Le laxisme Steiner-Waldorf

Ou pourquoi les écoles Steiner-Waldorf ne sont en fait pas une pédagogie !

Sur le site de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France, on trouve depuis plusieurs années un article faisant mention de l’existence en Grande-Bretagne de deux écoles Steiner-Waldorf entièrement subventionnées par les subsides du Gouvernement britannique. Le message est clair : les écoles Steiner-Waldorf réclament le droit à être subventionnées intégralement, comme le sont les établissements de l’Education Nationale, au nom de la liberté pédagogique en matière d’éducation. Selon cette argumentation, le fait de payer des impôts devrait ouvrir le droit aux parents d’inscrire leurs enfants dans une école pratiquant la pédagogie de leur choix. Mais, dans les faits, ces beaux principes s’avèrent très problématiques dès lors qu’ils s’appliquent aux écoles Steiner-Waldorf. En effet, pour que des établissements scolaires puissent prétendre à des subventions de la part d’une collectivité, il faut au minimum qu’il s’agisse bien d’un projet pédagogique, et non d’autre chose. Or qui dit projet pedagogique dit travail des élèves, acquisition de connaissances et développement de facultés par des efforts constants et soutenus de ces derniers, mise en oeuvre de moyens pour atteindre des objectifs précis, etc. Le problème c’est qu’on ne trouve rien de tout cela dans une école Steiner-Waldorf. Les élèves n’y travaillent jamais beaucoup. Ils ne sont pas ou presque pas notés et ne rendent que très peu de devoirs. Les raisons avancées par ces écoles pour justifier cet état de fait sont toujours les mêmes : refus de la stigmatisation de la note, de l’esprit de compétition, priorité donnée à l’appreciation sur l’évaluation, etc. Mais derrière ces beaux discours, je crois qu’il faut surtout voir une volonté de ne pas apprendre aux élèves à travailler scolairement. Quelle en est la raison ? Tout simplement que, dans les écoles Steiner-Waldorf, le projet qui est au cœur de ces établissements n’est en réalité pas pédagogique mais religieux, quand bien même cet objectif n’est pas ouvertement déclaré. Il ne s’agit pas de lieux ou l’on accorde une grande importance au fait d’apprendre, mais des endroits où tout est surtout fait pour promouvoir insidieusement une nouvelle religion nommée Anthroposophie et non d’éduquer et de former des élèves dans une optique pédagogique.

C’est ce que révèle la publication du rapport d’inspection d’une école Steiner-Waldorf britannique, qui avait été rendu public grâce à l’intervention de la BHA (Association Humaniste Britannique), alors que tout était fait pour qu’il reste caché. Ce rapport a aujourd’hui été traduit et publié sur le site du CLPS. Il relève de graves insuffisances pédagogiques, comme le lecteur pourra s’en apercevoir. On notera en particulier le problème du laxisme des enseignants vis-à-vis des élèves. L’acquisition des connaissances et le développement des facultés intellectuelles des élèves ne semble pas être la préoccupation des pédagogues de cette école, car rien n’est fait pour aller dans le sens de leur épanouissement, bien au contraire. Les inspecteurs relèvent que les bons élèves de l’école ne sont pas encouragés à développer leurs capacités scolaires. Ils remarquent même que, d’une manière générale, les pédagogues Steiner-Waldorf de cette école ne semblent pas de soucier suffisamment de la progression du niveau des enfants. Que rien n’est fait, par exemple, pour que les groupes de faibles niveaux rattrapent leur retard sur les autres, ni que des mesures efficaces soient prises pour enrayer un phénomène d’absentéisme beaucoup plus important que la normale. Ils constatent enfin que les professeurs ne donnent pas d’objectifs qui permettraient aux élèves de progresser :

« – Les résultats sont très inégaux parmi les groupes d’élèves. Les élèves les plus doués restent très en deçà de leurs capacités.

– Les professeurs ne fixent pas des objectifs suffisamment élevés pour répondre au aspirations des élèves en général et des élèves les plus capables, en particulier 

– Ils ne s’enquièrent pas assez du niveau de connaissance déjà existant des élèves pour pouvoir concevoir des programmes adaptés suffisamment exigeants.

– Les élèves ne tiennent pas suffisamment compte des notes et des remarques des professeurs pour pouvoir améliorer concrètement leur travail.

– Il n’y a pas de consensus agréé pour toute l’école quant à la méthode à adopter pour l’enseignement concernant les travaux écrits et les mathématiques.

– Les responsables ne disent pas dans un message clair comment mettre en pratique les principes éducatifs de Steiner visant à favoriser le perfectionnement des élèves dans leur travail en vue d’obtenir les meilleurs résultats possibles.

– Les dirigeants et les responsables ne mettent pas suffisamment l’accent sur la nécessité de traiter prioritairement tout ce qui conduit au progrès notamment par la qualité de l’enseignement.

– Le taux d’absentéisme dépasse largement la moyenne . Un trop grand nombre d’élèves est ainsi privé d’heures d’apprentissage.

– L’attitude des élèves en classe n’est pas toujours bonne. Les professeurs ne sont pas toujours au clair sur la façon de gérer les comportements négatifs.

– Certaines règles concernant la sécurité ne sont pas conformes avec celles de la direction. « 

Les inspecteurs britanniques font donc logiquement des recommandations qui iraient dans le sens d’une amélioration de ce problème de laxisme structurel. Ce qu’ils ne comprennent pas, faute de connaître l’Anthroposophie, c’est que ces manquements ne sont pas accidentels, mais volontaires. Ce n’est pas un défaut d’organisation qui serait responsable du fait que les écoles Steiner-Waldorf ne font pas ce qu’il faut pour développer les facultés de leurs élèves quand ceux-ci sont doués, ou même simplement quand il s’agit d’élèves normaux. Mais c’est en réalité parce qu’elles ne veulent pas que ces facultés se développent !

Tous les parents des écoles Steiner-Waldorf ont un jour constaté le laxisme scolaire de ces établissements. Ce n’est un secret pour personne ! Dans les écoles Steiner-Waldorf où j’ai moi-même été scolarisé, le laxisme était la règle. Les élèves ne fichaient rien. Ils étaient maintenus dans un état rêveur et crédule. On évitait au maximum de solliciter leur raison. On stimulait au contraire leur imaginaire et leur ressenti subjectif, autant qu’il était possible de le faire. Les élèves séchaient allègrement. Ils ne travaillaient pas en cours. Ils n’apprenaient presque rien. On ne les interrogeait jamais sur leurs connaissances. Ils se montraient irrespectueux envers les adultes. Les enseignants laissaient les élèves tabasser systématiquement d’autres élèves dans les cours de récréation, en toute impunité. Ils ne rendaient aucun devoir. On ne leur en donnait d’ailleurs pratiquement jamais. Les consignes de sécurité minimales n’étaient jamais respectées. Etc.

On sait que toutes les écoles Steiner-Waldorf ont ce défaut structurel ! Mais, le plus souvent, on ferme les yeux en se disant qu’il s’agit de quelque chose de sympathique, ou que ces défauts pourront un jour être corrigés. Même certains inspecteurs de l’Education Nationale se sont parfois imaginé que leurs interventions allaient contraindre ces écoles à s’améliorer. Ce que les parents comme les inspecteurs ne parviennent pas à réaliser est que ce laxisme est en réalité volontaire ! En effet, dans une école Steiner-Waldorf, on ne souhaite pas que les élèves intelligents développent leur potentiel ! Ni que l’intelligence se développe de manière générale. Car pour les pédagogues de ces écoles, l’intelligence est une faculté maléfique, qu’il faut contenir et canaliser. Elle est selon eux un don des entités suprasensibles cosmiques mauvaises que la doctrine ésotérique anthroposophique nomme Lucifer et Ahriman. C’est pourquoi tout est fait pour maintenir le plus longtemps possible les élèves dans une ambiance rêveuse, religieuse et déconnectée de l’appréhension des faits de manière rationnelle, afin de les préserver d’une sorte de tentation maléfique qui pourrait corrompre leurs âmes.  Il s’agit de sauver leurs âme du danger de « l’intellectualisation matérialiste » de notre temps en leur faisant rencontrer le Christ, comme le dit Rudolf Steiner lui-même :

« Aujourd’hui, on doit enseigner en ayant conscience qu’avec chaque enfant il s’agit d’effectuer un sauvetage, qu’il faut amener chaque enfant à trouver en lui, au cours de sa vie, l’impulsion du Christ, à effectuer en lui une re-naissance. » Rudolf Steiner , Extrait page 33 du livre intitulé Pour approfondir la pédagogie de Rudolf Steiner.

Le laxisme Steiner-Waldorf ne s’explique que si l’on comprends qu’il ne s’agit pas, de la part des professeurs de cette école, d’un manquement ni d’une défaillance, mais d’une pratique cohérente ayant une visée précise. On ne veut pas que les élèves développent leurs facultés intellectuelles car cela risquerait de compromettre leur rencontre avec le Christ ! Ainsi, je crois que le travail des inspecteurs britanniques est intéressant, en ce qu’il  relève des faits significatifs. Mais il est également insuffisant, car ces inspecteurs ne parviennent pas encore à comprendre que le laxisme qu’ils ont observé est intentionnel, et non accidentel. Ce n’est pas en raison de faiblesses structurelles dans les méthodes de l’équipe enseignante, ou de négligence, que les pédagogues de l’école qu’ils ont inspectée ne font pas ce qu’il faut pour développer les capacités, l’intelligence et les connaissances des élèves. Mais bel et bien parce qu’ils ne veulent pas que de telles capacités se développent !

Il ne faut pas s’y tromper : au delà des différents établissements de pays particuliers insérés dans des contextes spécifiques, la pédagogie Steiner-Waldorf est uniforme. Uniforme dans ses pratiques, puisqu’il s’agit de suivre les directives d’un gourou sans jamais réfléchir, mais en exécutant des consignes comme on réaliserait un service religieux. Uniforme également dans ses graves insuffisances, comme dans ses dérives, puisque la prise de conscience des défauts est impossible dans un contexte où les professeurs Steiner-Waldorf sont persuadés que ce sont les Dieux qui ont révélé à Rudolf Steiner les principes de sa pédagogie. Ce qui m’intéresse donc dans ce rapport n’est pas tant la situation particulière d’une école située outre-manche, mais plutôt ce qui y est, selon moi, révélateur de la pédagogie Steiner-Waldorf en général. Seule une personne qui, comme moi, à été élève puis professeur dans plusieurs écoles Steiner-Waldorf est à même de le percevoir et d’en rendre compte. C’est pourquoi il ne faut pas se leurrer sur le destin d’un tel rapport d’inspection et sur la manière dont les dirigeants d’une école Steiner-Waldorf peuvent en tenir compte : pour survivre, ils sont capables de faire semblant d’appliquer les recommandations qui leur ont été livrées, comme certains animaux savent faire le mort à l’approche d’un danger. Mais intégrer ce qu’il y aurait de juste et de pertinent dans les injonctions qui leur ont été faîtes n’est pas, pour les pédagogues Steiner-Waldorf, de l’ordre du possible, persuadés qu’ils sont de détenir une vérité intemporelle qu’un monde extérieur mauvais par essence veut attaquer par incapacité à la comprendre.

Le laxisme constaté dans cette école est logique : comme il ne s’agit surtout pas que les élèves se mettent à réfléchir et à devenir des individus capables d’esprit critique, mais que le projet consiste à sauver leurs âmes en leur inculquant subrepticement de l’Anthroposophie, tout est fait pour endormir leur raison en les faisant travailler le moins possible. Si les services de l’Education Nationale de Sa Majesté étaient cohérents vis-à-vis de ce rapport rendu aujourd’hui public, ce ne sont donc pas des recommandations qu’ils fourniraient à cette école Steiner-Waldorf qui, comme toutes les autres, n’ont pas véritablement pour soucis le développement des facultés de leurs élèves mais leur endoctrinement à l’Anthroposophie, mais tout simplement une interdiction de pratiquer et de se prétendre des établissements scolaires.

Advertisements

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le laxisme Steiner-Waldorf

  1. Helen dit :

    A reblogué ceci sur Stop Steiner in Stroudet a ajouté:
    A different perspective on why a Steiner Free school has been judged as requiring improvement.
    A translation below.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s