Le Stockmeyer : étudier la cellule sans microscope mais à partir du cosmos

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 208, dans le cadre des indications concernant les cours de sciences naturelles, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues que la biologie cellulaire ne devrait surtout pas être enseignée en utilisant un microscope, mais à partir de considérations cosmologiques :

« 11e classe : «Il s’agirait en histoire naturelle de traiter à cet âge l’étude des cellules. Et ensuite, n’est-ce pas, peut être pas de manière aussi complète, mais en prenant des plantes caractéristiques des moins évoluées jusqu’aux monocotylédones, du bas vers le haut. Mais attirer déjà tout de même l’attention sur les dicotylédones, afin d’établir un parallèle entre les fleurs et les champignons. Toujours tenir compte du mycélium,de la formation de spores. Lorsque l’on décrit la formation d’ovaires, il faut tenir compte également du mycélium. Téléologie, établir un lien sensé entre les différentes parties de l’organisme. Traiter l’étude des cellules de manière cosmologique*.» 21 juin 1922. On trouve dans la première des deux conférences pédagogiques de Stuttgart 1921 la remarque suivante sur l’étude des cellules : «Pour le professeur pointilleux, il va de soi qu’il faut étudier les cellules au microscope. On le fait à l’université et on imite cela dans les écoles secondaires. Or c’est une terrible erreur. On ne devrait jamais présenter la cytologie aux élèves qui ont l’âge dont nous parlons sans la relier à la cosmologie et sans considérer ce qui se passe dans la cellule comme une sorte de petit cosmos. Il ne s’agit pas, naturellement, d’introduire autre chose que ce dont on peut soi-même se convaincre par l’observation du noyau cellulaire et des différents corpuscules qui se trouvent dans la cellule.» Rudolf Steiner a donné d’autres indications sur la relation entre la cytologie et la cosmologie dans son cycle Science du ciel, sciences de la terre donné en juin 1921 à Stuttgart. Nous recommandons vivement à tout professeur de sciences naturelles dans les grandes classes de l’étudier à fond. » pages 208 et 209

Étudier les cellules au microscope est pour Rudolf Steiner « une terrible erreur ». Même moi qui suis habitué aux délires de l’anthroposophie, il y a des fois où les bras m’en tombent…

Comment l’étudier alors ? « De manière cosmologique », répond Steiner. C’est à dire de considérer la cellule comme un microcosme. Et Stockmeyer de conseiller de s’appuyer sur Science du Ciel, un livre de pure anthroposophie (Ed. Triades), alors qu’il s’agit de donner un cours de biologie cellulaire aux élèves.

On comprends pourquoi le Stockmeyer est gardé le plus secret possible par les dirigeants de la pédagogie Steiner-Waldorf.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s