Le Stockmeyer : inculquer aux élèves de 1ère la notion anthroposophique de « rajeunissement de l’humanité »

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 160, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues quel est l’objectif des cours d’Histoire de 12ème classe (1ère de lycée) dans une école Steiner-Waldorf, à savoir faire passer aux élèves l’idée d’un « rajeunissement progressif de l’humanité  » :

« L’objectif de l’histoire en 12e doit être rattaché aux propos du 25 avril 1923, qui précédaient déjà l’étude du plan scolaire pour l’allemand et l’histoire de l’art. On les trouvera à nouveau au chapitre «Géographie». Le même jour, Steiner donne le plan scolaire de l’histoire pour la nouvelle 12e : 12e classe: «Je vous ai dit cela pour que vous sachiez comment, dans l’esprit du principe de l’école Waldorf, il faudrait concevoir l’enseignement, quand on a affaire à des jeunes gens de dix-huit ans. Les jeunes gens de dix-huit ans devraient être amenés à saisir déjà d’une manière vivante les époques de l’histoire sous l’angle du “rajeunissement de l’humanité”. Cela aurait une influence considérable sur l’humanité. À l’époque la plus reculée, les hommes ressentaient l’évolution de l’âme jusqu’à l’âge de soixante ans. Lorsque s’accomplit le mystère du Golgotha, “l’âge de l’humanité” fut atteint juste à trente-trois ans, alors qu’aujourd’hui nous n’atteignons au fond que vingt-sept ans. C’est un trait général. Il faudrait qu’il soit compréhensible avant l’entrée à l’université. Cela devrait entrer dans la culture générale. Cela aurait un effet extrêmement bienfaisant sur la constitution animique*.» 25 avril 1923. Ces paroles sont prononcées en prenant en compte la nécessité de préparer une 12e en un an à l’examen du baccalauréat, ce qui explique la forme de vœu: «Cela devrait entrer dans la culture générale.» » pages 160 et 161

Qu’est-ce que l’idée du « rajeunissement de l’humanité » ? Il s’agit de la conception anthroposophique selon laquelle la maturité naturelle des êtres humains est décroissante au fur et à mesure que l’histoire avance. Tandis qu’un homme de la civilisation de l’Inde antique avait une maturité naturelle de 60 ans, elle est descendue à 33 ans à l’époque de la civilisation greco latine (4ème civilisation après la chute de l’Atlantide), puis n’est plus que de 27 ans à l’époque de Steiner.

C’est avec des idées de ce genre que les élèves des écoles Steiner-Waldorf doivent entrer à l’Université. Effectivement, cette idée m’avait été inculqué par mon professeur d’Histoire. L’idée de Steiner était que « cela entre dans la culture générale » : il s’agissait bien d’influencer la culture en y envoyant des élèves des écoles Steiner-Waldorf qui y diffuseraient les idées de l’Anthroposophie.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s