Le Stockmeyer : des cours de Chimie sans substances chimiques

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 238, dans le cadre des indications générales concernant l’enseignement de la Physique et de la Chimie dans les écoles Steiner-Waldorf, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues que le professeur de Chimie doit éviter de parler à ses élèves de « substances » :

« On peut considérer que l’objectif de la 8e classe a été fixé avec l’idée qu’un grand nombre d’élèves quittent l’école après cette classe et qu’il faut leur donner avant ce départ le plus possible de représentations saines. Lorsque l’on n’a pas à tenir compte de départs en fin de 8e, il se pourrait que la partie «organique» de la 8e soit mieux à sa place en 9e. Il est à remarquer qu’acide, sel et base, les trois catégories principales de la chimie tout entière ne sont encore nullement mentionnés pour les classes abordées jusqu’ici. Dans ces classes, il doit manifestement être question de substances directement accessibles, et non pas de substances à obtenir par des réaction chimiques qui ne sont en fait rien d’autre que des processus chimiques fixés artificiellement. Ceci vaut surtout pour les acides et les bases, moins pour les sels. 10e classe: (Le professeur vient de dire qu’il a traité l’année précédente la différence entre acide et base) «Les enfants ont-ils une représentation claire de toute la signification d’un sel, d’un acide, d’une base? Il faut d’abord que cela soit fait… On pourrait faire beaucoup tout simplement en observant dans tous les détails ce qui est à traiter dans cette classe: base, acide, sel; parler ensuite de réaction alcaline et basique, puis y rattacher les processus physiologiques, afin qu’ils les comprennent. On peut aussi partir des réactions les plus opposées, par exemple suc nutritif de l’abeille et sang de l’abeille, parce qu’on a là alcalin et acide; le nectar réagit de manière acide, le sang d’abeille de manière alcaline. Cette polarité entre sang et nectar que l’abeille a dans ses organes digestifs. Il en va de même chez l’homme; on ne peut pas le constater de manière aussi caractéristique. Pour l’abeille, on peut le faire très aisément en laboratoire*.» 17 juin 1921. Ce qui importe pour Steiner devient ici très clair: faire apparaître l’ensemble de notions acide-base-sel comme dominant toute la chimie jusqu’au processus internes aux organismes, avec seulement une gradation minéral – végétal – animal et homme. L’expérience avec le nectar et le sang d’abeille montre où l’on veut en venir avec cette différenciation: l’acide et la base qui, dans un processus inorganique doivent s’équilibrer, sont soumis chez l’animal à des lois plus élevées auxquelles ils doivent se soumettre. Ces notions fondamentales de la chimie continuent à être traitées en 11e, comme principe d’édification du monde de la substance. 11e classe: «Il serait nécessaire en chimie de développer de la manière la plus complète possible les notions fondamentales d’acide, de base et de sel, de manière à savoir ce qu’est un alcool, un aldéhyde. Nous ne voulons guère tenir compte de la distinction traditionnelle entre chimie minérale et chimie organique. Nous avons là, me semble-t-il, ce dans quoi nous pouvons insérer la vue d’ensemble des substances. Je ne trouverais pas juste que la chimie soit élaborée à partir des substances. Il vaut mieux présenter le processus de cette manière, puis y introduire les substances et les métaux de sorte à éveiller le sentiment… que les substances sont des processus figés; ainsi, lorsque l’on a devant soi un morceau de soufre, on est face à un processus figé. Lorsque je me tiens ici alors qu’il pleut effroyablement, je suis inclus dans un processus. Lorsque par contre je regarde le nuage de loin, celui-ci me semble un objet. Lorsque je considère certains processus, c’est comme lorsque je suis sous la pluie. Lorsque je considère le soufre, c’est comme lorsque je regarde le nuage de loin. Les substances sont des processus chimiques qui semblent pétrifiés*.» 21 juin 1922. Le processus typique auquel Steiner pense ici est manifestement la réaction réversible de la formation de sel sous toutes ses métamorphoses. » pages 238 et 239

Enseigner la chimie sans parler aux élèves de substances chimiques… Il fallait oser.

Pour quelle raison Rudolf Steiner est-il opposé à la notion même de substance, à laquelle il demande aux professeurs Steiner-Waldorf de substituer la notion de processus ?

Parler de substances chimiques reviendrait à accorder à la matière une existence en soi. Or pour l’Anthroposophie, la matière n’a pas de substance propre, elle n’est rien d’autre que de la substance spirituelle qui s’est peu à peu densifiée. Il suffit de lire les description que Rudolf Steiner fait des précédentes incarnations de la Terre dans sa Science de l’Occulte pour voir que les substances matérielles se sont selon lui progressivement condensées par étapes (substance spirituelle, substance astral, substance éthérique, chaleur, air, eau, terre). La matière provient de l’Esprit par une sorte de processus de condensation.

Ainsi, lorsque Rudolf Steiner demande aux professeurs des écoles Steiner-Waldorf de ne pas parler aux élèves de substances chimiques, il le fait avec un présupposé anthroposophique bien précis qui structure sa vision du monde… qu’il veut imposer aux élèves par un vocabulaire et une manière de parler des faits, de décrire les expériences en cours, très orientée.

Les élèves qui quittent l’école Steiner en 8ème doivent partir avec « un maximum de représentations saines ». Mon professeur de l’école de Verrières parlait lui « d’idées évolutives « . C’est-à-dire d’idées de l’Anthroposophie. Les idées du monde et de la culture modernes sont quant à elles considérées comme malsaines.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s