Le sacrifice du mulot en Agriculture Biodynamique

« Imaginez que vous attrapiez un mulot encore relativement jeune ; vous pourrez alors le dépouiller et prendre la peau de ce mulot relativement jeune. Maintenant il s’agit de se procurer cette peau – des souris, on en trouvera toujours, mais si on veut faire cet essai, il faut que ce soient des mulots – des se procurer cette dépouille de mulot à un moment où Vénus se trouve dans le signe du Scorpion. Voyez vous avec leur science instinctive, les anciens n’étaient nullement si sots. Là où nous passons de la plante à l’animal, nous tombons aussi tout droit sur le zodiaque. Car ce zodiaque n’a pas été appelé sans raison « cercle des animaux ». Si on veut obtenir quelque chose dans le monde végétal, on peut en rester au système planétaire. Chez l’animal ce n’est plus possible. Alors on a bien besoin de représentations qui tiennent compte des étoiles fixes environnantes, essentiellement de ces étoiles fixes qui se trouvent dans le zodiaque. […]


Car il s’agit d’exécuter avec cette dépouille de mulot quelque chose de tout à fait précis. Nous nous procurons cette dépouille de mulot au moment où Vénus se trouve dans le signe du Scorpion et nous brûlons alors cette peau, nous recueillons soigneusement ce qui se développe maintenant du fait de la combustion, les cendres, très généralement les composants qui retombent – il n’y en aura pas beaucoup, mais si on a un certain nombre de mulots, il y en aura assez, ce qu’on obtient par-là sera suffisant ; et on obtient maintenant cette dépouille de mulot incinérée au moment où Vénus se trouve dans le scorpion. Et dans ce qui est détruit là par le feu subsiste maintenant la force négative par rapport à la force de reproduction du mulot. Si maintenant vous répandez le poivre ainsi obtenu sur vos champs -les choses deviennent naturellement difficiles dans certaines contrées, mais vous pourrez alors faire d’une façon plus homéopathique encore, ce n’est pas toute une assiette à soupe qu’il nous faudra- à condition que ce poivre ait été conduit comme il faut à travers le feu lors de la grande conjonction de Vénus et du Scorpion, vous aurez là un moyen, grâce auquel les mulots éviteront ce champ. »

Rudolf Steiner

Cours aux agriculteurs
Editions Novalis, p. 186-187.

« Demeter existe depuis 1932 […] Les bases des cahiers des charges reposent sur les principes de l’agriculture biodynamique, initiée par le « Cours aux Agriculteurs » donné par Rudolf Steiner en 1924. »


Source : https://t.co/wv1Sm1zgjk

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans La Biodynamie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le sacrifice du mulot en Agriculture Biodynamique

  1. glou.pol dit :

    Ahurissant… C’est sans doute la clé pour décrédibiliser durablement cette tendance en vogue : revenir à la source, à l’oeuvre et aux textes de Rudolf Steiner… Car ça se passe largement de commentaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s