Le Stockmeyer : utiliser l’anthroposophie pour enseigner le corps humain en 10ème classe (3eme de lycée)

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 207, dans le cadre des indications sur les cours de sciences naturelles, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues qu’il leur faut enseigner les conceptions de l’anthroposophie aux élèves de 10ème classe au moment de traiter le corps humain :

« 10e classe : «Maintenant, nous aurions besoin avant tout d’un certaine étude du minéral. Nous passerions maintenant en 10e classe à l’étude de l’homme. Et il faut faire de la minéralogie. Nous devons maintenant traiter la minéralogie*.» 17 juin 1921. «Il faudrait en quelque sorte rendre l’homme compréhensible. Vous devriez devenir capables de rendre l’homme compréhensible en tant qu’être isolé, afin de pouvoir passer plus tard à l’ethnologie. Rendre l’homme compréhensible comme être isolé, – on peut tirer tant de choses de l’anthroposophie à ce sujet. Il n’y a aucun domaine pour lequel on puisse trouver autant d’éléments sans être accusé de faire de l’anthroposophie. C’est objectif-véridique : l’homme physique, ses organes et ses fonctions en lien avec l’âme et l’esprit*.» 17 juin 1921. La dernière phrase sur l’homme physique en lien avec l’âme et l’esprit se réfère sans ambiguïté à ce que Steiner a nommé pour la première fois la tri-articulation de l’être humain physique dans son livre Des énigmes de l’âme pour ensuite l’élaborer plus avant dans les divers cycles de conférences. La présentation la plus détaillée est sans doute celle de Nature humaine. » pages 207 et 208

Ce n’est pas avant la 10ème classe que les élèves des écoles Steiner-Waldorf peuvent étudier le corps humain dans son entier, squelette compris. En effet, le squelette est considéré par Rudolf Steiner comme un « élément abstrait », dont il faut retarder au maximum l’enseignement.

Mais une fois le temps venu de pouvoir étudier l’Homme dans son entier, les professeurs Steiner-Waldorf doivent le faire à partir des conceptions de l’Anthroposophie.

On ne saurait être plus clair. Pourtant, les écoles Steiner-Waldorf prétendent toujours que l’anthroposophie n’est pas enseignée dans les écoles Steiner-Waldorf et font des procès à ceux qui disent le contraire.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s