Réponse à Arrêt Sur Image

Dans un article d’Arrêt Sur Image (reproduit ci-dessous pour les nécessités de compréhension du lecteur), la journaliste Juliette Gramalia reproche à Jean-Luc Mélenchon d’être allé un peu vite en accusant la nouvelle Ministre de la Culture d’être « liée aux sectes », dans un entretien qu’il a donné sur BFMTV le 18 mai 2017.

Dans cet article, la journaliste reconnaît le lien de l’école du Domaine du Possible au mouvement Steiner-Waldorf, et celui-ci​ à l’Anthroposophie de Rudolf Steiner. Elle reconnaît ensuite que cette doctrine peut être qualifiée de mouvement fortement ésotériste, occultiste et irrationaliste. Enfin, elle rappelle utilement que les écoles Steiner-Waldorf sont actuellement « défavorablement connues » et surveillées par la MIVILUDES. Cependant, elle récuse les accusations de Jean-Luc Mélenchon au motif que Françoise Nyssen aurait déclaré au Monde que son école n’avait rien d’une dérive sectaire et que le Recteur de l’Académie d’Aix-Marseille est allé également dans son sens. Elle en conclut que Jean-Luc Mélenchon serait « allé un peu trop vite » et qu’il serait « difficile d’affirmer que Nyssen serait plus ou moins liée aux sectes ».

Personnellement, je trouve  que c’est Juliette Gramalia qui va un peu vite en besogne et trouve étonnante sa conclusion au regard de tout ce qu’elle a elle-même énoncé dans son article. Car, en définitive, le seul argument en faveur de Françoise Nyssen repose sur les affirmations du Recteur de l’Académie d’Aix-Marseille, dont on peut légitimement s’interroger sur son degré de naïveté dans cette affaire, quel que soit le respect dû à sa personne et à sa fonction (Lire à ce sujet : L’incroyable naïveté du Recteur de l’Académie d’Aix-Marseille). En effet, les informations concernant les liens de l’école de Françoise Nyssen avec l’Anthroposophie sont disponibles par de nombreux autres biais que mon blog, à commencer par la MIVILUDES qui a signalé dans son rapport 2013-2014 les activités du Printemps de l’Education, auquel participait Henri Dahan, le directeur de l’école du Domaine du Possible. De même, le Cercle Laïque de Prévention du Sectarisme a publié de nombreux articles concernant l’Anthroposophie et les écoles Steiner-Waldorf. La Secrétaire Générale de la MIVILUDES a elle-même rédigé une lettre circonstanciée concernant les inquiétudes légitimes que l’on peut nourrir à l’encontre de cette pédagogie dans le cadre d’une mission de vigilance sur les dérives sectaires. Et l’UNADFI publie régulièrement sur son site et dans sa lettre d’information des articles sur les écoles Steiner-Waldorf. Que vaut donc l’avis personnel du Recteur Bernard Beignier face au travail de la MIVILUDES, de l’UNADFI, du CLPS, ou d’autres, qui depuis de nombreuses années ont réalisées des recherches approfondies sur la question ? Mais c’est au lecteur de juger.

Ensuite, je dois dire que je trouve étrange cette affirmation selon laquelle Jean-Luc Mélenchon se serait spécifiquement référé à l’école du Domaine du Possible pour affirmer l’existence de liens entre Françoise Nyssen et « les sectes ». Notons d’ailleurs que le leader de la France Insoumise n’évoque pas « une secte », mais « les sectes ». Je m’étonne donc de la rapidité avec laquelle Arrêt Sur Image a procédé à cette affirmation. À ma connaissance, Jean-Luc Mélenchon est un homme politique extrêmement bien renseigné sur la question des dérives sectaires et très prudent lorsqu’il met en cause des personnes, aussi n’aurait-il sans doute jamais pris le risque d’accuser la Ministre de la Culture sans raisons valables. C’est du moins ce que je suppose. Pour ma part, je trouve qu’Arrêt sur Image aurait dû interroger l’intéressé, ou au minimum tenter de le faire, plutôt que de lui attribuer arbitrairement une cible qu’il n’a jamais désignée nommément. Dans l’attente d’une clarification de sa part, l’hypothèse de Juliette Gramalia reste une hypothèse.

Sur le fond de l’affaire, je souhaite à présent revenir sur certaines affirmations de l’article qui me semblent problématiques.

Tout d’abord, je m’attriste de ce que la journaliste d’Arrêt Sur Image qualifie mon blog de « complotiste ». En effet, montrer que les écoles Steiner-Waldorf sont liées à l’Anthroposophie, et que Rudolf Steiner comptait sur ces structures pédagogiques pour étendre sa doctrine, ce n’est pas une théorie complotiste, mais un fait qu’il est possible de vérifier en lisant les déclarations du fondateur de l’Anthroposophie :

« Si nous devons un jour abandonner l’école Waldorf, cela signifiera ôter le sol sous les pieds à notre mouvement anthroposophique tout entier » (Conseil de Rudolf Steiner aux professeurs de la première école  Steiner de Stuttgart, Édition de la  Fédération des écoles Steiner-Waldorf, p. 253)

Ce conseil de Rudolf Steiner, ainsi que d’autres du même genre, est aujourd’hui encore publié par la Fédération des écoles Steiner-Waldorf et cette parole est considérée comme sacrée par les pédagogues de ces écoles (Lire à ce sujet : Extraits édifiants des Conseils de Rudolf Steiner aux professeurs de la première école Steiner de Stuttgart). Les écoles Steiner-Waldorf sont donc bel et bien un moyen consciemment créé par leur fondateur dans le but de répandre la doctrine anthroposophique de par le monde. Et si la journaliste d’Arrêt Sur Image souhaite trouver des théories du complot, elle n’a qu’à faire l’effort de lire les œuvres de Rudolf Steiner lui-même : théorie du complot selon laquelle la Première Guerre Mondiale était un complot réalisé par les Loges occultes anglo-saxonnes pour détruire l’Allemagne et instaurer un « désert bolchevique » à l’Est de l’Europe (Rudolf Steiner, Derrière le voile des évènements, Éditions Triades) ; théorie du complot selon laquelle la destruction de l’Empire Austro-hongrois avait pour finalité de contrecarrer l’expansion de la Communauté des Chrétiens et de la Société Anthroposophique (Rudolf Steiner, Leçons de la première classe de l’école de Science de l’Esprit, E.A.R.) ; théorie du complot selon laquelle Kaspar Hauser aurait été enlevé et séquestré par les Francs-Maçons pour l’empêcher de réaliser son destin consistant à créer un Etat-tampon entre la France et l’Allemagne (Peter Tradowski, Kaspar Hauser, l’enfant de l’Europe, Éditions Triades) ; théorie du complot selon laquelle l’incendie du Goetheanum construit par Rudolf Steiner n’était pas un accident mais un crime ourdi par les Jésuites et les Francs-Maçons alliés pour l’occasion (Rudolf Steiner, Le Karma, considérations ésotériques, E.A.R.) etc., etc., etc. Lorsque j’étais anthroposophe, j’ai assisté à un nombre incalculable de conférences où l’on nous expliquait que tel ou tel événement de l’actualité avait en réalité été tramé par les Loges jésuites ou franc-maçonnes, censées gouverner secrètement le monde. Il suffit de lire une revue anthroposophique comme Tournant pour se rendre compte de la véracité de mes allégations :  presque chaque page y déroule une nouvelle théorie complotiste. Le complotisme est consubstantiel à l’Anthroposophie ! Mais il n’a aucune part dans ma démarche. Lorsque j’évoque une « colonisation sectaire à l’échelle planétaire » dans l’un de mes articles, je fais référence à ma connaissance des écoles Steiner-Waldorf de par le monde, où j’ai pu constater que, jusqu’au Brésil, ces écoles reprennent les mêmes recettes, le même décorum, les mêmes chansons, la même esthétique, etc., sans tenir aucun compte des spécificités locales, ce qui est précisément le propre d’une entreprise de colonisation (Lire à ce sujet : Visite d’une école Steiner-Waldorf au Brésil). D’ailleurs, les liens profonds de l’Anthroposophie et du Pangermanisme ont été mis en évidence par les travaux universitaires de Peter Staudenmeier.

De plus, la journaliste d’Arrêt Sur Image admet que les écoles Steiner-Waldorf sont « sous surveillance » de la MIVILUDES. Une petite institution dotée de si peu de moyens par l’Etat au regard de l’étendue de la tâche qui est la sienne se préocuperait-elle de surveiller ces écoles si elles ne représentaient réellement aucun danger potentiel en matière de dérive sectaire ? Quant à mes inquiétudes au sujet du comportement futur de Françoise Nyssen à l’égard de l’Anthroposophie en tant que Ministre de la Culture, que Juliette Gramalia semble trouver infondées ou hâtives, elles sont partagées par le Cercle Laïque de Prévention du Sectarisme, qui en a fait part sur son blog.

Toutefois, je reconnais à la journaliste d’Arrêt Sur Image le mérite de ne pas chercher à masquer les liens de Françoise Nyssen et de son école à l’Anthroposophie. Elle a même le courage d’écrire :

« Si l’école de la nouvelle ministre n’est pas, à strictement parler, un établissement Steiner-Waldorf, elle y est cependant liée. Par sa pédagogie, dont se réclame clairement Nyssen, mais aussi par son directeur pédagogique, Henri Dahan, qui se trouve être également le délégué général de la fédération des écoles Steiner-Waldorf en France. Et Nyssen semble bel et bien intéressée par l’anthroposophie : elle a notamment organisé des week-ends sur la « spiritualité laïque » avec plusieurs anthroposophes connus, dont Bodo von Plato, membre du comité directeur de la principale institution anthroposophe, le Goetheaneum, le siège la Société anthroposophique universelle. »

Je l’avoue, il est rare de trouver dans la presse une description aussi exhaustive des liens plus que troublants de la nouvelle Ministre de la Culture avec l’Anthroposophie. De plus, l’article de Juliette Gramalia ne cherche pas non plus à présenter l’école du Domaine du Possible comme une structure où seraient mises en oeuvre plusieurs pédagogies alternatives, dont la pédagogie Steiner-Waldorf ne serait qu’une des composantes, aux côtés de Freinet ou Montessori, comme le font bon nombre de ses confrères. Car si cela correspond en effet à ce que présentent au public et aux institutions les dirigeants de cette école, ce n’est pas la réalité. En effet, un article de la Société Anthroposophique en France a retranscrit les actes d’un colloque auquel participaient les principaux acteurs de cette institution et les hauts dirigeants de l’Anthroposophie. Or, lors de ce colloque, il a été clairement dit, en présence de Françoise Nyssen, Jean-Paul Capitani et de Henri Dahan, que l’école du Domaine du Possible était bien une école de pédagogie Steiner-Waldorf. Après quoi, Bodo von Plato, l’une des plus hautes sommités mondiales de l’Anthroposophie, a aussitôt déclaré :

« Nous ne dirons pas aux parents qu’il s’agit d’une école Steiner ou Waldorf. » (Lire à ce sujet : La nouvelle stratégie Steiner-Waldorf et le prototype du Domaine du Possible).

En conséquence, ce document interne très compromettant atteste que la communication au sujet d’une pluralité des sources d’inspiration pédagogique du Domaine du Possible n’est autre qu’un mensonge destiné à masquer la réalité. Il ne s’agit nullement de théorie complotiste, mais d’un fait vérifiable ! Françoise Nyssen était présente lors de cette déclaration de Bodo von Plato et n’a aucunement protesté.

Par ailleurs, il suffit de regarder sur Youtube la cérémonie d’inauguration de l’Ecole du Domaine du Possible pour se rendre compte qu’il s’agit bien d’une école Steiner au sens traditionnel du terme et non d’autre chose. L’ancien élève et professeur Steiner-Waldorf que je suis peut en effet y reconnaître exactement les mêmes rituels et les mêmes discours, à la virgule près, que j’ai connus dans toutes les autres écoles Steiner-Waldorf au cours de ma vie. Ainsi le discours de Henri Dahan, personnifiant et essentialisant les locaux de l’école, conformément à la doctrine ésotérique anthroposophique selon laquelle les lieux possèdent des âmes, des entités suprasensibles avec lesquelles le professeur Steiner-Waldorf doit entrer en contact, à la manière dont les anciens Romains faisaient des offrandes aux « Pénates », les Génies des lieux. Ou encore lorsqu’il dit s’adresser à « l’enfant qui est en vous », faisant ainsi discrètement allusion à l’entité du « Fils de l’Homme », cet être suprasensible du Moi christique présent selon l’Anthroposophie en chaque être humain.  Ainsi le spectacle d’Eurythmie conduit par Praxède Dahan, avec des drapeaux blancs, reprenant une chorégraphie qui a sans doute été réalisée des milliers et des milliers de fois dans toutes les autres écoles Steiner-Waldorf de par le monde. Ainsi le chant réalisé par la chorale des élèves de l’école, qui là encore est exactement le même que celui qu’on peut entendre dans toutes les écoles Steiner-Waldorf avec des élèves de cet âge. Rien de nouveau sous le soleil de l’Anthroposophie ! Dans mille ans, ces écoles Steiner-Waldorf seront exactement les mêmes qu’elles le sont aujourd’hui et qu’elle l’étaient il y a un siècle, lors de leur fondation, formant des îlots où le temps et la vie se seront arrêtés à jamais, reproduisant les êtres à l’identique. Et lorsque j’entends Françoise Nyssen, dans cette vidéo, s’extasier (à nouveau !) à propos du sourire de Henri Dahan, je lui recommande de faire davantage attention aux regards des anthroposophes qu’à leurs sourires, dans lesquels elle trouvera en comparaison beaucoup moins de chaleur et d’humanité qu’elle ne l’imagine, si elle y plonge en gardant sa lucidité.

Je souhaiterais à présent conclure cet article sur la manière dont mon blog et mon travail de dénonciation de l’Anthroposophie et des écoles Steiner-Waldorf a été qualifié par Arrêt Sur Image, qui sous-entend un parti-pris vindicatif et une certaine partialité. Mon travail est sans doute très bien renseigné et révèle beaucoup de choses très inquiétantes au sujet des écoles Steiner-Waldorf et de l’Anthroposophie, mais n’est aucunement guidé par une quelconque animosité à leur égard, comme l’a d’ailleurs reconnu la XVIIème Chambre Correctionnelle de Paris dans les attendus de son jugement :

« Loin d’être le fruit d’une « haine féroce », il résulte que le témoignage rédigé par Grégoire Perra, publié sur le site de l’UNADFI, est le fruit d’une réflexion philosophique sur l’anthroposophie elle-même et ses modes de propagation, notamment au sein des écoles Steiner-Waldorf. »

Dès lors c’est également vainement que la partie civile soutient que l’UNADFI serait mue par une animosité personnelle, caractérisée par le fait qu’elle a reproduit les propos, sans aucune réserve, de Grégoire Perra, puisqu’aucune animosité n’est retenue à l’encontre de celui-ci. » (Extrait du Jugement du 24 mai 2013 de la XVIIe chambre correctionnelle de Paris) (lien).

Mon travail est mû par le sens du devoir, non par quelque sentiment d’animosité que ce soit. Et c’est bien pour cela qu’il dérange.

                                 Gregoire Perra

Article de Arrêt Sur Image :

Observatoire du 18/05/2017 par Juliette Gramaglia

Non, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, n’est pas « liée aux sectes »

Pourquoi Mélenchon a parlé un peu trop vite.

 

A peine nommée, déjà attaquée. La nouvelle ministre de la culture Françoise Nyssen a été accusée, hâtivement, par Jean-Luc Mélenchon d’être « plus ou moins liée aux sectes ». Une attaque qui fait référence à l’école « alternative » qu’elle a fondée, le « Domaine du possible ». Cette école se base en partie sur une pédagogie controversée, celle des écoles Steiner-Waldorf, surveillées de près par la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, la Miviludes. Mais si cette dernière recommande la vigilance face aux écoles Steiner-Waldorf, elle n’en fait pas pour autant des sectes.

Une ministre proche des sectes ? Ce jeudi 18 mai, au micro de BFMTV, Jean-Luc Mélenchon s’est quelque peu emballé en critiquant la composition du nouveau gouvernement, lâchant : « On est revenus directement au Moyen-Âge, on n’a jamais vu autant de gens défenseurs d’autant de vieilleries à la fois ». Dans son viseur, notamment, « une ministre de la culture qui est plus ou moins liée aux sectes ». De la part du leader de la France Insoumise, on n’en saura pas plus sur les prétendues connexions de Françoise Nyssen avec des « sectes ».

A quoi pouvait bien penser Mélenchon ? Pour comprendre, il faut se pencher sur un élément de la biographie de Nyssen parfois cité dans les récents articles sur la nouvelle ministre de la Culture, mais rarement développé. Il s’agit de l’école qu’elle a fondée avec son mari Jean-Paul Capitani, le « Domaine du possible ». L’école a ouvert ses portes à la rentrée 2015 à Arles, au siège de la maison d’édition Actes Sud que dirigent Nyssen et Capitani. L’école, qui a déménagé à la rentrée 2016, est indépendante de l’État et s’inscrit dans la lignée des pédagogies « alternatives » très en vogue ces dernières décennies (à l’image des écoles Montessori), qui se basent autant sur des méthodes d’apprentissage différentes que, pour certaines, sur une forme de spiritualité. Source principale de l’inspiration de Nyssen et Capitani : la pédagogie Steiner-Waldorf, pratiquée dans les écoles du même nom.

Les écoles Steiner-Waldorf, « défavorablement connues », mais pas des sectes

C’est là que les choses se corsent. Car la pédagogie Steiner-Waldorf est loin de faire l’unanimité. Elle tient son nom de l’Allemand Rudolf Steiner. Steiner crée, au début du siècle dernier, un courant de pensée appelé l’anthroposophie, une forme de doctrine fortement ésotérique. L’anthroposophie a été largement critiquée dans les décennies suivantes, et aujourd’hui encore, pour ses visions pseudo-scientifiques et son ésotérisme.  Ainsi que l’expliquait Le Monde en 2015, les écoles Steiner-Waldorf, dont l’enseignement est fondé sur la pédagogie du même nom, divisent notamment leur cursus de douze ans en trois cycles : « celui du corps, celui de l’âme, celui de la pensée ». Elles mettent également en avant les activités manuelles autant qu’intellectuelles. On en trouve dans de nombreux pays. En France, on en compte 36, d’après la liste officielle de 2017 des écoles Waldorf. C’est bien moins qu’en Allemagne, où on en décompte pour la même année plus de 700.
Malgré leur faible nombre, ces écoles privées, parfois sous contrat avec l’État, ont attiré le regard des autorités à la fin des années 1990 (époque où l’on en comptait moitié moins qu’aujourd’hui), et particulièrement celui de la Mission interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (la Miviludes). Un rapport de cette dernière, publié en 2000, relayait notamment les inquiétudes de l’Éducation Nationale concernant le niveau des enseignants dans les écoles Steiner-Waldorf : « les enseignants ne seraient pas recrutés pour leur formation intellectuelle et pédagogique, mais pour «leur parcours qualifiant de vie» », pouvait-on lire dans le rapport. La Miviludes s’inquiétait également du « refus réaffirmé d’un contrôle de l’État par l’ensemble des écoles Waldorf-Steiner de par le monde », mais aussi du refus de l’enseignement de l’Histoire, « vue comme une suite de mythes nourrissant l’imaginaire », ou encore de « l’absence de vaccinations » dans les écoles. « On peut aussi s’interroger sur l’appartenance des enseignants. Ils répètent à l’envi que la doctrine de Steiner n’est pas enseignée («sauf dans les grandes classes»), mais nombre d’entre eux sont membres soit de la Société anthroposophique, soit de la «Communauté des Chrétiens en France» », notait le rapport. Pour la Miviludes, il ne s’agissait alors pas d’écoles alternatives, mais « d’établissements scolaires se rattachant à une doctrine », sans que tous les parents semblent au courant. Si la mission interministérielle ne classait pas les écoles Steiner-Waldorf dans les sectes, elle appelait toutefois à une vigilance accrue.

Suite à ce rapport, l’Éducation Nationale procède à d’autres inspections, et en juillet 2001, le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Jack Lang, indique que « les contrôles […] n’ont pas révélé de pratiques à caractère sectaire ». Après cela, plusieurs écoles bénéficient de contrats avec l’État (ce qui signifie notamment que les enseignants sont rémunérés par l’État et non par l’école).

En 2015, un autre rapport de la Miviludes rappelle que la pédagogie Steiner est une pratique éducative « défavorablement connue », faisant partie d’un discours « New Age » qui, s’il n’est « pas sectaire », reste à surveiller. Interrogé l’année suivante par Le Monde, le président de la Mission interministérielle, Serge Blisko, assure qu’il n’existe « pas systématiquement » des dérives sectaires. « Mais tous les éléments sont réunis pour que, dans certaines écoles, sous la conduite d’enseignants mal préparés ou trop proches des théories de Steiner, des dérives soient constatées », ajoute-t-il.

Les liens de Nyssen avec l’anthroposophie

La Miviludes reste donc vigilante. Et les critiques ne se sont pas tues. Depuis plusieurs années, un ancien élève et professeur d’une école Steiner-Waldorf, Grégoire Perra, s’est mis à dénoncer « l’endoctrinement » dont seraient victimes selon lui les élèves de ces écoles. Dans un long témoignage publié en 2011 par l’Union nationale des Associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (Unadfi), subventionnée par l’État, Perra dénonçait notamment un enseignement pétri des doctrines anthroposophes. Concernant la Révolution française, on lui aurait notamment présenté l’opposition entre Danton et Robespierre comme une lutte entre les forces « lucifériennes » et « ahrimaniennes » [Ahriman est un esprit démoniaque dans le zoroastrisme ndlr]

Ce même Perra, qui a gagné en 2013 le procès en diffamation qui lui était intenté par les écoles Steiner-Waldorf de France, a fondé un blog intitulé « La vérité sur les écoles Steiner-Waldorf », aux accents souvent complotistes. Il y affirme de manière répétée que ces écoles sont « pilotées » par la Société Anthroposophique, comme un organe de « propagation de la doctrine anthroposophique dans le monde ». Pour Perra, l’école fondée par Nyssen n’est pas une initiative individuelle, mais bien « un changement radical de stratégie » pour effectuer cette entreprise de « colonisation sectaire à l’échelle planétaire ».

Qu’est-ce qui pousse Perra à voir en Nyssen un bras caché de l’idéologie anthroposophe ? Si l’école de la nouvelle ministre n’est pas, à strictement parler, un établissement Steiner-Waldorf, elle y est cependant liée. Par sa pédagogie, dont se réclame clairement Nyssen, mais aussi par son directeur pédagogique, Henri Dahan, qui se trouve être également le délégué général de la fédération des écoles Steiner-Waldorf en France. Et Nyssen semble bel et bien intéressée par l’anthroposophie : elle a notamment organisé des week-ends sur la « spiritualité laïque » avec plusieurs anthroposophes connus, dont Bodo von Plato, membre du comité directeur de la principale institution anthroposophe, le Goetheaneum, le siège la Société anthroposophique universelle. Ce qui pour Perra est bien la preuve qu’avec la nouvelle ministre de la Culture, « connue pour être une très proche de la mouvance », « les anthroposophes entrent au gouvernement ». Sur son blog, Perra l’assure, Nyssen « va continuer d’œuvrer, comme elle l’a toujours fait, à l’égard de l’anthroposophie, c’est-à-dire en tentant de la faire entrer et de la faire reconnaître dans toutes les institutions officielles de notre pays ».

Pourtant, aucun rapport n’a pour le moment indiqué de problème particulier avec l’école « Domaine du possible ». Interrogée par Le Monde en 2016 sur son école, Nyssen se défendait de toute « dérive sectaire » : « Nous sommes une école ouverte. On n’arrête pas de parler : Cela ne serait pas le cas s’il s’agissait d’un truc de gourou ». L’école espère signer, à terme, un contrat d’association avec l’État. Toujours dans l’article du Monde, l’école était aussi soutenue par le recteur d’Aix-Marseille, Bernard Beignier, qui remarquait : « L’école n’est pas du tout suspectée de dérive sectaire. […] Il n’existe aucune volonté de nous fuir. C’est tout le contraire ». Difficile donc d’affirmer, comme l’a fait Mélenchon, que Nyssen serait « plus ou moins liée aux sectes ».

Par Juliette Gramaglia le 18/05/2017

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Actualités, Domaine du Possible, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s