Refus de vaccination : la position pas si claire de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France

Dans un récent article du Monde, les résultats d’une étude de la docteur Lucie Guimier associant le refus de vaccination et certaines écoles alternatives ont été rendus publics, pointant notamment la responsabilité des écoles Steiner-Waldorf. En effet, ces écoles sont connues pour être des foyers épidémiques de certaines maladies que la vaccination pourrait enrayer, en raison du fait qu’on y trouve une population de parents qui refuse de façon plus importante qu’ailleurs la pratique de la vaccination pour leurs enfants.

Cette hostilité à la vaccination des parents des écoles Steiner-Waldorf s’explique par le fait que ces structures scolaires oeuvrent dans le but de sensibiliser les parents d’élèves à l’Anthroposophie de Rudolf Steiner, doctrine ésotérique et mystique qui conçoit la vaccination comme un danger spirituel.

Toutefois, l’article du Monde semble dédouaner de toute responsabilité la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France :

« Cependant, aujourd’hui, la Fédération rappelle sa position « très claire » en faveur du respect des règles vaccinales en vigueur. De fait, en France, on compte une trentaine d’établissements qui se revendiquent de cette pédagogie, et leur répartition dans l’Hexagone (plutôt dans le nord-est) ne correspond pas aux actuels foyers épidémiques (plutôt au sud-ouest). »

Dans le présent article, nous souhaiterions rectifier le propos de ce paragraphe de l’article du Monde, dont nous avons par ailleurs apprécié le contenu. En effet, parler de position « très claire » de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France au sujet de la vaccination des élèves n’est possible selon moi que lorsque l’on méconnaît le fonctionnement de cette Fédération, les liens qui l’unissent aux écoles qu’elle représente et les pratiques internes de celles-ci.

Tout d’abord, il semble important de préciser que cette « position très claire de la Fédération » n’existe que pour les journalistes qui l’interrogent sur ce sujet. En effet, à notre connaissance, la Fédération ne communique pas de la même façon en direction des écoles pour les inciter fermement à faire respecter par les parents l’obligation de vaccination de leurs enfants. Et quand bien même elle le ferait, les secrétariats et les équipes pédagogiques des écoles Steiner-Waldorf savent très bien qu’il s’agirait en fait d’une communication purement formelle destinée à satisfaire les exigences extérieures et légales, mais que cela ne correspondrait pas à ce qui est réellement la volonté de cette institution. C’est pourquoi, quand bien même de telles communications existeraient, elles ne seraient pas répercutées comme il se doit auprès des parents d’élèves par les écoles Steiner-Waldorf respectives. En clair, les missives de la Fédération aux écoles concernant la vaccination obligatoire des élèves – si elles existaient – se retrouveraient rapidement à la poubelle : soit la poubelle des secrétariats, soit celles des salles de classes.

Les journalistes ne devraient pas s’imaginer, lorsqu’ils l’interrogent, que la Fédération des écoles Steiner-Waldorf est comparable à ce qu’est un Rectorat vis-à-vis des établissements dont il est responsable. En réalité, la Fédération n’a aucun pouvoir sur les écoles Steiner-Waldorf : ni de surveillance, ni de contrôle, ni de sanction. Elle ne peut pas même se permettre d’en exclure certaines sans perdre une partie des revenus qui la financent. Cet organisme a pour seule fonction de représenter et de défendre les écoles Steiner-Waldorf par rapport à l’extérieur. C’est-à-dire de faire des procès à ceux qui les dénoncent, de pondre des communiqués quand ce n’est pas possible, de définir une stratégie de communication et de lancer des campagnes de publicité mensongères. Mais la Fédération n’a aucun pouvoir interne sur les écoles, qui font ce que bon leur semble. Quand des éléments graves et compromettants parviennent aux oreilles de la Fédération concernant des faits hautement problématiques se produisant dans l’une ou l’autre école, sa seule mission est d’éviter qu’ils ne s’ébruitent, mais en aucun cas de les sanctionner ou d’en examiner les causes.

Comme signe manifeste de cette fausse volonté de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf envers la question de la vaccination des élèves, nous pouvons rendre compte d’un fait révélateur. Lorsque les écoles Steiner-Waldorf organisent des Kermesses ou des Marchés de Noël, il y a toujours un stand où les éditions anthroposophiques vendent les livres de Rudolf Steiner. Parmi ceux-ci, on trouve généralement, toujours en bonne place, deux ouvrages intitulés Physiologie occulte et La Chute des esprits des ténèbres, dans lesquels le fondateur de l’Anthroposophie fustige les vaccins et les décrits comme potentiellement dangereux pour le salut spirituel des êtres humains :

« Il ne faut pas se leurrer : on est en présence d’un mouvement bien déterminé. Autrefois, au concile de Constantinople, l’esprit a été éliminé, on a institué un dogme : l’homme n’est fait que d’une âme et d’un corps, et parler de l’esprit devint une hérésie. On aspirera sous une autre forme à éliminer l’âme, la vie de l’âme. Et ce temps viendra, dans un avenir pas très lointain, où l’on dira: parler d’esprit et d’âme, c’est pathologique; seuls sont bien portants les gens qui ne parlent que du corps. On considérera comme un symptôme pathologique le fait qu’un être humain se développe d’une façon telle qu’il en vienne à penser qu’il existe un esprit et une âme. Ces gens seront considérés comme des malades, et l’on trouvera, soyez-en sûrs, le remède qui agira sur ce mal. Dans le passé, on a éliminé l’esprit (la foi dans un principe spirituel individuel). On éliminera l’âme au moyen d’un médicament. En partant d’une « saine vue des choses », on trouvera un vaccin grâce auquel l’organisme sera traité dès la prime jeunesse, autant que possible, si possible dès la naissance même, afin que le corps n’en vienne pas à penser qu’il existe une âme et un esprit. Les deux courants, les deux conceptions du monde s’opposeront radicalement. L’une réfléchira à la manière d’élaborer des concepts et des représentations qui soient à la mesure de la réalité véritable, de la réalité d’âme et d’esprit. Les autres, les successeurs des actuels matérialistes, chercheront le vaccin qui rendra les corps « sains », c’est-à-dire constitués de telle façon qu’ils ne parleront plus de ces « sottises » que sont l’âme et l’esprit, mais, parce qu’ils sont « sains », ils parleront des forces mécaniques et chimiques qui, à partir de la nébuleuse cosmique, ont constitué les planètes et le soleil. On obtiendra ce résultat en manipulant les corps. On confiera aux médecins matérialistes le soin de débarrasser l’humanité des âmes. » (Rudolf Steiner, conférence du 7 octobre 1917, La Chute des esprits des ténèbres, Éditions Triades)

Pour un anthroposophe, laisser vacciner les enfants comporte donc le risque de leur faire perdre leurs âmes. On ne saurait être plus clair. Si la Fédération des écoles Steiner-Waldorf voulait vraiment avoir une position « très claire », elle-aussi, vis-à-vis de la vaccination, elle aurait depuis longtemps interdit aux écoles de vendre de tels ouvrages, ce qui n’est absolument pas le cas. Car ces ventes au sein des Kermesses et Marchés de Noël des écoles Steiner-Waldorf constituent de fait des incitations directes au refus de vaccination des enfants.

Pour finir de corriger le passage de l’article du Monde que nous avons cité, il nous faut en outre mentionner le rôle joué par les médecins anthroposophes au sein des écoles Steiner-Waldorf. En effet, les écoles Steiner-Waldorf font toujours en sorte que leurs médecins scolaires soient des médecins anthroposophes. Cela correspond à une directive explicite de Rudolf Steiner dans ses Conseils aux professeurs de la première école Steiner-Waldorf de Stuttgart (Édition de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf) : « Tout médecin étranger serait source de difficulté ». Elles s’arrangent également pour orienter les parents d’élèves vers ces médecins afin que ceux-ci deviennent également les médecins de famille des parents des enfants scolarisés dans les écoles Steiner-Waldorf.

À l’école de Verrières le Buisson, par exemple, les médecins scolaires sont Christophe Dekindt et Sophie Shankland, deux anciens élèves Steiner-Waldorf qui sont devenus des médecins anthroposophes (ainsi que le docteur Hubaud, également médecin anthroposophe). Et ces trois médecins comptent parmi leur partientelle une part très importante des parents des élèves de l’école, dont ils sont devenus les médecins de famille. Ces médecins sont, à ma connaissance, totalement acquis à la doctrine de Steiner, y compris à ce que ce dernier profère au sujet de la vaccination.

Bien qu’il ne nous soit pas possible d’être présent dans l’intimité des consultations médicales délivrées par les médecins anthroposophes scolaires des écoles Steiner-Waldorf de France et d’ailleurs, ni de divulguer les recits que des parents d’élèves nous en ont rapportés, il est largement permis de douter que de tels médecins invitent les parents d’élèves à vacciner leurs enfants, bien au contraire. Car un tel conseil de leur part reviendrait à les mettre en porte-a-faux vis-à-vis de leurs convictions médicales anthroposophiques profondes.

D’autre part, comme j’ai déjà eu l’occasion de le raconter dans d’autres articles, les médecins anthroposophes scolaires pratiquaient à mon époque ce qu’ils appellaient le « vaccin blanc », c’est-à-dire le fait de faire semblant de réaliser l’injection, mais de laisser s’écouler le sérum à côté, puis de tamponner néanmoins le carnet de vaccination de l’élève. De telles pratiques ont elles aujourd’hui totalement disparues ? Non, s’il faut en croire les témoignages internes de certains parents d’élèves indignés qui me sont parvenus, mais dont je n’ai pas les moyens de certifier la véracité.

Parler de volonté réelle d’améliorer la couverture vaccinale de la population des élèves Steiner-Waldorf de la part de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France, ou de position « très claire » de celle-ci, me semble donc abusif. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison que le ou la journaliste du Monde qui a rédigé cet article a jugé pertinent d’employer des guillemets. Il ou elle a, je crois, très bien fait.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Actualités, Des foyers épidémiques partout dans le monde, Ecoles Steiner-Waldorf et médecine anthroposophique, La Médecine anthroposophique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Refus de vaccination : la position pas si claire de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France

  1. Chiara dit :

    En Italia debido a la ley que obliga a la vacunacion los médicos antroposoficos se han posicionado en contra, a favor de la libertad de elegir si vacunar o no. En los forum italianos era evidente el rechazo a la vacunacion y la adhesión total a las palabras de steiner.
    Mi experiencia en España fue de una escuela donde se aceptaban niños no vacunados sin problemas. Hay que decir también que en muchas escuelas se realizan a lo largo del año charlas acerca de las enfermedades de los niños bajo la perspectiva es la de la medicina antroposofica. Las enfermedades tienen un rol importante según ellos para el correcto desarrollo espiritual del niño, superarla sin vacunas es mejor. Entonces una postura que observé entre antroposofos es hacer la vacunacion de base pero no las vacunas de las enfermedades infantiles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s