Éducations Plurielles : une association à surveiller de près

La stratégie de la dérive sectaire des écoles Steiner-Waldorf liée à l’Anthroposophie a toujours été de se revendiquer de la pluralité pédagogique pour avancer masquée dans la société. En se dissimulant derrière d’autres pédagogies, dont les représentants sont assez naïf pour tomber dans le panneau, les écoles Steiner-Waldorf tentent de faire reconnaître et subventionner leurs structures.

Les membres actifs de cette stratégie anthroposophique n’ont d’ailleurs eux-mêmes strictement aucun scrupules à manger à tous les râteliers, se faisant rémunérer personnellement à la fois par les structures Steiner-Waldorf et les institutions publiques dans lesquelles ils sont parfois salariés, ne parvenant jamais à percer la contradiction dans laquelle il patauge toute leur vie, mais dont ils s’accommodent parfaitement en raison des avantages que celle-ci leur procure.


A ce titre, il est intéressant de se pencher sur une association particulièrement active dans l’Essonne mais également au plan national : Éducations Plurielles. L’Association Éducations Plurielles a publié un dossier de presse qui est disponible sur internet :

 http://educationsplurielles.fr/wp-content/uploads/2017/10/Educations_Plurielles_Dossier_Presse_270817.pdf)

Nous en publions dans cet article des extraits qui nous semblent hautement révélateurs et nous paraissent devoir retenir l’attention et susciter la vigilance des associations de luttes contre les dérives sectaire, mais aussi de la MIVILUDES.

 

Une association qui dit promouvoir la pluralité pédagogique mais dont la plupart des membres sont profondément impliqués dans les écoles Steiner-Waldorf, la formation à la pédagogie Steiner-Waldorf ou le réseau de l’Anthroposophie :

« Virginie Macé, Présidente du Fonds Educations Plurielle : Diplômée en sciences de l’éducation, ancienne directrice de centres de loisirs, elle exerce aujourd’hui comme  Professeur des écoles dans une école Waldorf.

Laure Fourteau-Lemarchand, Secrétaire du Fonds Educations Plurielles : Ancienne avocate à New York puis à Paris, spécialisée en droit des affaires et de l’environnement, reconvertie en 2009 dans le conseil stratégique en développement durable, elle siège depuis plusieurs années au Conseil d’Administration de diverses instances dédiées à l’éducation : le Printemps de l’Education, la fondation Lemarchand, le Centre Actif Bilingue à Fontainebleau.

Dominique Schalck, Trésorier : Consultant pour le montage et le développement de structures de l’économie sociale et solidaire (associations, fondations, coopératives,…), il est par ailleurs administrateur de la Fondation pour une Terre Humaine et président de la Fondation Toit Solidaire Participatif.

Baptiste Klockenbring, Membre du CA du Fonds Éducations Plurielles : Professeur agrégé de philosophie exerçant en lycée public, il a siégé au CA d’une école Steiner-Waldorf pendant quatre ans, et siège actuellement au CA d’un institut de formation des maîtres Steiner-Waldorf. »

 

Une formation dont une présentation a été faite au sein d’une réunion du Conseil d’Administration de l’Ecole Steiner-Waldorf de Verrières le Buisson en 2016, réunion au cours de laquelle il est clairement sous-entendu que les fonds versés à cette fondation sont destinés à l’école en question et non envisagés pour soutenir une pluralité pédagogique :

« Madame Virginie Macé et Messieurs Baptiste Klockenbring et Dominique Schalck ont exposé les avancées du projet de fondation. Lors de la dernière AG, l’idée initiale en avait été présentée. Le projet continue mais a dû être modifié car il s’avère, toute information vérifiée, qu’une fondation dont le capital est constitué de son patrimoine immobilier n’apporte pas de bénéfice. En revanche, une fondation mère regroupant divers partenaires autour de l’éducation, à laquelle est rattachée un fond de dotation propre à l’école, présenterait plusieurs avantages :
• soutenir l’entretien du patrimoine de l’école,
• avoir une ouverture plus grande dans le monde de l’éducation grâce aux partenariats,
• financer les projets de l’école relativement rapidement via le fond de dotation propre, dans la limite de délais incompressibles. Le travail va se poursuivre par la recherche de partenaires susceptibles de faire partie de la fondation mère. Il est rappelé qu’il est déjà possible de faire des dons vers le fond de dotation, donc au profit de l’école. » (steiner-verrieres-BULLETIN-2-printemps-2016.pdf)

 

Une association dont les parrains et marraines sont des personnalités publiques, comme Pierre Rabhi ou Edgar Morin, soutenant les écoles Steiner-Waldorf se regroupant autour de Françoise Nyssen, actuelle Ministre de la Culture :

« Depuis un an le Fonds a établi un réseau diversifié et pérenne de partenaires (Printemps de l’Education, LivingSchool, Fédération des Ecoles Steiner, Public Montessori, Fondation Nature & Découvertes…), parrains et marraines (dont Pierre Rabhi, Edgard Morin, Charles & Perrine Hervé Gruyer, Antonella Verdiani…), et donateurs (une soixantaine à date), qui constitue le cœur battant du fonds. »

Une association qui a pour objectif politique le financement par la collectivité publique des structures pédagogiques hors-contrats, dont bien sûr les écoles Steiner-Waldorf :

« Le financement assuré par l’Etat se limite aux structures publiques et sous-contrat, dans le cadre de l’Education Nationale, et quelques subventions, au coup par coup, par les collectivités locales. Or nombreuses sont les initiatives et innovations de tous horizons, publiques et privées, qui ne peuvent aboutir, faute de financements. Notre projet doit ainsi encourager les partenariats public-privés, la création et la pérennisation d’initiatives qui faute de soutien risquent par s’épuiser ; il doit favoriser l’élaboration, l’expérimentation, la diffusion et la circulation des idées et des pratiques innovantes, et enrichir la réflexion pédagogique, y compris dans la sphère publique.

Apporter un outil financier adapté spécifiquement au monde éducatif, nous semble un
enjeu majeur que ne peut remplir que difficilement une Fondation généraliste : les besoins des structures éducatives sont spécifiques, et nécessitent un suivi que ne peuvent fournir de manière efficace les structures plus globales : besoins immobiliers spécifiques, enjeux de mises aux normes de sécurité et d’accessibilité des ERP, fonctionnement par années scolaires, relations avec les autorités de tutelles, etc. »

 

Une association surfant sur l’idée de liberté dans la pédagogie et sur la vague écologiste alternative, associée aux Colibris : 

« La demande d’un véritable renouveau éducatif se manifeste ainsi tous les jours par de nouvelles initiatives : associations de promotion de la diversité éducative (Le Printemps de l’Education), multiplication de projets de créations d’écoles (Montessori, les Colibris, les Oasis, Le Domaine des Possibles d’Arles, etc…), films autour des enjeux éducatifs (Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent, C’est d’apprendre qui est sacré, de Delphine Pinson, Un autre chemin pour l’école de Guy Beauché, Ecole en vie de Mathilde Syre…), innombrables livres, revues, articles et blogs, sont l’expression de ce besoin profond de la société. Ce foisonnement d’initiatives autour des enjeux éducatifs démontre l’intérêt, les attentes et les besoins en la matière, et souligne l’importance croissante de cet enjeu. »

En conclusion, on pourrait certes discuter sur le fond pour savoir si le concept de « pédagogies plurielles » serait légitime et si des démarches pédagogiques autonomes pourraient exister tout en étant subventionnées par l’État. D’ailleurs, l’Etat français le fait déjà avec de nombreuses structures. Mais en ce qui concerne les écoles Steiner-Waldorf, ce serait mal situer le problème, car ces écoles ne sont pas fondées sur une pédagogie parallèle, mais sur une dérive sectaire – l’Anthroposophie – dont le but n’est pas l’éducation des enfants mais leur endoctrinement, comme je l’ai montré dans de nombreux articles présents sur mon blog. À ce titre, il serait envisageable – sous réserve de recherches approfondies qui viendraient confirmer cette hypothèse – que l’association Éducations Plurielles ne soit pas une démarche honnête pour tenter d’obtenir des fonds en se réclamant du pluralisme pédagogique, mais une supercherie de plus que les écoles Steiner-Waldorf aurait imaginée pour mentir à la collectivité et – si elle parvenait à ses fins – lui extorquer ses deniers.

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Leurs méthodes de dissimulation, Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s