Déclaration dans le cadre du Colloque de la Ligue des Droits de l’Homme : emprise mentale et abus sexuels

C’est avec une grande joie que je viens aujourd’hui vous annoncer ma victoire dans le procès que m’avait intenté les représentants de la médecine anthroposophique en France. Le délibéré du jugement a été rendu le 7 octobre dernier. Je suis professeur de Philosophie et, cette année, je prépare l’Agrégation interne, où nous avons deux notions à étudier : la Justice et le Bonheur. Je ne sais pas si j’ai encore bien compris ces deux concepts, mais je crois avoir saisi le lien qui peut les unir, au moins emotionellement, car cette décision de justice me rend heureux. C’est une grande et belle victoire ! Les attendus de ce délibéré sont magnifiques ! La condamnation des anthroposophes est lourde et sans ambiguïté.

Les médecins anthroposophes me réclamaient plus de 37 000 Euros pour injures et diffamations, suite à la parution de mon article intitulé Mon expérience de la Médecine Anthroposophique. Ce sont eux qui sont condamnés à 25 000 euros, à minima, pour procédure abusive et avoir tenté d’éviter un débat public, avec des méthodes qualifiées d’immorales !

Comme l’ont précisé les juges du Tribunal Judicaire de Strasbourg, ce procès n’était qu’une partie du dispositif destiné à me faire taire. Deux autres procès ont été lancés en même temps, il y a trois ans, par d’autres représentants de l’anthroposophie : la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France et une professeur de l’école Steiner-Waldorf de Verrières-le-Buisson, dans l’Essonne. Ce qui faisait monter la menace à plus de 94 000 Euros !

94 000 Euros, plusieurs années de mon salaire d’enseignant ! Une attaque en meute ! Quasiment l’emprunt de mon appartement sur 25 ans ! De quoi ruiner une vie…

Ces deux autres plaintes ont également été déboutées, le 1er octobre 2019, en premier instance. Ce qui veut dire qu’elles sont encore en cours, puisque les deux plaignants ont fait appel.

Pour compléter ce tableau, il faut aussi mentionner une première plainte, qui avait été déposée en 2011 par cette même Fédération Steiner-Waldorf, pour un autre article que j’avais écris, dénonçant l’endoctrinement des enfants dans leurs écoles. Plainte qui a été également déboutée, en mai 2013.

2011-2021 ! 4 procès ! Tous gagnés ! Dix ans de harcèlement judicaire par les anthroposophes ! Dix ans que j’ai du vivre sous cette menace constante, avec l’inquiétude et les souffrances qu’elles engendrent. A quoi il faut aussi ajouter les méthodes des anthroposophes, en dehors de l’instrumentalisation de la Justice, pour faire taire leurs critiques : propagande noire, rumeurs sur les réseaux sociaux, menaces d’agressions physiques, calomnies dans mon contexte professionnel, surveillance constance de mes activités et de ma personne, de ma vie privée, intimidation, etc.

Qu’est-ce que cette Anthroposophie, qui peut se permettre ainsi, pendant 10 ans, en toute impunité jusqu’à ce jour du 7 octobre 2021, de harceler socialement, moralement et judiciairement un simple particulier qui ne faisait que témoigner en toute bonne foi de ce qu’il avait vu et observé pendant les trente années qu’il avait passé, malgré lui, en son sein ?

L’anthroposophie, ce sont les écoles Steiner-Waldorf, la Biodynamie, les banque qui se disent éthiques, comme la NEF, les produits Weleda, etc.

L’anthroposophie, c’est le visage et la doctrine de Rudolf Steiner, qui s’affichent en « une » du Monde le mercredi 12 juillet de cette année, dans des articles apologétiques qui le présentent comme un penseur alternatif et qui nient la parole des victimes.

L’anthroposophie c’est une Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui monte une école Steiner-Waldorf où l’on organise des cérémonies occultes avec des enfants, et qui est probablement à l’origine de cette série de l’été du Monde sur l’anthroposophie, relayant la propagande noire des anthroposophes contre ma personne.

L’anthroposophie, c’est le cœur battant du complotisme, ce sont les multiples lieux de germination et de diffusion des réseaux antivaxxs et conspirationnistes, qui pullulent soudainement pendant cette pandémie que nous venons de traverser, créant cette « infodémie » tout aussi grave, parce qu’elle menace durablement la cohésion sociale et les valeurs de la République.

Le danger de l’anthroposophie est réel. Il est encore sous-estimé. Car cette organisation s’est non seulement répandue un peu partout, dans les classes populaires comme chez les élites, chez certains Ministres ou hauts responsables comme dans les ecos-villages en marge de tout, mais elle est aussi transnationale ! Et elle porte en elle un projet de contre-civilisation ! Elle est la colonne vertébrale du New-Age !

Il faut nous donner les moyens de la combattre, avant qu’il ne soit trop tard. Nous ne résisterons pas à une nouvelle secousse sociale comme cette pandémie que nous venons de vivre et sur laquelle les anthroposophes ont déjà énormément capitalisé !

Ces moyens, selon moi, sont les suivants :

– Une Miviludes puissament renforcée, avec des capacités non pas retrouvées, mais supérieures à tout ce qu’elle n’a jamais pu avoir ;

– Une Commission d’enquête sénatoriale et parlementaire sur l’anthroposophie, parce qu’il est nécessaire de savoir jusqu’où les choses sont allés et comment il se fait qu’on ait pu laisser s’implanter en France une chose aussi puissante que monstrueuse, qui a pu étendre ses branches et ses racines aussi loin et aussi profondément sur notre territoire ;

– Enfin, un Parquet National Anti-Sectes ! Car face à un tel phénomène, il n’y aura pas de trop d’une telle instance, en plus de la Miviludes. Une instance – le Parquet National Anti-Sectes – qui pourra enquêter sur les sectes avec les moyens et les méthodes d’une justice spécialisée, de la même façon que ce sont des magistrats spécialisés qui enquêtent sur les affaires de corruption ou de terrorisme. Et une instance qui, dans le cadre de la séparation des pouvoirs, fondement de notre État de Droit, aurait aussi les moyens d’intervenir si elle constatait, par exemple, que la Miviludes était entravée ou menacée par ceux-là même qu’elle surveille. Le Parquet National Anti-Sectes nous permettrait peut-être de savoir notamment ce que Madame Françoise Nyssen a fait d’autre pour l’anthroposophie durant son mandat.

Je vous le dis avec les dix années de mon expérience : nos moyens contre les sectes, les écoles Steiner-Waldorf ou l’anthroposophie sont largement insuffisants ! Celles-ci passent avec allégresse entre les mailles de nos filets ! Elles rient, parfois jaune, mais elles rient, de notre faiblesse et de notre lenteur à les contrer, tandis qu’elles se répandent aujourd’hui comme une traînée de poudre !

Un Parquet National Anti-Sectes est une nécessité urgente pour notre République !

Je vous remercie.

Grégoire Perra

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Trois nouveaux procès et une campagne de diffamation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s