Le Stockmeyer : faire de la science pour tomber à genoux d’admiration face aux phénomènes

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. A la page 233, dans le cadre des indications générales concernant l’enseignement de la Physique et de la Chimie dans les écoles Steiner-Waldorf, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues que le but de l’enseignement des sciences dans les écoles Steiner-Waldorf est de provoquer chez les élèves un puissant sentiment de vénération pour la concordance entre les équations mathématiques et les phénomènes, en donnant comme exemple la parabole et la chute des corps :

« Lors du premier Conseil après les vacances d’été 1921, Steiner complète le plan scolaire de la 10e , après la relation du professeur, selon lequel la mécanique avait.été relativement peu étudiée: 10e classe (suite): «Prenez encore une fois la mécanique jusqu’à la chute des corps, les machines simples avec la trigonométrie. Il vaut mieux traiter la chute avec des équations. Les élèves comprendront-il l’équation d’une parabole? Lorsqu’on l’introduit avec un cas concret, on n’en a pas besoin. Du point de vue pédagogique, l’élément essentiel dans l’étude de la chute réside en ce que les enfants ont l’équation de la parabole et comprennent la loi de la parabole. Cette coïncidence entre le phénomène et l’équation mathématique, voilà précisément ce que l’on doit rechercher. On dit souvent: “La philosophie commence avec l’étonnement.” C’est en partie faux. En enseignant, il faut provoquer l’étonnement à la fin d’un chapitre; en faisant de la philosophie, au début. Les enfants doivent être conduits vers l’étonnement. Il doivent avoir quelque chose qui s’adresse à leur être tout entier. Il faut leur faire comprendre que même un Novalis se mettrait à genoux devant une chose aussi grandiose* .» 11 septembre 1921. » page 233 et 234

Faire « Se mettre à genoux » devant la « coïncidence entre le phénomène et l’équation mathématique », voilà « le but recherché » des cours de sciences comme la Physique dans les écoles Steiner-Waldorf. Et pour cela, provoquer un étonnement que l’on aura bien préparé en amont par un « discours philosophique ».

On voit bien ici que le but recherché par Rudolf Steiner n’est pas du tout que les élèves comprennent le monde grâce à la science, ni qu’ils acquièrent des connaissances, mais de susciter chez eux des sentiments particuliers qui appartiennent au registre du religieux.

Étonnement, vénération, etc. On pourrait se dire que le fait de provoquer ces états est une façon de les ouvrir au monde. Mais en réalité, il s’agit surtout de façonner les esprits de manière religieuse, même dans un domaine comme la science.

Que le professeur de sciences provoque, à l’occasion, chez ces élèves des sentiments comme l’étonnement, pourquoi pas. Mais avec la vénération, on est déjà dans un autre registre. Et quand on se sert de la science pour subjuguer les élèves avec la coïncidence entre les équations mathématiques et les phénomènes observés, comme s’il y avait là quelque chose de magique et de mystérieux, ce n’est déjà plus très honnête.

Un élève a le droit de garder la tête froide face à ce qu’il découvre en cours. Le fait de provoquer en lui des sentiments, qui plus est aussi fort que la vénération, ne devrait jamais être fait de manière systématique et organisée, car il s’agit d’une violation de son intimité. Il s’agit de manipulation.

Ici, on voit bien que cette facon pédagogique de procéder ne sert qu’un seul but : produire des futurs adultes qui aborderont le monde dans une attitude de religiosité constante, c’est-à-dire une attitude d’anthroposophe.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolus.

La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendu nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient.

Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Ils visent faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.

Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s