Le texte dactylographié du rituel de la Communauté des Chrétiens

Prières des degrés

Le servant de gauche vient allumer les sept chandeliers, puis il sort.

Le prêtre, entouré des deux servants entre. La barrette est sur sa tête. Tandis qu’il vient se placer devant l’autel, en bas des marches, le servant de gauche, qui ouvre la marche, fait retentir trois fois une petite clochette. Le servant de droite porte une planche de bois sur laquelle repose le livre du rituel et l’Évangile.

Le prêtre va déposer sur l’autel, au centre, le Calice, recouvert de la Patène, où sont préparées les hosties, recouvert d’un tissu de la couleur du temps de l’année.

Le prêtre va déposer le Calice puis redescend, donne sa barrette au servant de gauche qui va la poser à droite de l’espace cultuel, à proximité d’un reposoir où se trouve préparé un petit plateau sur lequel repose une barrette remplie d’eau et une autre remplie de jus de raisin. À proximité se trouve une petite coupelle de cuivre avec une cuillère où il y a de l’encens, sous forme de poudre. L’encensoir, à l’intérieur duquel est allumé un morceau de charbon, est suspendu juste à côté.

Le prêtre :

Accomplissons dignement

L’Acte de Consécration de l’Homme

Par la Révélation du Christ

En Vénération du Christ

En Contemplation de l’Acte du Christ.

Que Dieu le Père soit en nous.

(Le prêtre trace dans l’air devant lui une ligne verticale en partant du haut)

Que Dieu le Fils crée en nous

(Le prêtre trace dans l’air devant lui une ligne horizontale partant de son épaule droite vers son épaule gauche)

Que Dieu l’Esprit nous illumine

(Le prêtre trace dans l’air devant lui un grand cercle, en partant du haut, dont le centre est celui de la croix qu’il a tracé auparavant).

(Pendant que le prêtre dit ces paroles et trace ces signes, les fidèles de l’assistance et les deux servants tracent sur eux-mêmes trois signes de croix :

  • la première sur le front pour le Père

  • la deuxième sur le menton pour le Fils

  • la troisième au centre de la poitrine pour l’Esprit).

(Les deux servants, face à l’autel, font un pas de côté pour s’écarter, tandis que le prêtre se retourne vers l’assistance, le bras et la main gauche levés, index et majeur dressés, tandis que le bras droit est l’horizontale, la main formant le même geste que la droite, et qu’il prononce la parole : )

Christ en vous

Servant de droite :

Et qu’il emplisse ton esprit.

épitre

(Le servant de droite vient poser le plateau avec le livre du rituel et l’Évangile sur le côté droit de l’autel, à l’extrémité)

Que Dieu le Père soit en nous

Que Dieu le Père crée en nous

Que Dieu l’Esprit nous illumine

(Le prêtre vient se placer à l’extrémité droite de l’autel, tournant le dos à l’assistance et lit l’épitre)

– Lecture de l’épitre –

Servant de droite :

Et qu’Il emplisse ton esprit

Évangile

(Le servant de droite vient prendre le plateau et le poser à l’extrémité gauche de l’autel, puis regagne sa place).

Le prêtre :

Que Dieu le Père soit en nous

Que Dieu le Fils crée en nous

Que Dieu l’Esprit nous illumine

(Le prêtre vient se placer à gauche de l’autel)

Mon cœur s’emplisse

De Ta vie pure

Ô Christ

De mes lèvres

Fait sourdre Toi-même

La Parole

Purifiée par Toi

Car si Ta Grâce m’en rend digne

Mon cœur peut être pur

Et pure ma parole.

Ta Parole vive ainsi

Dignement sur mes lèvres

Et parvienne

Portée par Ton Esprit

A ceux que Ton annonce doit atteindre.

(Le servant de gauche retire au prêtre sa chasuble et la dépose à gauche de l’espace cultuel, sur une barre horizontale disposée à cet effet, puis il regagne sa place.

Le prêtre dit les paroles qui vont suivre la main droite levée, index et majeur levés, en se tournant vers le tableau du Christ resuscité qui se trouve derrière l’autel. Son étole, passant derrière son cou et sous sa ceinture forme un X sur sa poitrine et son aube blanche, laquelle recouvre une soutane noire).

Ta Bénédiction

Ô Christ

Répande ses flots vivants

Par la Parole

Puisses-tu Toi-même

Être dans mon cœur

Puisse ta Parole

Sourdre de mes lèvres

Ainsi c’est de source digne

Et suivant son juste cours

Que ton Évangile

Sera annoncée.

Christ en vous

Servant :

Et qu’Il emplisse ton esprit

(Le servant de droite vient à proximité du prêtre pour tenir l’Évangile pendant la lecture. Le prêtre dépose le livre ouvert dans ses mains et parle tourné vers l’assistance).

Le prêtre :

l’Évangile vous est à présent annoncée selon … au … chapitre.

Servant de droite :

Qu’il se manifeste par Toi

Ô Christ

(L’assistance se lève pour entendre l’Évangile. Le prêtre lit l’Évangile de la semaine)

Servant de droite :

Nous élevons notre âme vers Toi, Ô Christ.

Le prêtre :

La Parole de l’Évangile

Efface ce qui vit d’impur

En notre parole.

(L’assistance se rassoit. Le prêtre retire son étole et la donne au servant de gauche, après que le servant de droite ait rendu le livre au prêtre.

Si le prêtre fait une prédication, il ne retire pas l’étole, descend les marches et se tient face à l’autel tandis que le servant de gauche vient lui apporter la barrette, dont il se coiffe.

Pendant la prédication, les servants reculent jusque dans l’assistance.

À la fin de la prédication le prêtre termine par :

Oui, qu’il en soit ainsi.

Il commence par :

Chère communauté de Chrétiens.

À la fin de la prédication, le prêtre vient se placer au centre en bas de l’autel, entouré des deux servants.

(Le servant de gauche lui prend sa barrette et va la poser à droite de l’espace cultuel).

Credo

(Le prêtre a retiré son étole et se tient à l’extrémité gauche de l’autel. Il a son aube blanche et sa ceinture).

Un être divin, tout-puissant, spirituel et physique, est le fondement de l’existence des Cieux et de la Terre ;

En Père, Il précède ses créatures.

Christ, en qui les Hommes parviennent à revivifier l’existence terrestre qui se meurt, est à cet être divin comme le Fils, né dans l’éternité.

En Jésus, le Christ pénétra en tant qu’Homme dans le monde terrestre.

La naissance de Jésus sur Terre est l’œuvre de l’Esprit Saint qui, pour guérir spirituellement la maladie du Péché dans le corps humain, prépara le fils de Marie à être la demeure du Christ.

Le Christ-Jésus a souffert la mort de la croix sous Ponce Pilate et a été enseveli au sépulcre de la Terre.

Dans la mort, Il devient le soutien des âmes trépassées qui avaient perdu leur essence divine.

Puis Il surmonte la mort après trois jours.

Il est depuis ce temps le Seigneur des forces célestes sur Terre, et Il vit, accomplissant les actes du Père en qui l’univers se fonde.

Un jour Il s’unira, pour la progression de l’univers, à ceux qu’Il peut, grâce à leur comportement, arracher à la mort de la matière.

C’est par Lui que peut agir l’Esprit qui guérit.

Les communautés, dont les membres sentent le Christ en eux, peuvent se sentir unies en une Église à laquelle appartiennent tous ceux qui éprouvent la puissance salvatrice du Christ.

Il leur est permis d’espérer

Que la maladie du

Péché sera surmontée ;

Que l’être humain persistera ;

Et que se maintiendra leur vie, destinée à l’éternité

Oui, il en est ainsi.

Christ en vous

Servant :

Et qu’Il emplisse ton esprit.

(Après la lecture du Credo « Oui, il en est ainsi », le servant de gauche rapporte au prêtre son étole, puis sa chasuble, qu’il l’aide à revêtir, puis il retourne à sa place. Une fois le prêtre revêtu, il vient se placer au centre, face à l’assistance, pour dire « Christ en vous », avec les gestes associés, tourné vers l’assistance).

Offertoire

(Le servant de droite vient déposer le livre du rituel à l’extrémité droite de l’autel. Le prêtre découvre la patène, et pose celle-ci, avec les hosties qui sont dessus, à côté du Calice découvert.)

(Le prêtre se place au centre de l’autel)

Que Dieu le Père

soit en nous

Que Dieu le Fils

Crée en nous

Que Dieu l’Esprit

nous illumine

Reçois, Fondement divin de l’Univers

Vivant dans l’étendue de l’espace

Et les lointains des temps

Cette offrande que moi

Ta créature indigne

Je t’apporte.

Je l’offre puisqu’en Toi

Se sont aussi déversés

Mes errements loin de Toi

Mes reniements de Ton être

Mes faiblesses.

Avec moi te l’offrent

Tous ceux qui séjournent ici.

Avec moi, tous les vrais Chrétiens

Qui sont nés sur la Terre

Puissent-ils te l’offrir.

Avec moi, tous ceux qui sont morts

Puissent-ils te l’offrir,

Pour qu’ils n’ensevelissent pas

Leur être éternel

En raison du temporel.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(Le servant de gauche vient apporter au prêtre le plateau avec les deux burettes, l’une emplie d’eau, l’autre de jus de raisin. Il monte sur la première marche de l’autel, sur le côté droit)

Fondement divin de l’Univers

Qui des éléments de Son être

A formé l’être de l’Homme

Dans le suprasensible

Toi qui aussi l’a transformé

Que ma volonté se tourne vers Toi

(Le prêtre vient sur le côté droit de l’autel et verse la burette de jus de raisin dans le Calice, qu’il porte avec lui)

La force de cette volonté

Jaillisse d’un sentiment

Qui s’unit au Christ

Lequel vit dans Ta vie

(Le prêtre verse à présent la burette d’eau dans le Calice)

Et que ma pensée

Vive en la vie du Saint Esprit

Par toute la suite des cycles terrestres.

(Le prêtre revient au centre et lève le Calice vers le ciel.

Le servant de gauche repose le plateau avec les burettes vides et regagne sa place.

Le servant de droite vient approcher le livre du rituel à proximité du Calice, à droite, puis regagne sa place)

A Toi, Ô Fondement de l’Univers

Que soit offert

Ce breuvage de guérison

Qu’il avive le Bien

Afin que puisse aussi

S’élever vers les Cieux

Ce qui a chu sur la Terre

Que monte le parfum

Comme est descendu

Cet être voulu de Dieu.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(Le prêtre repose le Calice)

Nous tous, Ô Christ

De toute notre âme

Nous nous approchons de Toi

Afin que Tu nous sacrifies

Avec Toi

Et que Ta lumière

éclaire notre jour

Et que Tu daignes nous accepter.

Viens à nous

Esprit des étendues de l’espace

Et des lointains des temps

Et sanctifie notre offrande

Par la sainteté de Ton être.

Le servant de gauche apporte l’encensoir

Notre persistance originelle

En l’Esprit

Puisse-t-elle emplir l’encens

D’un esprit bénissant

Par le fait que Christ

Vive en notre prière

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(Le prêtre prend l’encensoir avec lui au centre. Le servant de gauche attend sur la première marche sur le côté droit.)

Christ en nous

Que l’encens s’élève

De l’âme pénétrée du Christ

Et sur nous que descende Ta Grâce.

Christ en nous

Christ en notre prière

Notre prière soit

Pour Ton oreille

(Le prêtre donne l’encensoir au servant et élève les deux bras à la verticale devant l’autel)

Christ dans l’élévation

De nos mains

La lumière du Christ

En notre lumière du jour.

(Le prêtre reprend l’encensoir)

Devant ma bouche

Que le seuil soit gardé

Qu’un mur empêche mes erreurs

De se répandre autour de moi

Tout mal soit banni

De mes paroles

Et qu’un bon vouloir

S’épanche en elles.

(Le prêtre rend l’encensoir au servant, qui le dépose avec la coupelle sur le côté droit de l’espace cultuel et retourne à sa place à gauche).

En l’offrande

Que naisse le feu

De l’amour créateur

Et que la flamme engendre

L’être intemporel

Afin que le Bien persiste.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

Christ en vous

Servant :

Et qu’il emplisse ton esprit.

Transsubstantiation

(Le servant de droite apporte le livre du rituel à gauche du Calice, au centre de l’autel. Le servant de gauche apporte l’encensoir et la coupelle d’encens. Le prêtre ajoute de l’encens puis procède à l’encensement de l’autel. Il balance tout d’abord l’encensoir devant l’autel, environ 5 à 7 fois, puis recommence l’opération à gauche de l’autel, puis à droite, puis ferme le carré ainsi formé en passant de gauche à droite entre les bougies et le Calice. Puis il rend l’encensoir au servant de gauche, qui le dépose à droite de l’espace cultuel avant de regagner sa place.)

Que Dieu le Père

soit en nous

Que Dieu le Fils

crée en nous

Que Dieu l’Esprit

nous illumine

Notre prière parvienne

Jusqu’à Toi

Ô Fondement de l’univers

Par Jésus-Christ, Ton Fils,

Notre Seigneur.

Que Ta bénédiction rayonne

Sur l’offrande pure

Sur l’offrande faite avec amour

Sur l’offrande accomplie de bonne volonté

Reçois-la

De notre pensée pure

De notre cœur aimant

De notre volonté qui se donne

(La strophe qui suit est dite par le prêtre les bras et les mains un peu étendus à l’horizontale, comme pour «  former une ronde »)

Nous nous unissons en l’offrande

Afin d’être la Communauté du Christ

Qu’il soit en nous

Lui qui rend les cœurs pacifiques

Fortifie les volontés

Unit les hommes.

Qu’Il accorde l’union

À ceux qui le confessent

Qu’Il l’accorde à tous ceux

Qui regardent vers Lui

Et qui veulent Le suivre.

Daigne, sentir, Ô Christ

Et bénir

La confession de notre foi en Toi

Entends notre prière

Nous qui sommes réunis

En Ton Nom.

Reçois, Ô Dieu le Père

Le sacrifice du Christ

Tel qu’il veuille prendre vie

En nous, par nous.

Qu’il soit offert

Pour la rédemption des âmes

Pour parvenir au vrai Salut

Pour marcher avec Christ

Notre prière s’unisse

À tous ceux qui

Donnant vie au Christ

En eux-mêmes

Nous ont précédé.

Que leurs forces protectrices

Rayonnent sur nous.

Christ en nous

(Le prêtre dit la strophe qui va suivre les deux mains rapprochées de sa bouche, droites et verticales, comme pour une confidence)

Exauce-nous

Ô Dieu le Père

Nous te prions d’accueillir

Notre offrande

Cette offrande t’est adressée

Par la Communauté chrétienne

Qui en toute liberté

Reconnaît le Christ

Comme son guide et secours.

Christ en nous

Fais vivre Ô Dieu le Père

En cette offrande du Christ

Le corps et le sang

De Ton Fils

Qui en son essence

Est Amour.

(Le prêtre plie un genou à terre et lève la grande hostie au-dessus de sa tête)

Avant Sa mort douloureuse

Il a pris le pain

Pour manifester l’action du Salut

Et il leva les yeux vers Toi

Son Père, Te rendant grâce

Et y unissant Son âme.

(Le prêtre déchire en deux l’hostie. Puis il en prend un petit bout qu’il place dans le Calice. C’est la communion de la Terre)

C’est ainsi qu’Il le donna

A manger aux disciples

Et Il dit :

« Prenez, avec le pain Mon corps »

(Le prêtre plie le genou à terre et lève le Calice)

Après le viatique du pain

Il a pris le Calice

Pour donner force

À l’action du Salut

Et ll leva les yeux vers Toi

Son Père, Te rendant grâce

Et y unissant Son âme.

C’est ainsi qu’Il donna

À boire aux disciples

Et il dit :

« Prenez avec le vin Mon sang »

(Le prêtre trace trois fois dans l’air le signe de croix au-dessus du Calice, partant de son cœur)

Et il poursuivit :

« Avec cette parole

Le Divin est redonné aux Hommes

Car sur la croix

Le corps portera

La confession nouvelle

Et de la croix

Fluera dans le sang

La foi nouvelle.

Prenez ceci dans votre pensée. »

Et que vivent ainsi

Dans nos pensées

La confession nouvelle

La foi nouvelle.

C’est ainsi que pensent en nous

La Passion et la Mort du Christ

Sa Résurrection

Sa Révélation

Par toute la suite des ères terrestres.

À Toi Ô Dieu le Père

Que l’offrande soit apportée

En pureté de pensée

Dans l’espoir du Salut

En agissant de par le Christ

Que Christ œuvre

Dans le pain

Porteur de Salut

Dans le vin

Dispensateur de force.

Toi, Ô Dieu le Père

Tu recevais jadis les offrandes

De ceux qui m’avaient

Pas encore le Christ

Veuille recevoir aussi l’offrande

De ceux qui l’apportent

Au nom

Par l’être

En la Force du Christ.

Que la force de Grâce

De Ton Esprit

Dirige son action

Vers la Terre

Comme cette offrande

Tend vers les Cieux.

(Le prêtre élève la patène contenant les petites hosties de la main gauche et la grande hostie reconstituée, de la main droite, au-dessus de la patène.)

Donne au pain d’être corps du Christ

(Le prêtre repose la patène et lève le Calice)

Donne au vin d’être sang du Christ

(Le prêtre repose le Calice)

Nous voudrions faire offrande

Par le Christ qui est en nous

Et nous voudrions nous unir en prière

À ceux de qui, avant nous

Tu recevais le Sacrifice de Ton Fils.

Nous ne pouvons accomplir d’œuvre

Devant Toi.

Nous voudrions vaincre le Péché

Devant toi

Par le Christ

Par qui Toi, Ô Dieu le Père

Tu crées

Tu guéris

Et animes.

Par le Christ, par qui

En union avec l’Esprit guérissant

Tu accomplis la Révélation

L’ordre de l’espace

Le cours du Temps.

Servant :

Qu’il en soit ainsi

Prêtre :

Christ en vous

Servant :

Et qu’Il emplisse ton esprit

Notre Père

Qui est dans les Cieux

Ton Nom soit sanctifié

Ton Règne advienne

Ta Volonté soit faite

Comme en haut dans les Cieux

De même aussi sur Terre

Donnes-nous aujourd’hui

Notre pain quotidien

Et remets-nous nos dettes

Comme nous remettons à nos débiteurs

Et ne nous induis pas en Tentation

Mais délivre-nous du Mal.

Oui, qu’il en soit ainsi

Amen

Communion

(Le servant de droite dépose le livre du rituel à droite du Calice)

Que Dieu le père

soit en nous

Que Dieu le Fils

crée en nous

Que Dieu l’Esprit

nous illumine

Tu as dit, Ô Christ

À ceux qui marchent avec Toi

«  Je suis en paix avec le monde

Cette paix avec le monde

Peut être avec vous aussi

Car moi je vous la donne »

Affermis donc Ô Christ

Ce qui en moi s’arrache

Au fardeau du Péché

Et qui dans la pensée

Et dans la volonté

S’allie avec Toi

Afin que ce soit

En Paix avec le monde

Et s’unisse à son devenir

Qui peut s’accomplir par Toi

Dans tous les orbes des temps à venir

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

Ô Christ, qui sans maladie

Est issu de Dieu le Père

Toi qui avec l’Esprit guérissant

Donnes aux esprits humains

De survivre

Atténue par Ton corps

Porteur du Salut

La puissance de la maladie du Péché

Et fortifie-moi

Dans mon âme qui lutte

Par Ton sang

Dispensateur du Salut

Afin que perpétuellement

Je vive avec Toi

Ô Toi qui assumes et ordonnes

La vie de l’univers

Telle que Tu la reçois du Père

Et la guéris par l’Esprit

Dans tous les orbes

Des temps à venir.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

Que la réception de Ton Corps

Ô Christ, pour moi

Qui suis malade

Soit non pas à la mort

Mais à la vie de l’âme

Et de mes forces formatrices

En remède salutaire

Qu’il en soit ainsi par Toi

Qui assumes et ordonnes

La vie de l’univers

Telle que Tu la reçois du Père

Et la guéris par l’Esprit

Dans tous les orbes

Des temps à venir.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(Le prêtre prend la grande hostie et la lève vers le ciel en disant trois fois le texte du paragraphe ci-dessous)

Je prends le Pain

Et je le fais au Nom du Seigneur

En l’invoquant

Ô Christ

Malade est la demeure

Où tu pénètres

Mais par Ton Verbe

Mon âme guérit.

(Il mange l’hostie)

Que le Corps du Seigneur

Guérisse mon âme

Afin qu’elle vive encore

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

Prends-moi en retour

Toi qui T’es donné à moi.

(Le prêtre prend le Calice et l’élève en disant trois fois le texte du paragraphe ci-dessous)

Je prends le Calice

Et je le fais

Au nom du Seigneur

En l’invoquant

Ô Christ

Je confesse me vouer

À ce qui est manifesté par Toi

Et Tu retires de moi

Le pouvoir de l’adversaire des Hommes.

Que le Sang du Seigneur

Maintienne forte mon âme

Afin qu’à l’avenir

Elle ne meure point.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

Ce que ma bouche a reçu

Soit spiritualisé dans mon âme

Et que le sacrifice

Offert dans le temps

Se transforme en remède éternel.

Ton Corps, Ô Christ

Que j’ai reçu

Et Ton Sang

Qui me fait vivre

Puissent-ils me pénétrer

Afin que la maladie du Péché

Soit guérie

Par le remède salutaire

Le Sacrement.

Que ce soit accompli par Toi

Qui assumes et ordonnes

La vie de l’univers

Telle que tu la reçois du Père

Et la guéris par l’Esprit

Dans tous les orbes

Des temps à venir.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(Le prêtre se retourne. Les fidèles viennent se mettre en ligne au pied de l’autel. Le prêtre leur apporte à chacun en partant du servant de droite la communion du Pain et du Vin, tout en disant le texte ci-dessous)

Le Corps du Christ

Que vous recevez

Et le Sang du Christ

Qui vous fait vivre

Puissent-ils vous pénétrer

Afin que la maladie du Péché soit guérie

Par le remède salutaire

Le Sacrement

Que ce soit accompli par Toi

Qui assumes et ordonnes

La vie de l’univers

Telle que Tu la reçois du Père

Et la guéris par l’Esprit

Dans tous les orbes des temps à venir.

Servant :

Oui, qu’il en soit ainsi

(En partant de la droite, le prêtre vient se placer en face de chaque communiant, touche sa tempe gauche avec sa main droite, seulement l’index et le majeur, en geste de bénédiction. Le point précis se situe à l’endroit où la mâchoire rejoint le crâne.)

La Paix soit avec toi

(Le communiant retourne dans l’assistance une fois que tous ont reçu la bénédiction. Le prêtre revient à l’autel et recouvre du voile la Patène et le Calice. Puis il se retourne)

Christ en vous

Servant :

Et qu’Il emplisse ton esprit.

épitre

(Le servant de droite vient placer le livre du rituel à l’extrémité droite de l’autel. Le prêtre également, après avoir dit la formule d’ouverture)

Que Dieu le Père soit en nous

Que Dieu le Fils crée en nous

Que Dieu l’Esprit nous illumine

(Le prêtre lit l’épitre, puis revient au centre)

Christ en vous

Servant :

Et qu’Il emplisse ton esprit

(Le servant de droite vient chercher le plateau avec le livre du rituel et l’Évangile puis vient se placer devant l’autel, à droite. Le servant de gauche va chercher la barrette du prêtre et vient se placer devant l’autel, à gauche. Le prêtre prend le Calice avec la Patène, descend entre les deux servants et dit face à l’assistance : )

L’Acte de Consécration de l’Homme

Il s’est fait.

(Il se retourne face à l’autel, ferme le livre du rituel et remet sa barrette. Ils sortent. Dans la sacristie, le prêtre consomme ce qui reste de la communion. Le servant de gauche ressort aussitôt pour venir éteindre les bougies, en partant de celle de gauche et en les mouchant, puis il sort.)

épitre pour le temps trinitaire

En prenant conscience de notre humanité

Nous ressentons le Père divin

Il est en tout ce que nous sommes

Notre substance est Sa substance

Notre être est Son être

Il passe en nous par toute existence.

En vivant la présence du Christ

En notre humanité

Nous ressentons le Fils divin

Verbe d’Esprit, Il œuvre par tout l’univers

Il crée en tout ce que nous créons

Notre essence et Son activité créatrice

Notre vie est Sa vie créatrice

Il crée par nous

En toute activité créatrice de l’âme

En saisissant l’Esprit dans notre humanité

Nous ressentons le Dieu qui guérit

Lumières d’Esprit qui luisent

Par tout l’univers

Qui luisent en tout ce que nous voyons.

Notre vision soit imprégnée

De Sa lumière d’Esprit

Qu’Il reçoive avec faveur

Notre connaissance

Dans Sa vie lumineuse d’Esprit

Qu’Il pénètre d’Esprit

Toute œuvre de notre âme humaine.

Épitre de la Saint Jean

Vers Dieu le Père,

Tout souverain, tout bénissant

Qu’afflue la gratitude

Pieusement dévouée

Fervente et cordiale

De nos âmes.

Rayonnant de Grâce

Aux lointains de l’éther

La lumière cosmique agit

En plénitude et mûrissant éclat.

La force toute souveraine

De Dieu le Père

Le pouvoir tout bénissant

De Dieu le Père

Ils agissent dans la lumière

Fluente de l’éther

Qui crée

Dans le vivant univers

De l’être.

Ils mûrissent au milieu de l’univers

Pour devenir

Soleil du Christ

Rédempteur des Hommes.

Dans les rayons éthérés

De l’Esprit solaire

Toi, Notre Sauveur

Tu pénétras

Au champ de la Terre

Dans la semence humaine

Chargée de Faute

Altérée de Salut.

Et lui, plein d’humilité

Portant l’Esprit du Père

À l’entour de son corps

IOANNES

Il proféré le message

Porteur de Salut

Conscient de la Faute

Verbe de flammes.

Son Verbe de flammes

Intuition de la Grâce

Qu’il brûle dans nos cœurs

Tendant vers Toi

Qui pour nous

Débiteurs humains

De la Mort

Fit naître la Vie

Pour que nous vivions

Dans les sphères pures

De l’éther

Qui ne peuvent porter

Que l’Inaltéré

Sur les ondes brillantes

De l’Esprit.

Il manifeste à nos âmes

Lui qui aspire à la Lumière

Lui qui reconnaît la Lumière

Le rayonnement de Grâce

De la Lumière.

Que notre âme reçoive

Le Dispensateur de Lumière

Le Créateur de Lumière

Dans l’esprit d’amour

De la Lumière.

Insertion après l’Offertoire

Enflammé de lumière solaire

Voué à la lumière universelle

Toi, celui qui

Plein d’humilité

Porte l’Esprit du Père

À l’entour de son corps

IOANNES

Annonciateur du Salut

Vois, à l’autel

L’acte bénissant les Hommes

Que nous voulons accomplir

Par la bénédiction du Christ

Qui, en toi,

Nous est annoncé.

Épitre de la Saint Michel

Les yeux de nos âmes perçoivent

En cette heure où, de l’autel

Nous devons recevoir

L’Acte de Consécration de l’Homme

Et le vivre en notre cœur

La face de Celui qui, lui-même

Est la face du Dieu des Hommes

Il se tenait jadis devant Celui qui

Par Grâce, résolut d’envoyer Christ

Le guérisseur des Hommes

Des hauteurs de l’Esprit

Aux tréfonds de la Terre.

Il se tient en ces jours

Rayonnant de clarté

Face du Christ

Gardien au seuil

De l’offrande sacrée.

Les puissances qui veulent asservir

L’Esprit humain

Pour l’enchaîner à la Terre

Il ses foule sous ses pieds

Exempts de la pesanteur terrestre.

Et dans des cœurs d’Hommes

Il suscite la force libre

Qui peut porter le terrestre

Dans les hauteurs célestes

Le purifiant

Et concevant l’Esprit.

Son apparition rayonne de gravité

Gravité qui, précédant la

Clémence du Christ

Prépare le cœur humain

Pour la Lumière.

Qui Le percevait naguère encore

Voyait Sa main sévère

Étendue menaçante

Vers la force du Dragon.

Qui le perçoit aujourd’hui

Découvre qu’Il transforme par instant

Sa rigueur pour l’Ennemi

Et de sa main formant un signe

Indique à l’Homme :

« Suis-moi !

Je te guide vers une intuition

Plus élevée

De l’Acte de Vie

De la Mort au Golgotha

Qui poursuivant son œuvre

En l’Homme terrestre

Et créant dans les temps à venir

Doit apporter à la vie la Lumière

Afin qu’en la lumière terrestre

Ne s’éteigne point la lumière des Cieux

Qui devrait resplendir

Comme dès l’Origine

Ainsi maintenant

Et dans tous les cycles des temps.

Insertion après le Credo

Lui qui se tient devant la face

De Celui qui passa par Golgotha

Pour la guérison des Hommes

Puisse-t-Il nous mener

Aux tréfonds de l’âme

D’où Christ envoie Sa force

Portant l’Esprit

Dans des cœurs d’Hommes

Lorsque des Hommes

Aspirant vraiment au Salut

Ressentent le feu du cœur

Justement enflammé.

Lui qui se tenait

Devant Dieu le Père

Lui qui se tient

Devant Dieu le Fils

Vers Lui

Doivent se tourner nos cœurs

Afin que l’Esprit guérissant

Œuvre en nous

Comme dès l’Origine

Ainsi maintenant

Et par tous les cycles des temps.

Épitre de l’Avent

Nos âmes deviennent pensives

Comme nous nous tenons

Devant l’autel.

L’Acte de Consécration de l’Homme

Devient Intuition de l’Esprit

Le voile de l’âme se pose

Devant la vision de l’œil spirituel

Tout devient calme

Devant l’œil spirituel

Au fond de l’âme devient audible

L’Être souverain

Du fondement paternel du monde

Le repos universel

Tout autour de nous

S’emplit de l’Être souverain

Que l’on entend murmurer

Comme une promesse

Dans le cœur humain

Qui espère.

Puissance divine de l’univers

Toi qui brille

Dans le char du Soleil

Toi qui luit

Dans l’arc des couleurs

Embrassant le ciel

Tu parles à l’intérieur de l’âme

Mais Ton parler

N’est pas résonance présente

Il est Verbe d’avenir

Qui doucement affleure

Au temps présent.

« Deviens ! » dit-Il

Et Il éveille intuitivement

L’image du devenir humain

En qui le devenir de Dieu

Se scelle.

Devenir de Dieu

Qui par Grâce

Veut pour racheter nos erreurs

En Sa propre âme divine.

Notre cœur peut sentir le Salut

Qui dans le sein de l’univers

Germe comme une promesse

Dans le cœur humain

Qui espère

Et qui parle

À l’intérieur de l’âme

Des mystères universels

Consolation pour les Hommes

Prophétie

Dans l’obscure nuit de l’univers

Annonçant Son action

Dans le règne terrestre

Agissant

Dans le règne terrestre

Il parle prophétiquement

Dans la brillance

Du char du Soleil

Dans la lumière

De l’arc des couleurs

Qui embrassent le ciel.

Insertion après le Credo

Le crépuscule règne

À l’entour dans l’univers

La brillance

Du char du Soleil

La lumière

De l’arc des couleurs

Qui embrassent le ciel

S’estompent crépusculaires

Dans les lointains.

Le crépuscule devient Intuition

Lumière

Du char du Soleil

Brillance

De l’arc des couleurs

S’engendrent nouvelles

Salut à notre intuition

Salut à notre espoir

Salut à Celui

Né de la lumière

Salut à Celui

Porté par les couleurs

Qui est

L’éternel

Et divinement souverain

Verbe.

Épitre de Noël (minuit)

Dans la nuit de la Terre

Dans les ténèbres des sens

Rayonne la Lumière

Grâce guérissante de l’Esprit.

Elle demeure sur nous

Lorsque nous cheminons

Libérés du corps

Au domaine de l’Esprit

Après que le cœur en nous

L’a sentie

Dans l’intuition de la prière

(Vers l’assistance, les bras levés, paumes des mains face à l’assistance)

Reconnaissez-le

Le Christ est apparu

Dans le règne terrestre

Contemplez en Lui

Le Porteur du Salut

Aux Hommes de la Terre

Par Lui

Est devenu manifeste

Le Père

Fondement de tout être.

(Pour dire ce dernier paragraphe, le prêtre s’est placé au centre de l’autel)

épitre de Noël (aube)

Père

Fondement de l’univers

Notre âme ressent l’approche

Du Verbe créateur guérissant

Que Sa force nous afflue

Bénissante

Afin qu’Il touche

Le parler de nos lèvres

Réchauffe notre sang

Porteur de la Parole

Fortifie notre vouloir

Voué à l’Esprit

Dans tous les cycles

Des temps futurs.

(Vers l’assistance, paumes des mains levées, au centre de l’autel)

Reconnaissez-le

Le Christ est apparu

Dans le règne terrestre

Contemplez en Lui

Le Porteur du Salut

Aux Hommes de la Terre

Par Lui

Est devenu manifeste

Le Père

Fondement de tout être.

Épitre de Noël (12 jours)

Christ

L’Esprit créateur

Et révélateur du Père

Qui fonde l’univers

A élu le corps de la Terre

Qu’Il daigne habiter

Pour délivrer l’Homme

D’une trompeuse lumière des apparences

Pour délivrer l’Homme

D’une indigne sujétion aux sens

Par tous les cycles des temps futurs

(Vers l’assistance, au centre)

Reconnaissez-Le

Le Christ est apparu

Dans le règne terrestre

Contemplez en Lui

Le Porteur du Salut

Aux Hommes de la Terre

Par Lui est devenu manifeste

Le Père

Fondement de tout être

Insertion après l’Offertoire

Père

Origine et fondement

De tout être

Comme par le Verbe

Qui vécut dans le corps de la Terre

La lumière de Ta force

Irradiante et claire

S’est offerte

Au regard de notre esprit

Pour que nous reconnaissions

Visiblement le Divin

Et qu’ainsi pour l’Invisible

S’allume notre amour

Nous unissons nos voix

À l’hymne d’offrande

Des Anges

Archanges

Des Puissances d’Origine

Des Esprits Révélateurs

Des Forces Universelles

Des Régents d’Univers

Des Trônes

Chérubins

Et Séraphins

Qui retentit

Pour que tu sois manifesté

Et par tous les cours des temps

Que retentisse :

« Ce qui crée le Salut

Est par Toi. »

Épitre de l’Épiphanie

Des lointains de l’univers

L’Étoile de la Grâce a paru

Pour adjoindre

La chaleur du cœur

À l’illumination de l’Esprit

Dans l’être de l’Homme.

C’est dans la lumière

De la Grâce

Dans le rayonnement

Dispensateur de Grâce

De l’Étoile du Christ

Que dévouer

À l’éternelle volonté du Père

Nos âmes voudraient

Humblement se placer.

Que le Saint Acte de Consécration

Soit accompli.

Le regard de l’âme

Tourné vers l’Étoile

Qui appela les Anges

Pour annoncer

Aux Sages de l’univers

L’apparition pleine de Grâce

De la Lumière universelle.

Que notre prière

Lumière du cœur

Rencontre par sa ferveur

La Lumière d’Esprit

De l’Étoile de Grâce

Et que la vie dans le Christ

Surgisse au-dedans de l’Homme

Quand pénètre

En l’œil de l’âme

Le rayon d’Esprit

De l’Étoile de Grâce.

Insertion après le Credo

Les mondes de l’Esprit

Rayonnant par l’Étoile

Annoncèrent

Aux âmes humaines en quête

La vraie voie du Salut

Puissent les âmes humaines

Rayonnant de l’amour du cœur

Trouver

L’Étoile de Grâce de l’Univers

Leur montrant la Voie

Dans la divine

Et Chaude

Clarté du Salut.

Épitre de la Passion

Ô Homme

Il est vide

Le lieu de ton cœur

Tu as perdu

L’Esprit qui t’éveille

L’aspiration

À l’éveil de l’Esprit

Vit en le flot de ton sang

La privation

Due à la perte de l’Esprit

Vibre en le flux de ton souffle

L’Attente

Dans la tristesse

Est la part de ta conscience.

Insertion après le Credo

Vois, Ô Esprit

Des lointains de l’univers

ET des abords de la Terre

Non point du Mal

L’aiguillon

Dans le cœur de l’Homme terrestre

Vois

De sa faiblesse

Le pouvoir tentateur

Mon Moi gémissant

Gît au sol

Élève-le

Ô Esprit

Des lointains de l’univers

Et des abords de la Terre.

Épitre de la Semaine Sainte

Ô Homme

Il brûle

Le lieu de ton cœur

Tu vis

En la froide demeure terrestre

Délaissée par l’Esprit

L’affliction ruisselle

En ton sang

L’espérance seule

Flux en ton souffle

Le triste rayon

D’un sépulcre d’espoir

Pénètre en ton regard.

Insertion après le Credo

Vois

Ô Esprit

Des lointains de l’univers

Et des abords de la Terre

Non point du Mal

L’aiguillon

Dans le cœur de l’Homme terrestre

Vois

De sa faiblesse

Le pouvoir tentateur

Mon Moi gémissant

Gît au sol

Élève-le

Ô Esprit

Des lointains de l’univers

Et des abords de la Terre.

Épitre de Pâques

La tombe est vide

Le cœur est plein

Une chaleur nouvelle

Change la pulsion du cœur

En une force

Qui exulte

Qui guérit

L’activité de ton sang

Est accomplissement

Le mouvement de ton souffle

Est consolation d’Esprit

Le Consolateur

De ton existence terrestre

Marche

En Esprit

Devant toi.

Insertion après l’Épitre

(lors de la première lecture)

Mon cœur

Loue l’Esprit divin

Mon esprit

Sent le Vainqueur de la Mort

La Jubilation

Est la force

Qui flux en mon souffle

La Grâce

Est la puissance vivante

De mon sang

Après l’épitre

(vers l’assistance)

Que votre parole

Éveillée par l’Esprit

Surgisse de vos lèvres

Christ

Est ressuscité pour vous

Comme sens de la Terre

(Ce texte est dit par le prêtre directement après l’insertion après l’Épitre. Le servant de droite monte sur les marches de l’autel pour approcher le livre du rituel)

Insertion après le Credo

(Le prêtre lève les deux bras en V vers le ciel)

Il exulte de joie

L’air encerclant la Terre

Elle vit

La respiration de la Terre

Dans la lumière spirituelle

Et la force du Soleil

Christ a pénétré

Dans la pulsation de vie

Qui exulte en l’Homme

L’Homme trouve

Dans la joie de son âme

Qui se donne

Ce qui

En force

Est ressuscité

Des chaînes de la Mort

Et qui renaît

En la Lumière

Dans la Vie du Christ.

Elle vit

L’âme qui était morte

Il luit

Le Moi qui était ténébreux

Il agit avec force

L’Esprit qui était clos.

Voici s’ouvrir

Le sépulcre de l’âme.

À l’autel de l’âme

Dans la lumière

De l’esprit humain

Christ fait offrande

Aux lointains de l’univers

Aux abords de la Terre

Maintenant

Et après tous les cycles des temps.

Épitre de l’Ascension

Divin Père

Et fondement

Qui porte tous les êtres

Toi, Tu l’as envoyé

Et Il a confirmé sa mission

Par l’enseignement

La Passion

Par la Mort

Et la Victoire sur la Mort

Il vit

Dans l’être de la Terre

Transfigurant

L’être terrestre

Par l’être céleste.

Nous contemplons

Par la force de vision

De nos cœurs

Son élévation

À l’être céleste

Pour l’être de la Terre

Qu’Il demeure

Auprès de nous

Tout en demeurant

Auprès de Toi.

Par Sa force

Dans nos âmes

Nous voulons célébrer

L’Acte de Consécration

Levant les yeux

Vers Lui.

Insertion après le Credo

(les mains levées vers le ciel)

La force de l’âme du Christ

Se manifeste dans les hauteurs

Auxquelles Il incorpore

L’être de la Terre.

Les yeux de nos âmes

Le contemplent

Dans l’être des Nuées

Dispensant la bénédiction

Pour l’être de la Terre.

Aussi nos cœurs

Lui rendent-ils gloire.

Et que nos chants de louange

Suivent ses traces

Afin que nous soyons

Ceux qui Le confessent

Par toute la suite

Des cycles des temps.

Épitre de la Pentecôte

Le Christ envoie dans nos âmes

Du Père, fondement du monde

L’Esprit qui, médecin de l’univers

Guérit la faiblesse des âmes

Et les infirmités du genre humain.

Que l’Esprit, porteur du Salut

Anime la parole d’offrande

Bénissant l’action d’offrande

Qui vit dans l’Acte de Consécration

Qui est issu de l’Institution du Christ

Et qui veuille s’accomplir

Dans la lumière de l’Esprit

Qui guérit ce qui s’avère malade

En l’être de la Terre.

Insertion après le Credo

Contemplez les flammes

Elles sont la manifestation

De l’Esprit

Que flamboie la parole

De l’Acte de Consécration

Que flamboie l’accomplissement

De l’Acte de Consécration

Les flammes rayonnent

Vers les Cieux

Elles rayonnent des cœurs humains

Qui, emplis du Christ

Allument leur être

Dans l’acte d’offrande

Empli de l’Esprit

Qu’Il attira

Afin que, guéries par l’Esprit

Des âmes d’Hommes

Se maintiennent saines

Par tous les cycles

Des temps de la Terre.

Office pour un défunt

Couleur de l’autel et des vêtements cultuels : noir

Lecture de l’Évangile : Marc 16,1-7

Insertion après la Communion

Par la parole

De cet Acte de Consécration

Nos âmes envoient vers Toi

Ô Christ qui éveille les Morts

Les pensées qui les lient

À l’âme de notre cher(e)

———————-

(prénom et nom)

Par l’offrande

Qui nous fut donnée d’accomplir

En Ton Nom

Ô Christ qui guide les âmes

Nos âmes envoient

Nos prières vers Toi

Ô Dieu le Père

Pour notre cher(e)

———————

Que luise pour elle

La Lumière

Des étendues de l’Espace

Dans les hauteurs de l’Esprit

Que résonne pour elle

Le Verbe

Des lointains des temps

Dans le domaine des âmes

Que vive pour elle

L’Esprit

De la manifestation divine

Dans les mondes de Grâce

Accueille-la dans Ta Force

Ô Dieu le Père

De la main du Christ

À la Porte de la Mort

En Tes cycles de vie

Et mène-la

Au Jour

Que nulle nuit n’obscurcit

Parce qu’il brille

De la Lumière

Qui éclaire la Vie

Hors de la Mort

Paroles de la Consultation sacramentelle

Apprends à offrir

Tes pensées au divin,

Et à recevoir ta volonté

Par la Grâce de Dieu

Alors ton âme sentira la Paix

Tu te montreras plein d’amour

Envers la manifestation de Dieu

Tu admireras avec amour

La manifestation de Dieu

Et tu te montreras plein d’amour

Envers les Hommes.

L’amour de Dieu

Fera son entrée dans tout ton être

L’amour pour les Hommes

Fera son entrée dans ton cœur

Épitre de la Pentecôte

Pour les enfants

Viens, Esprit Saint et Créateur

Visiter les âmes des tiens

Et de Ta haute Grâce Emplis

Le cœur en nous, que Tu créas

Toi qu’on appelle Paraclet

Suprême don du Dieu Très Haut

Source vivante, Feu, Amour

Onction puissante de l’Esprit

Trésor des sept cadeaux divins

Doigt de la main droite de Dieu

Toi qui du Père est l’Envoyé

Tu donnes le Verbe à la voix

Aux sens allume la Clarté

Embrase aussi d’Amour nos cœurs

Rends vigoureux nos faibles corps

Prêts à l’action et au combat

Contrains, repousse l’Ennemi

Et dispense aujourd’hui la Paix

Puisse Ta main qui nous conduit

De tout dommage nous garder

Du Père, rends-nous conscients

Fais-nous connaître aussi le Fils

Toi, leur Esprit, que notre foi

S’adresse à Toi, en tout instant

Que Dieu le Père soit loué

Le Fils de mort ressuscité

Et Lui aussi, le Paraclet

Qui œuvre en toute éternité.

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans La Communauté des Chrétiens, Les textes de la religion anthroposophique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s