Un exemple de bouillie de pensée anthroposophique

​D’ordinaire, j’ai vraiment trop pitié des anthroposophes pour publier les textes, diatribes ou missives qu’ils m’envoient. Mon but n’étant jamais de nuire aux personnes, mais de dénoncer un mouvement sectaire, je me refuse à la publication de textes qui pourraient ridiculiser leurs auteurs à titre personnel. Et pourtant, j’en reçois des quantités ! 

Aujourd’hui, je voudrais m’interroger sur les causes de ce phénomène. Quelle en est l’origine ?
Selon moi, il ne provient pas seulement du milieu anthroposophique, c’est à dire de la structure sociale aliénante dans laquelle sont plongés les anthroposophes ! Mais aussi et surtout de la littérature anthroposophique elle-même.

En effet, j’ai pu montrer dans mon article Éléments explicatifs de l’enfermement mental provoqué par l’Anthroposophie, ou dans Une oeuvre qui rend fou, comment la littérature anthroposophique constitue en elle-même une forme de substance corrosive pour la pensée, destructurant puis rendant fumeuse et flasque les productions mentales de ceux qui fréquentent assidument la prose de Rudolf Steiner.

Ce constat m’a d’ailleurs posé à titre personnel un dilemme moral qu’il est intéressant que je relate. En effet, je me suis vu dernièrement confronté a la question de savoir ce que je devais faire de mes bibliothèques entières de livres anthroposophiques, accumulés du temps où  j’appartenais à cette dérive sectaire. Ayant gardé mes justificatifs de déclarations d’impôts, j’ai pu constater qu’il y en avait pour plus de 30 000 Euros dépensés pour les acquérir, sur 25 ans. Une jolie somme donc, qui est malheureusement allé dans les poches des éditions anthroposophiques. J’aurais pu espérer en recouvrer un petit pourcentage, en tentant de revendre quelques ouvrages sur des sites spécialisés à cet effet, comme Le bon coin, ou autres. 

Oui mais voilà : comment revendre ne serait-ce qu’un seul exemplaire des ouvrages de Steiner, sachant comme je le sais que ces livres détruisent sur le long terme les esprits de ceux qui les lisent ?! Moralement parlant, j’en étais incapable, quand bien même j’avais pleinement le droit de récupérer un peu de la somme  que j’avais perdu à travers ces achats réguliers. Mais cela aurait consisté à inoculer à d’autres un venin qui m’avait moi-même empoisonné. Il en fut hors de question !

Pour comprendre à quel point la littérature anthroposophique porte atteinte à la pensée humaine, je livre donc aujourd’hui à mes lecteurs un exemple particulièrement saillant des dommages qu’elle peut occasionner, tels qu’ils apparaissent nettement dans le texte ci-dessous, qui m’a été adressé il y a quelques mois par un membre furieux du milieu anthroposophique. On pourra relever en le lisant plusieurs choses intéressantes, comme : 

– les thèmes récurrents et les idées fixes des anthroposophes, constituants des éléments de langage obsessionnels :  « le Christ, l’etherique, Spinoza, l’expérience de Saint Paul devant Damas (Saül), le matérialisme, la décadence de la civilisation moderne, l’âme de conscience, le Traité des Couleurs de Goethe, le tournant du siècle, etc… » Et tout cela dans un texte d’une dizaine de lignes à peine : impossible bien entendu de voir ce qui les relierait logiquement.

– dans quelles contradictions profondes se trouve l’anthroposophe qui me l’a adressé, déclarant notamment des choses comme :  

« Je ne suis pas anthroposophe, mais le Christ est de nature solaire jusqu’à son incarnation » (pour les anthroposophes, le Christ est l’Esprit du Soleil)

– Ou encore, lorsqu’il utilise le terme d’ « attaques » pour désigner mes écrits, ce qui est précisément le jargon des anthroposophes pour désigner toutes critiques de la doctrine du Maître ou de la Société Anthroposophique.

– On notera également comment la syntaxe même de ses phrases semble atteinte par l’influence de cette doctrine ésotérique à laquelle il croit, au point qu’elle ne semble même plus appartenir à la langue française :

« Le ferment est en elle, stupide de penser autrement, soit elle sera forte d’elle même interieurement soit elle se detruira, il en va de même de l’Anthroposophie ! »

– On remarquera enfin sa perception négative  de toute forme d’esprit critique, qu’il oppose à la « liberté de l’âme » : 

« Là le libre arbitre de chacun est seul maître,  là doit vivre la liberté de l’âme ! Pas la critique ! »

– etc.


Contrairement à ce que l’on serait tenté de croire, ce texte n’appartient pas à un esprit isolé particulièrement dérangé : il est à ma connaissance complètement représentatif de ce que finissent par produire ceux qui fréquentent sur de longues années les écrits de Rudolf Steiner. Cela rejoint d’ailleurs un constat qu’avait fait avant moi Bodo von Plato, un très haut dirigeant de la Société Anthroposophique Universelle, qui me déclarait un jour sous le sceau du secret : « J’en ai marre de tous ces zinzins ! »

Quoique pénible à lire, la publication de ce genre de prose est donc utile pour les lecteurs n’ayant pas appartenu comme moi au milieu anthroposophique, afin qu’ils puissent se rendre compte de l’ampleur des dégâts que les écrits de Steiner sont capables d’occasionner. J’ai pris la liberté d’en corriger quelques unes des fautes d’orthographe, bien que celles-ci soient également, à mon sens, représentatives. Je crois aussi qu’il est bon que les parents d’élèves qui mettent leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf sache ce qui peut affecté l’esprit des pédagogues qui vont avoir la charge de leur progéniture : 


Au sujet de vos attaques de l’Anthroposophie, qui m’atristent, m’affligent et me font mal. Moi pourtant, rejeté par eux. Il n’y a pas de libre arbitre de l’humanité ! Cela est un non sens, comme la liberté des peuples est une idée absurde.

Tout citoyen correctement informé ? Par qui ? Comment ? Au nom de quelles valeurs ? Là le libre arbitre de chacun est seul maître,  là doit vivre la liberté de l’âme ! Pas la critique! 

« Le plaisir de la critique nous ôte celui d’être vivement touchés de très belles choses »  Jean de la Bruyère 

Je ne suis pas anthroposophe, mais le Christ est de nature solaire jusqu’à son incarnation, de nos jours il est infiniment un individualité terrestre infiniment ouverte à chacun,  et même aux anthroposophes !

J’ai fais l’experience du Christ dans l’ éthérique comme Saül ! Comme Spinoza, ou encore Romain Rolland. Si il y a une contamination spirituelle alors elle se fera par l’âme de conscience, pas par une autorité institutionelle, vous donnez des pouvoirs à l’Anthroposophie qu’elle n’a pas! Mais quel beau livre que celui de la Theorie des couleurs de Goethe !

Sectaire? Le materialiste est sectaire il renie la moitié de sa nature !

L’Anthroposophie n’est pas responsable d’une chute de cette civilisation occidentale !

Elle chutera par elle même comme toute civilisation. Le ferment est en elle, stupide de penser autrement, soit elle sera forte d’elle même interieurement soit elle se detruira, il en va de même de l’Anthroposophie ! Dont semble-t-il la mission au tournant de ce siecle a échoué ! Je n’ai rien d’autre à vous communiquer !

Spirituellement et amicalement vôtre !

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un exemple de bouillie de pensée anthroposophique

  1. Kursner David dit :

    J’ai toujours été frappé par le manque de substance des textes de Steiner en personne. Je me disais que: soit je suis stupide, soit je ne suis pas à la hauteur de ce grand esprit, soit il délire. Le dilemme était particulièrement difficile à résoudre. Bouddhiste pratiquant pour ma part, j’ai toujours aimé les écrits clairs et exprimant une spiritualité vivante et visible, autrement dit, qui ne soit pas ésotérique. Et quand je lis Rudolf, je me demande toujours s’il est sérieux, s’il parle en images, ou s’il me manque un décodeur.
    Mais voilà… ma femme est tombée amoureuse de Rudolf, nos 4 petits étant dans une école Steiner… Elle est devenue toujours plus « anthroposophe », a décidé de se former à cette médecine… J’ai donc fait un effort dans sa direction, plutôt content d’ailleurs de voir mes enfants plutôt épanouis dans cette école. Les choses ont depuis dégénéré, raison pour laquelle je fréquente ce site.
    La lecture de votre site me sidère car il dénonce tout ce que j’ai observé et continue d’observer.
    Bien sûr, en pleine séparation (puisque ma chère et tendre a décidé de me quitter et de se mettre en ménage avec un vrai anthroposophe de l’école…), je suis partial. Disons que ma confiance est des plus érodées… Mais lorsque je lis ma propre femme aujourd’hui, je suis consterné de voir comment elle s’est approprié le vocabulaire anthroposophe, et comme son expression est de plus en plus opaque, complexe, technique. Vraiment, ça fait peur. C’est comme si sa pensée n’était justement QUE pensée, mais sans substrat vérifiable.

  2. Bonjour, merci pour ce blog.
    J’ai tenté de lire des écrits de Rudolf… Je n’y ai rien compris. J’ai d’abord émis plusieurs hypothèses: traduction de mauvaise qualité (j’ai donc essayé de lire en allemand quelques extraits); je suis trop stupide pour comprendre (mais bon, j’ai la réputation d’être intelligent et ouvert); je ne suis pas à la hauteur de ce grand esprit (wouaou! Il est connecté à qqch qui me dépasse!); il est maboule…
    Il y a une cohérence incohérente dans ses propos. Il semble dire qqch qui a du sens, de quasi intuitif, mais on a le sentiment de ne jamais vraiment arriver au bout ou de pouvoir interpréter de façon diamétralement opposée un concept d’un jour à l’autre.
    Je vous assure que j’ai longtemps essayé. Et que cela m’a carrément fait « flipper ».
    Mais comment diantre peut-on adhérer à quelque chose d’aussi fumeux?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s