Le Stockmeyer : apprendre à tricoter plutôt que la logique pour bien juger

Continuons notre lecture du Stockmeyer, ce document très discret de la pedagogie Steiner-Waldorf.

A la page 36-37, Rudolf Steiner affirme que pour apprendre à bien raisonner et à former son jugement, les exercices de logique ne sont d’aucune utilité pour personne, mais qu’en revanche apprendre à tricoter donnerai d’excellent résultats :

« Steiner rejetait catégoriquement les «exercices de logique» comme moyen d’exercer le jugement. «Ce ne fut absolument pas une lubie, cette idée qui se fit jour que, chez nous, les garçons aussi devaient tricoter… Dans cette activité manuelle s’exprime, se forme ce qui, de fait, augmente considérablement la faculté de bien juger. Là où le jugement se forme le moins chez l’être humain, c’est quand on lui fait faire des exercices logiques. Ces exercices ne sont absolument pas propres à former le jugement. Quand on fait découvrir le rapport entre le verbe et le sujet, quand on fait faire l’analyse grammaticale ou logique, on ne contribue nullement à développer le jugement. On contribue tout au plus à le rendre rigide. Cela donnera un homme qui, plus tard ne saura raisonner que selon un schéma. Quand on fait trop d’exercices intellectuels de ce genre, on forme un esprit formaliste qui tombe dans le schématisme. Par ailleurs, cette pratique n’a d’autre résultat que de favoriser le dépôt de sels, de sorte que l’organisme s’imprègne de sels. L’être humain a ensuite trop tendance à sécréter de la sueur, comme nous pouvons fort bien l’observer quand nous faisons trop appel au jugement des enfants.» Ce sont donc les exercices de logique qui sont rejetés ici, et non l’introduction à la philosophie. » p. 36-37

Pourquoi, selon Steiner, s’exercer à la logique favoriserait-elle des dépôts de sel dans l’organisme ? Parce que le sel est l’expression des forces ahrimaniennes. Nous sommes pleine cosmologie anthroposophique appliquée à la pedagogie Steiner-Waldorf.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Stockmeyer : apprendre à tricoter plutôt que la logique pour bien juger

  1. Giroud Marc dit :

    J’adore ! ::-)) Ne dites surtout pas aux anthroposophes qu’un certain Jules Tricot a écrit « traité de logique formelle » en 1973, je cite : « Cet ouvrage, assurément marqué par les polémiques de l’époque contre ce que l’on nommait alors la « logistique », n’en demeure pas moins un « classique », s’agissant principalement de la syllogistique aristotélicienne.
    Sans négliger les données de la philosophie postérieure, l’auteur s’est en effet attaché à la tradition aristotélicienne et médiévale, pour aborder la théorie générale du concept et du terme, du jugement et de la proposition, de l’induction et du syllogisme. » Euh … Aristote faisait un régime sans sel ? Bon c’est pas tout, mon macramé m’attend pour faire baisser mon cholestérol et réussir mon doctorat en épistémologie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s