Malgré leurs défaites devant les tribunaux, les représentants officiels de la Société Anthroposophique Universelle continuent leur harcèlement à mon encontre sur les réseaux sociaux

Louis Defèche, représentant officiel du Goetheanum en France, c’est-à-dire la Direction de la Société Anthroposophique Universelle, a déclaré aujourd’hui que c’etait une erreur de m’avoir fait des procès. Sauf que je sais que c’est lui qui, après le verdict du 1er octobre 2019, présidait la réunion de décision d’appel.

C’est en effet sous sa direction que la Fédération Steiner-Waldorf a décidé de poursuivre, avant de se rétracter.

Louis Defèche, à l’image de l’organisation dont il est le porte-parole, n’assume donc pas ses propres décisions, ni ne reconnaît plusieurs décisions de justice attestant de ma bonne foi et de la validité de mes propos.

Par ailleurs, tout en écrivant cela, il continue de m’insulter publiquement, me traitant de menteur, et a envoyé des messages en privé me diffamant auprès de personnes de ma connaissance. Il a notamment agit ainsi en écrivant à mon éditrice, au sujet de mon livre paru chez Les Routes de la Soie. Le fait que cette missive prenne l’allure d’une initiative personnelle ne trompe personne et ne tiendra pas devant les tribunaux, le cas échéant.

La poursuite d’actes de cette sorte émanant d’un responsable officiel du mouvement anthroposophique montre que la stratégie de cette organisation à caractère sectaire consiste à poursuivre leur campagne de diffamation et de harcèlement à mon encontre. Ces actes ainsi que ceux qu’ils sont susceptibles d’inspirer sont éventuellement qualifiables devant les tribunaux, surtout s’ils ont pour objectif de me diaboliser afin d’inciter à la haine.

Je rappelle donc aux anthroposophes et à leurs responsables que les attendus du jugement du 7 octobre 2021 pointent clairement les « intentions immorales » de la communauté anthroposophique à mon endroit, dans le but de me fragiliser « psychologiquement et financièrement ».

Démontrer en Justice que la Société Anthroposophique procède sciemment au harcèlement de ceux qui la critiquent, par voie de procès, puis de propos publics insultants et diffamants quand les procès ont échoué, serait de nature à porter un peu plus de lumière sur la vraie nature de cette organisation.

Le 26 juillet 2022,

Grégoire Perra

A propos gperra

Professeur de Philosophie
Cet article a été publié dans Trois nouveaux procès et une campagne de diffamation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s