Le Stockmeyer : faire faire des petites crèches pour Noël

Poursuivons notre lecture du Stockmeyer, le livre de base très secret de la pédagogie Steiner-Waldorf. À la page 375, dans le cadre des indications générales concernant les cours de « travaux d’ateliers » (travaux manuels) dans les écoles Steiner-Waldorf, Rudolf Steiner explique à ses disciples pédagogues qu’il faut faire faire aux enfants des petites crèches avec de la mousse pour Noël :

« À l’automne 1920, lors de l’exposé du plan scolaire de la première 9et 12e ,
Steiner donne les indications suivantes: «En travaux manuels, j’aurais suggéré que l’on cultive partout un élément artistique, un sens artistique, sans que cela passe au premier plan. Ce qui importe ici, c’est de faire faire aux élèves ceci, puis cela, toujours des choses qui parviennent à un achèvement. Je ne ferais pas réaliser uniquement des objets utilitaires, mais aussi des jouets, des jouets sensés. Je trouverais très bien de faire réaliser aux élèves de petits forgerons qui se meuvent en mouvement contraire. Les enfants deviennent habiles. On peut aussi faire réaliser des cadeaux par les élèves. Je travaillerais aussi dans ce sens. Et si l’on peut parvenir à faire ramasser de la mousse, les élèves peuvent se fabriquer pour Noël une petite crèche (cela introduit dans leur vieun élément religieux), modeler et peindre les moutons, etc.; ceci est très profitable. Ne pas négliger les objets utiles, bien sûr. Ils seront particulièrement heureux de réaliser quelque chose comme une crécelle*.» 22 septembre 1920″ page 375

Ce passage montre comment Rudolf Steiner s’y prenait pour faire passer des « éléments religieux » là où l’on s’y attend le moins dans sa pédagogie. Ici, il s’agit de faire faire aux enfants une petite crèche en cours de travaux manuels à l’approche de Noël. Ceci n’est pas fait dans un cours d’instruction religieuse, où la réalisation de la petite crèche aurait eu une explication la replaçant dans son contexte.

C’est ainsi que s’y prennent aujourd’hui encore les professeurs des écoles Steiner-Waldorf : ils font faire aux enfants dans leurs cours de travaux manuels ou artistiques des figurines d’anges, de lutins, de gnomes, de fées, etc. ou des crèches, mais sans donner la moindre explication ou éléments de contextualisation à ces réalisations. Du coup les enfants baignent dans les représentations religieuses, mais sans le savoir. Des représentations religieuses de l’Anthroposophie, puisque les anthroposophes croîent aux lutins, aux fées, au Christ, etc. Autrement dit, même les cours de travaux manuels sont les lieux d’endoctrinement dans les écoles Steiner-Waldorf.

NB : Les commentaires que nous faisons ici n’engagent que notre propre opinion, nourri de notre propre vécu et de nos réflexions sur les écoles Steiner-Waldorf : ils ne prétendent pas enoncer des vérités absolues.
La publication de larges extraits du Stockmeyer est rendue nécessaire par le fait que ce texte pourtant fondamental de la pédagogie Steiner-Waldorf est très peu connu alors que ce devrait être un droit des parents qui souhaitent mettre ou qui ont mis leurs enfants dans une école Steiner-Waldorf d’y avoir accès pour que leur choix puisse être éclairé. Il est également nécessaire d’en publier de longs passages en raison de fait que les représentants des écoles Steiner-Waldorf accusent facilement et à tort, y compris par le biais de procédures judiciaires ou lors de celles-ci, de decontextualiser ou de déformer les citations que nous faisons des écrits de Rudolf Steiner : de larges extraits montreront clairement toute la pensée de Steiner et tout le contexte dans laquelle certaines de ses affirmations plus que problématiques se déploient. Ils pourront également convaincre ceux qui le souhaitent du bien-fondé de cette pédagogie.
Nos écrits ne visent nullement à porter tort à qui que ce soit, ni aux personnes qui appartiennent au mouvement anthroposophique, ni aux professeurs qui enseignent dans les écoles Steiner-Waldorf, ni aux enfants et aux parents d’élèves de celles-ci. Nous sommes persuadés que la plupart ignorent ce qu’ils font aux enfants. Nos écrits visent simplement à faire toute la lumière sur des pratiques pédagogiques dont les fondements sont méconnus car cachés au grand public et dont les effets nous semblent relever de la dérive sectaire.
Les écoles Steiner-Waldorf et leurs représentants, ou les anthroposophes et leurs réseaux, ou leurs sympathisants, disposent de larges moyens de communication pour vanter les mérites de leurs pratiques ou pour contester leurs détracteurs, voire même parfois pour les calomnier et les diffamer quand elles sont à cours d’arguments, comme c’est le cas actuellement pour moi, et comme ce fut le cas pour d’autres personnes dans le monde. Ce phénomène n’est pas nouveau et ne fait que révéler la nature de ceux qui ont recours à ces méthodes honteuses. Dans l’intérêt du public, nous entendons néanmoins faire-valoir notre droit à émettre notre opinion, et à la liberté d’expression.

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article, publié dans Extraits édifiants du Stockmeyer, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s