Un beau commentaire

Parmi les choses que je peux lire à mon propre sujet sur les différentes blogs ou sites evocants mon travail concernant l’Anthroposophie et les écoles Steiner-Waldorf, il y en a bien évidemment un grand nombre qui me navrent, qu’ils viennent des sbires masqués de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf et la Société Anthroposophique, ou qu’ils soient issus de l’initiative spontanée de particuliers convaincus par cette mouvance. Me navrent également parfois les articles et les commentaires de journalistes qui – outre le fait qu’ils n’ont pas procédé à un travail de recherche et d’enquête digne de ce nom – se permettent de qualifier et de critiquer mon travail avec des jugements rapides et faciles, comme l’a fait par exemple Juliette Gramalia, de Arrêt Sur Image. Visiblement, de tels gens n’ont pas la moindre idée de ce que peux coûter intellectuellement et émotionnellement le fait de sortir d’une dérive sectaire et de la dénoncer avec le maximum d’objectivité possible ! À les lire, on a l’impression qu’ils se figurent que j’ai écrit les nombreux articles figurants sur mon blog comme eux-mêmes traitent leurs sujets d’actualité : un travail routinier qu’ils accomplissent comme une tâche extérieure ne les engageant pas particulièrement eux-mêmes, avant de passer sans état d’âme à un nouveau sujet et à un autre contenu. C’est presque si je n’en viendrais pas parfois à leur souhaiter de vivre un jour la même expérience que moi, si cela était possible, et de tomber aux mains d’une dérive sectaire de l’âge de 9 ans à celui de 39 ans, ou que cela arrive à l’un de leurs proches, afin que nous puissions voir comment ils parviendraient à s’en sortir et quels types d’articles ils seraient capables de produire ensuite le cas échéant. Peut-être comprendrait-ils alors mieux le caractère déplacé de certains de leurs commentaires, couchés sur le papier dans la moindre capacité compassionnelle.

Néanmoins, il m’arrive également de lire de beaux et profonds commentaires, émanant de parfait inconnus, qui ont quant à eux pris la peine de lire de façon conséquente mes écrits et de percevoir avec finesse la démarche qui leur a donné naissance. Ce fut le cas cette semaine d’un commentaire laissé sur le blog de Romain Blachier, le chargé de la Culture d’Emmanuel Macron qui a pris la défense de la Ministre de la Culture Françoise Nyssen contre les accusations de Jean-Luc Mélenchon avec autant de pertinence qu’une huître dissertant sur la composition des nuages interstellaires.

Répondant à un de mes détracteurs tentant sournoisement de salir ma personne et mon travail – comme le font systématiquement certains proches de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf depuis le verdict du procès qui m’a innocenté de l’accusation de diffamation – ce simple citoyen fait à mon propos des remarques que j’ai trouvées particulièrement justes et touchantes, raison pour laquelle je me permets de les retranscrire ci-après :

« Vous passez sous silence que cet homme « ultra-critique » comme vous dites a été attaqué en justice par la Fédération des écoles Steiner-Waldorf, pour diffamation après la publication de son témoignage sur le site de l’UNADFI (assoaciation de défense des personnes victimes de sectes).

Cet homme, Grégoire Perra, a gagné le procès qu’on lui intentait (…).

Il a fait son devoir : un examen de conscience et il a témoigné, le plus objectivement possible, pour faire la part des choses et permettre à autrui de faire également la part des choses.

Au reste, son blog n’est pas une accumulation de billets d’humeur à charge contre l’anthroposophie et les écoles Steiner comme vous le laissez supposer. En effet, il y fait figurer ses cahiers d’écolier, collégien et lycéen steiner, preuves objectives, douloureuses et gênantes pour quiconque voudrait faire passer ces pédagogies pour saines.

Pour l’instant, vous n’avez opposé à cela que des arguments d’autorité et des appels à la popularité, c’est à dire des arguments fallacieux. Ca ne fait pas le poids, vous vous discréditez. Or c’est bien vous qui qualifiez les propos de Grégoire Perra d’arguments douteux, tirés par les cheveux et de blog peu crédible…

Permettez-moi de rire!

La popularité de Rabhi ou de Morin vous exempte-t-elle d’examiner le cas cité? »

De tels commentaires me font plaisir bien au-delà du fait qu’ils prennent ma défense. Car ils montrent que, même quand les nouveaux pontes de la politique, comme Romain Blachier, ou les professionnels de la presse, comme Juliette Gramalia, font défaut et manquent à leur devoir qui est de servir la communautée en tentant de s’approcher énergiquement et sincèrement de la vérité, de simples citoyens peuvent quant à eux s’en avérer capables.

                                        Grégoire Perra

Publié le 21/05/2017 à 10:34

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Actualités, Actualités, Domaine du Possible, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s