Camphill : la sombre expérience de Laura

Laura parle de son expérience au sujet de son passage dans une institution de pédagogie curative anthroposophique, dont elle souhaite cacher l’identité pour éviter la poursuite des représailles qu’elle a déjà eu à subir. Mais tout indique qu’il s’agit d’un Camphill. La réalité professionnelle qu’elle y décrit est tout simplement effarante : sectarisme, dissimulation aux nouveaux employés des fondements ésotériques de cette institution tout en tentant continuellement de les convertir sournoisement par le biais du harcèlement, traitement totalement irresponsable des patients, corruption, mise en danger des personnes, etc. Un peu partout dans le monde, la parole commence à se libérer au sujet de ce qui se passe réellement dans les institutions du Mouvement Anthroposophique. Un jour, il est clair que les pays civilisés devront prendre leurs responsabilités et interdire par la loi de tels lieux, qui sont en réalité des centres de destruction des individus, où règne la logique d’une secte dirigée par des fous. Je ne verrais probablement pas cet avènement de mon vivant. Mais il est clair que l’on devra reconnaître la nécessité d’une telle décision légale un jour ou l’autre. Ce court témoignage a été traduit en français par les soins de Jean-François Theys et est disponible sur mon blog.

Grégoire Perra

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Camphills, Témoignages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s