La NEF s’empare d’Amnesty International France

Avant-hier, c’était la firme WELEDA qui pénétrait France 2 et, à travers cette chaîne publique, les consciences de très nombreux téléspectateurs français, regardant le spot publicitaire de cette multinationale anthroposophique précédant le bulletin météo quotidien. Hier, c’était Jean-Luc Mélenchon, du Front de Gauche, qui se fendait d’un communiqué élogieux envers son ami et voisin biodynamiste, qui pratique l’agriculture magico-religieuse des anthroposophes, vantant les « bonnes vibrations » des pommes que ce dernier cultive, dans un langage et dans des termes étrangement proches des milieux du New-Age et bien éloignés de la doctrine matérialiste marxiste formant le socle idéologique du Communisme, dont se réclamait naguère encore le Parti politique qu’il dirige.  Aujourd’hui, c’est Amnesty International France qui ouvre un compte a terme à la NEF, la banque fondée par les membres de la Section Sociale de l’Ecole de Science de l’Esprit de la Société Anthroposophique, comme le  révèle le lien ci-dessus.

Ainsi, peu à peu, inéluctablement, ce sont de grandes institutions et des personnalités importantes de la vie politique de notre société française qui tombent entre les mains des anthroposophes, ou se compromettent avec eux. Aveuglée par son besoin impérieux de trouver des financements, Amnesty International France n’a pas su résister, elle non plus, aux sirènes anthroposophiques, qui ont certainement compris depuis longtemps l’intérêt qu’elles pouvaient trouver à s’associer ouvertement à une institution douée d’un tel prestige moral sur la scène mondiale, se parant ainsi par ricochet d’une aura éthique qui est son fond de commerce.

On a peine à y croire et pourtant la chose est bel et bien devenue une réalité : une institution qui lutte depuis des décennies pour la liberté des prisonniers politiques sur toute la planète accepte d’être financée par des fonds provenant d’une banque anthroposophique, c’est-à-dire un mouvement sectaire agissant en vue d’aliéner les individus ! Car c’est bien de l’anéantissement de la liberté des hommes qu’il s’agit dans le milieu anthroposophique, que ce soit à un niveau intellectuel par l’obscurcissement progressif de leur faculté de penser, ou dans leurs univers professionnels, dans lesquels ils deviennent les serviteurs sans autonomie d’une institution sacrée, comme me l’a montré ma longue expérience de cette mouvance.

Comment peut-on en être arrivé là ? Comment les dirigeants d’Amnesty International France, en ouvrant ce compte à la NEF, peuvent-ils avoir pris une décision allant à ce point à l’encontre des principes fondateurs de leur institution, guidant pourtant depuis des décennies leur noble action ? Ignorent-ils vraiment, par exemple, ce que Rudolf Steiner dit d’excecrable au sujet du Syndicalisme, ou ses propos récurrents selon lesquels le Socialisme serait directement inspiré par des entités diaboliques ? Savent-ils ce que deviennent les salariés des firmes anthroposophiques, comme les écoles Steiner-Waldorf, ou l’on finit par travailler bénévolement du matin au soir sans compter ses heures pour un salaire de misère au mépris de toute vie sociale normale pour se dévouer corps et âmes à des institutions censées être adombrées par les Dieux ?!

À quoi sert-il donc de chercher à défendre la liberté des opposants politiques quand elle est attaquée à l’extérieur de nos frontières par des régimes dictatoriaux, ou des théocraties obscurantistes, si c’est pour accepter de se faire financer chez soi par une banque anthroposophique, c’est-à-dire une institution appartenant à une mouvance qui porte systématiquement et volontairement atteinte à la liberté des individus qui tombent sous son emprise par le biais de la séduction qu’opère son ésotérisme fumeux ? Pourquoi combattre ceux qui jettent en prison les hommes qui luttent pour la liberté là-bas, si c’est pour s’associer à ceux qui enferment les esprits ici ?!

Que faire contre un tel aveuglement ? Nous ne serons probablement plus là, nous qui nous efforçons sans relâche de donner l’alerte, quand la menace pour le monde que représente l’Anthroposophie révèlera aux yeux de tous son vrai visage, donnant naissance à une forme de société totalitaire new-age qui n’aura sans doute rien à envier aux totalitarismes qui l’ont précédés, malgré son masque éthique et chaleureux actuel.  Mais s’il faut aujourd’hui continuer à crier dans le désert de consciences assoupies qui ne veulent pas voir quel monde elles contribuent d’accoucher par chaque compromissions dont elles se rendent coupables, nous continuerons, pour notre part, à élever dignement la voix ! Non pas dans l’espoir de changer le cours des choses, puisque ceux-là même dont la mission est de défendre la liberté manquent désormais à leur propre mission, ni pour chercher quelque forme que ce soit de reconnaissance, mais tout simplement parce qu’il faut bien que cet appel retentisse pour ceux qui peuvent encore l’entendre.

Advertisements

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans La NEF, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s