La cérémonie initiatique de l’anniversaire dans les écoles Steiner-Waldorf

La vidéo en lien montre une fête d’anniversaire de la jeune Ava dans une école Steiner. Cette cérémonie est reproduite à peu près à l’identique dans tout ces établissements à travers le monde. Nous allons en étudier le contenu.

Le décors de cette cérémonie est composé d’un chemin en forme d’arc-en-ciel que l’enfant doit traverser. La Maîtresse se tient avec l’enfant au commencement du chemin. Elle lui tient un long discours. Son costume est blanc.

La Maîtresse habillée de blanc représente l’ange-gardien de l’enfant, qui l’accompagne jusqu’au seuil de l’incarnation terrestre. La Science de l’Occulte appelle aussi ces êtres : « esprits du demi-jour ». Chaque être humain aurait son ange-gardien, qui le guide d’une incarnation à l’autre. Le procédé a ici pour but d’instaurer dans l’esprit de l’enfant l’idée que sa Maîtresse est bien plus que son enseignante, mais qu’elle incarne les forces bienveillantes de son Ange, c’est-à-dire son guide supra-terrestre.

Le chemin de l’arc-en-ciel représente quant à lui le seuil entre le monde sensible et le monde suprasensible. L’étoile filante suspendue au-dessus des protagonistes représente la nature cosmique de l’âme qui va naître.

La petite fille porte une couronne sur sa tête et est revêtue d’une longue cape. Dans la symbolique anthroposophique, la royauté représente le Moi. En effet, cette composante spirituelle de l’être humain est censée exercer sa souveraineté sur les composantes inférieures de l’âme, comme le corps astral, le corps physique et le corps éthérique. De plus, seul le Moi se réincarne, les autres composants de dissolvant les uns après les autres après la mort : le corps physique se dissout dans le monde physique, le corps éthérique dans le monde éthérique, et le corps astral dans le monde astral… C’est donc bien le Moi seul, symbolisé par les atours de la royauté, revenant de son long sejour parmis les planètes et les étoiles après s’être devêtu de ses composants inférieurs, qui franchit en compagnie de son ange le chemin de l’arc-en-ciel, c’est-à-dire le seuil entre le monde spirituel et le monde physique.

Ainsi, cette cérémonie Steiner-Waldorf vise à mettre en scène de manière symbolique ce qui se serait passé, selon les anthroposophes, pour l’âme de l’enfant juste avant le jour de sa naissance : accompagné de son ange qui l’avertit de son karma à venir, de sa mission et des épreuves qui l’attendent dans sa prochaine vie sur la Terre, l’âme de l’enfant descendant des sphères du Cosmos doit s’armer de courage pour franchir le « chemin de l’arc-en-ciel ».

Ce « chemin de l’arc-en-ciel » correspond au symbole initiatique sacré de l’une des dernières « Leçons » de l’Ecole de Science de l’Esprit des anthroposophes, à savoir le seuil entre le monde sensible et le monde suprasensible.

À chaque anniversaire, l’âme de l’enfant est censée se souvenir inconsciemment de ce moment de sa vie prénatale en compagnie de son ange. Le mettre en scène de manière symbolique est une manière de favoriser ce processus de réminiscence.

Nous voyons donc qu’encore une fois une simple fête à l’apparence ordinaire et anodine devient dans les écoles Steiner-Waldorf une cérémonie anthroposophique à part entière, un culte initiatique véhiculant les conceptions et la cosmologie ésotérique de Rudolf Steiner. Ce procédé est un moyen habile d’endoctrinement.

Publicités

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Les cérémonies cultuelles Steiner-Waldorf. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s