croyances du New-Age.

*

*

Une civilisation New-Age chapeautée par l’Anthroposophie ?

*

Bien que l’Anthroposophie ne soit pas historiquement une composante du New-Age, elle en a toutes les caractéristiques. Selon moi, elle a même la capacité spécifique de fédérer et d’englober toutes les composantes du New-Age, afin de donner naissance à un courant unique, susceptible un jour de prendre le pouvoir. Les tendances au rapprochement entre les diverses dérives sectaires observée dernièrement tendrait à conforter cette inquiétante analyse.

*

On doit donc, selon moi, mesurer le danger que représente l’Anthroposophie non pas au nombre d’adhérents de la Société Anthroposophique, mais à sa capacité de fédération de toutes les composantes du New-Age. Un jour, il est probable qu’elle parviendra ainsi à donner naissance à une civilisation totalitaire new-age, dont elle sera la colonne vertébrale.

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Le vrai visage de l'Anthroposophie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’Anthroposophie et le New-Age

  1. Je n’ai jamais rien lu concernant la fréquentation par Steiner d’un Cercle de Magie Sexuelle à Vienne. Ce que j’ai appris c’est qu’à Vienne, bien avant d’être sollicité par les théosophes, il avait fréquenté le cercle théosophique du Dr Franz Hartmann. Par contre Theodor Reuss qui était le responsable de Memphis-Misraïm pour l’Allemagne était un dirigeant de l’OTO dont Aleister Crowley était aussi un responsable (auteur de Magia Sexualis). C’est Reuss, qui représentait Yarker en Allemagne, et qui a autorisé Steiner a fonder sa loge « Mystica Aeterna ». Steiner voulait en effet ouvrir une école ésotérique, et toutes les écoles ésotériques de la Société théosophique étaient en fait des loges de cette Franc-maçonnerie.

  2. MIGNOT Hervé dit :

    Bonjour,
    J’ai repéré une constante dans l’Anthroposophie dont je voulais faire part. C’est cette capacité à prendre une place quelque soit le type de société, de pays, de régime politique et de doctrine. Les écrits de Steiner, étant nombreux et assez nébuleux, semblent convenir et apporter des réponses à chaque questions qu’un adepte pourrait avoir quelque soit son origine.
    A la lecture de la page Wiki sur le New Age, j’y retrouve tellement de point commun avec l’Anthroposophie que j’ai senti un malaise. Originaire de l’Allier, près de Saint Menoux, j’observe depuis de nombreuses années ce mouvement. Actuellement, ils « surfent » sur la vague bio, économie sociale et solidaire, école et société alternative. Dans les années 80, ne surfaient-ils pas sur la mouvance New Age et cette recherche de spiritualité au quotidien? En arrivant dans l’Allier en 2003, c’est ce qui m’a le plus marqué chez toutes ces personnes entre 50 et 60 ans. Et puis, j’ai ce retour récurrent de l’approche entre le nazisme et les anthroposophes dans les années 30 dont ces derniers se défendent maintenant comme une période sombre….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s