Le Stockmeyer : enseigner aux enfants l’existence de l’Atlantide en cours de Géographie

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 174, dans le chapitre consacré à l’enseignement de la Géographie, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues comment enseigner aux élèves l’existence de l’Atlantide :

« En 8e classe, on transformera les études pratiquées en 7e en un tableau d’ensemble des conditions physico-chimiques, d’histoire naturelle, astronomiques et ethnographiques de la terre. Les situations politiques et juridiques ne seront qu’effleurées. Nous intercalerons encore ci-dessous un exposé fait par Steiner dès le premier mois d’existence de L’école Waldorf, lorsque le professeur de 8e demande comment on peut établir dans l’enseignement de la géologie une relation entre la géologie et la chronique de l’Akasha : «Il serait naturellement bon que vous procédiez ainsi: d’abord faire prendre conscience aux enfants de la stratification, leur donner une notion de la formation des Alpes. Vous traiterez ensuite tout le complexe issu des Alpes: Pyrénées, Alpes, Carpathes, Altaï, et ainsi de suite, ce qui constitue une ondulation. Et ensuite l’autre ondulation, celle qui va de l’Amérique du nord à l’Amérique du sud. On dégage donc cette première ondulation jusqu’à l’Altaï, jusqu’aux montagnes asiatiques, d’ouest en est. Puis nous avons à l’ouest de l’Amérique les montagnes nord-américaines en haut et les montagnes sud-américaines en bas. C’est l’autre ondulation, du nord au sud. Elle est perpendiculaire à la première. Nous partons de cette stratification et de cette division, puis nous y rattachons la végétation et la faune. Puis nous essayons simplement d’étudier la côte occidentale de l’Europe et la côte orientale de l’Amérique, la faune, la flore et la stratification. Puis nous éveillons l’idée que l’est de l’Amérique et l’ouest de l’Europe sont liés, et que le bassin de l’Océan et la côte occidentale de l’Europe sont simplement des terres qui s’enfoncent. Partant de ces notions, nous essayons de montrer clairement, de façon appropriée que ces terres s’élèvent et s’enfoncent de manière rythmique. Nous partons de cette notion de rythme. Nous montrons que les Iles Britanniques sont montées et descendues quatre fois. Ainsi revenons-nous, par la voie géologique, au concept de l’antique Atlantide. Nous pouvons ensuite essayer d’éveiller chez les enfants une représentation de l’aspect dif férent qui se présentait lorsqu’une partie était engloutie tandis que l’autre émergeait. Nous partons du fait que les Îles Britanniques se sont enfoncées et sont remontées quatre fois. Cela se constate géologiquement, simplement aux strates. Nous essayons donc d’établir un lien entre ces choses, mais nous ne devons pas craindre de parler aux enfants de la terre atlantéenne. Nous ne devons pas omettre cela. Nous pouvons même prendre appui dessus dans le contexte historique. Seulement il vous faudra alors désavouer la géologie habituelle. Car la catastrophe atlantéenne doit être placée au septième ou huitième millénaire. L’époque glaciaire, c’est la catastrophe atlantéenne. L’époque glaciaire ancienne, moyenne et récente n’est rien d’autre que ce qui se passe en Europe pendant que l’Atlantide s’engloutit. Ce sont des phénomènes simultanés, donc au septième ou huitième millénaire*.» 25 septembre 1919. » pages 174 et 175

L’existence de l’Atlantide est une croyance importante de la doctrine anthroposophique. Le livre intitulé Chronique de l’Akasha décrit en effet la vie des hommes sur le continent atlantéen.

Ici nous voyons comment Rudolf Steiner montre à ses disciples comment inculquer cette idée aux élèves. Il s’agit de leur montrer que les continents s’élèvent et s’affaissent de manière rythmique, un peu comme la respiration d’un être vivant. Puis de là arriver à l’idée qu’il a existé autrefois un continent aujourd’hui immergé nommé Atlantide.

Nous voyons donc comment une croyance anthroposophique complètement farfelue du point de vue historique et géographique est enseignée aux élèves des écoles Steiner-Waldorf dans les cours de Géographie.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Stockmeyer : enseigner aux enfants l’existence de l’Atlantide en cours de Géographie

  1. Giroud Marc dit :

    Je me souviens de Monsieur Uwe WERNER, nous apprendre comment enseigner la géographie aux élèves, nous étudiions la pédagogie Steiner et nous destinions à enseigner, c’est exactement ce que vous décrivez.
    Un souvenir particulier, dans le style, me remonte : il fallait faire ressentir aux élèves que les plans des Dieux pour le « continent » espagnol, s’inscrivaient à la fois historiquement (grands navigateur, dont par ailleurs on peut connaître les réincarnations) et géographiquement, car plongé dans la mer de manière volontaire. En revanche, les nombreuse îles de la Grèce témoignent d’un autre dessein des Dieux : en faire le berceau de la philosophie. Ainsi les nombreuses pensées flottent sur la mer comme les idées flottent dans le cerveau.
    Pourquoi donc les anthroposophes cherchent-ils donc à noyer le poisson ? Rien d’autre que de l’anthroposophie n’est enseigné aux futurs profs. Un seul auteur en référence qui est Steiner ! Zut ! faut pas le dire !

  2. D’où l’utilité d’apprendre à nager … (sourire)…
    Parfois, il faut peut-être de l’humour « noir » pour surnager dans ce marasme…

Répondre à Giroud Marc Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s